Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Les chiffres clés de la mobilité étudiante | CAMPUS FRANCE 01/04/2018 Nouveau

Etude/Rapport | CDI News - Pôle Formation ICAM, CDI NEWS - Pôle Formation EGC, CDI NEWS - Pôle Formation CCI (INTERNATIONAL)

... Lire [+]

y

En matière d’internationalisation de l’enseignement supérieur, la France semble retrouver un certain dynamisme, comme le montrent les Chiffres clés Campus France 2017.
En cinq ans, le nombred’étudiants étrangers en France a augmenté de 12,2 %. Ce mouvement semble s’accélérer depuis 2015, puisque la France enregistre une croissance de +4,6 % sur un an, la plus forte hausse annuelle depuis 5 ans.La France maintient sa quatrième place comme pays d’accueil des étudiants internationaux après les ÉtatsUnis, le Royaume-Uni et l’Australie mais avant l’Allemagne. Elle est donc le premier pays d’accueil non anglophone.
Près de la moitié des étudiants en mobilité en France est originaire d’Afrique. Viennent ensuite les étudiants de l’Union européenne (19 %), ceux d’Asie-Océanie (16 %), d’Amérique (9 %) et du Moyen-Orient (4 %). À noter que la
France accueille des étudiants de tous les continents. Une mobilité en hausse et majoritairement féminine. À la rentrée 2016, 325 000 étudiants internationaux dont 52,4 % de femmes, sont inscrits dans l’enseignement supérieur
français. Plus de 70 % d’entre eux suivent une formation dans les universités, les autres étudiants se partageant entre écoles de commerce et d’ingénieurs.
L’Europe : premier continent d’accueil des étudiants du monde. Avec 46 % des étudiants en mobilité dans le monde, et 35 % pour la seule UE, l’Europe est devenue la première région d’accueil.
De son côté, la France accueille 26 % d’étudiants européens (UE et hors UE). Il s’agit de la deuxième population d’étudiants étrangers en France, après ceux venus d’Afrique.
Une bataille stratégique est donc à mener pour conserver, et même accroître, cette attractivité intracontinentale pour laquelle nous restons en compétition étroite avec le Royaume-Uni, l’Allemagne mais aussi la Russie et la Turquie.
En Afrique la concurrence s’accroît. Si la France et l’Union européenne sont encore les zones d’accueil privilégiées de la jeunesse africaine, d’autres régions du monde déploient des stratégies parfois offensives pour les accueillir. Les
étudiants d’Afrique subsaharienne choisissent désormais des destinations plus diverses : 22 % restent en mobilité intra-zone, 14 % optent pour le continent nord-américain et 9 % pour l’Asie-Océanie. Quant aux étudiants d’Afrique du
Nord, ils s’orientent toujours vers l’Union européenne, mais de manière moins marquée qu’auparavant.
La Francophonie : un atout pour la France. L’excellence et la renommée de notre système d’enseignement supérieur, comme la langue française, sont nos atouts pour attirer en France les étudiants étrangers. Dans un contexte de prise
de conscience de l’importance du plurilinguisme, il s’agit de renforcer la place de la langue française, pour en faire, davantage encore, une " langue du monde ", et d’accroître le nombre de formations en anglais pour attirer les étudiants
en particulier d’Asie.
Les nouveaux acteurs : Russie, Chine, Arabie saoudite, Pays-Bas et Turquie. L’enseignement supérieur est à la fois un marché et un enjeu stratégique d’influence dans lequel de nouveaux acteurs émergent. La Russie, avec une
progression de 50 % en cinq ans, s’impose ainsi parmi les principaux pays d’accueil et talonne désormais l’Allemagne et la France. De même, la Chine, grâce à sa politique du " Rêve chinois ", enregistre une progression de 75 % en
cinq ans de sa mobilité entrante pour se situer désormais à la 8e place des pays d’accueil. L’Arabie saoudite, dotée d’un programme de bourses islamiques, passe de la 30e à la 13e place avec une croissance de 170 %. Enfin, deux autres pays méritent d’être mentionnés. Les Pays-Bas ont triplé leur nombre d’étudiants accueillis en cinq ans grâce à la mise en place de plus de 2 000 formations en anglais et passe ainsi de la 27e à la 11e place. La Turquie affiche
une très importante augmentation de sa mobilité entrante (+179 % sur la même période) grâce à une ambitieuse politique d’attractivité.


SOMMAIRE :

1 MONDE : CHIFFRES CLÉS
La population étudiante mondiale .................. 06
Projections démographiques .......................... 08
La mobilité d’étude mondiale .......................... 10
La mobilité entrante......................................... 14
La mobilité sortante......................................... 18
L’évolution de la mobilité.................................. 21
La mobilité croisée par zone géographique ... 22
La mobilité Erasmus ........................................ 24
2 FRANCE : CHIFFRES CLÉS
La mobilité entrante en France........................ 28
La mobilité sortante en France ....................... 40
Top 20 des étudiants internationaux .............. 42
L’attractivité de la France ................................. 44
Méthodologie ..................................................
En matière d’internationalisation de l’enseignement supérieur, la France semble retrouver un certain dynamisme, comme le montrent les Chiffres clés Campus France 2017.
En cinq ans, le nombred’étudiants étrangers en France a augmenté de 12,2 %. Ce mouvement semble s’accélérer depuis 2015, puisque la France enregistre une croissance de +4,6 % sur un an, la plus forte hausse annuelle depuis 5 ans.La France maintient sa quatrième place comme pays ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Déploiement de la RSE dans les TPE-PME | 01/03/2018 Nouveau

Etude/Rapport | CDI NEWS - Pôle Formation CCI, CDI News - Pôle Formation ICAM (BUSINESS)

... Lire [+]

y

Les cinq confédérations syndicales, qui avaient accepté la proposition de la CPME d'élaborer en commun un texte sur le déploiement de la RSE dans les TPE-PME, ont signé le document final.

Filtrer

Type
Date de parution
Date d'indexation

Dossiers

 
0
Z
ons de travail, les managers sont plus mesurés et les salariés encore plus réservés.
Au-delà des enjeux technologiques et financiers, les questions sur l’impact humain sont au coeur des débats. Pour 56 % des dirigeants, le premier défi à relever est de " repenser l’organisation du travail, la répartition des tâches entre humains et IA ". Les Directions Générales et en particulier les directions des Ressources Humaines (DRH) seront les plus sollicitées pour permettre de concrétiser les opportunités de l’IA en anticipant ses impacts humains.
Réalisée par Malakoff Médéric et le Boston Consulting Group (BCG), cette étude est la plus complète menée à ce jour en France sur l’impact de l’intelligence artificielle sur l’organisation du travail, sur la structure et la nature des emplois, et sur le capital humain des entreprises. Au total, plus de 1 700 personnes - dirigeants, managers et salariés - ont été interrogées. En complément, une série d’entretiens qualitatifs a été menée auprès de ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Les 12 meilleures pratiques de l'Influence marketing | REECH 2018

Etude/Rapport (BUSINESS)

... Lire [+]

y

Aujourd’hui, l’influence marketing est un puissant levier de communication… à condition d’en maitriser les bonnes pratiques

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Ce que l'IA va changer dans l'entreprise | STRATEGIES;CXP GROUP 2018

Etude/Rapport (TENDANCES)

... Lire [+]

2y

L'intelligence artificielle (IA) va métamorphoser l'espace professionnel à l'horizon 2025. C’est là le principal enseignement de l’étude " Workplace 2025 " réalisée par le cabinet de recherche indépendant Pierre Audoin Consultants pour le compte de Fujitsu, groupe japonais spécialisé en technologie de l'information et de la communication (1).Pour 88% des participants à l'étude, l'essor de l'intelligence artificielle sera l'un des trois principaux facteurs qui façonneront leur milieu de travail en 2025. Et 47% des entreprises prévoient d'investir dans des assistants virtuels dans le cadre de leur stratégie numérique sur le lieu de travail au cours des deux prochaines années. L'IA est aujourd’hui capable d'accomplir un nombre grandissant de tâches. Elle commence à avoir des répercussions sur quasiment tous les éléments de l’environnement de travail, mais aussi sur la façon dont les individus se comportent et interagissent entre eux. Le livre blanc " Workplace 2025 " révèle cependant que les entreprises sont encore loin de répondre aux exigences de ce nouveau monde... L'intelligence artificielle (IA) va métamorphoser l'espace professionnel à l'horizon 2025. C’est là le principal enseignement de l’étude " Workplace 2025 " réalisée par le cabinet de recherche indépendant Pierre Audoin Consultants pour le compte de Fujitsu, groupe japonais spécialisé en technologie de l'information et de la communication (1).Pour 88% des participants à l'étude, l'essor de l'intelligence artificielle sera l'un des trois ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Consommation d'aujourd'hui et demain, le poids des influenceurs | Observatoire CETELEM 27/03/2018

Etude/Rapport (BUSINESS)

... Lire [+]

y

Les Français se sentent-ils libres ou influencés lorsqu’ils consomment ? Qui écoutent-ils ? Quel rôle jouent aujourd’hui ceux que l’on nomme influenceurs et influenceuses, producteurs de contenus et parfois nouveaux relais des marques sur internet ?

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

L'alternance dans l'enseignement supérieur - Bilan et perspectives | Apec 01/04/2018

Etude/Rapport (COMPETENCES )

... Lire [+]

y

Combinant des périodes d’enseignement théorique dans un établissement de formation et des périodes d’emploi dans une entreprise privée ou publique, l’alternance continue de présenter des avantages pour les alternant·e·s, les établissements d’enseignement assurant ce type de formation et les entreprises d’accueil. Pour les étudiant·e·s, c’est
l’assurance de conditions d’insertion et d’emploi plus favorables. Pour les établissements de formation, c’est un apport de financements intéressant, et pour les entreprises accueillant des alternants, c’est la possibilité d’évaluer directement ceux et celles qui pourraient devenir leurs futurs collaborateurs et de contribuer à leur formation.
Le développement de l’alternance se poursuit, notamment pour les formations de niveau Bac +2 et plus, et ce malgré la persistance d’une image qui la lie aux métiers faiblement qualifiés. Les acteurs sont satisfaits du dispositif malgré des insuffisances qui demeurent sur le fonctionnement du triptyque alternant·e tuteur académique-tuteur en entreprise.
Un renforcement des liens avec les établissements de formation est souhaité.
Combinant des périodes d’enseignement théorique dans un établissement de formation et des périodes d’emploi dans une entreprise privée ou publique, l’alternance continue de présenter des avantages pour les alternant·e·s, les établissements d’enseignement assurant ce type de formation et les entreprises d’accueil. Pour les étudiant·e·s, c’est
l’assurance de conditions d’insertion et d’emploi plus favorables. Pour les établissements de formation, ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Baromètre APEC des jeunes diplômé.e.s - Edition 2018 | Apec

Etude/Rapport (COMPETENCES )

... Lire [+]

y

Cette étude présente un bilan des conditions d’emploi des jeunes diplômé.e.s de la promotion 2016, des éléments sur la recherche d’emploi, ainsi que les évolutions en comparaison avec la précédente promotion.
83 % des jeunes diplômé.e.s de niveau Bac +5 et plus sont en emploi 12 mois après l’obtention de leur diplôme, et 94 % ont déjà occupé un premier emploi : ces niveaux sont en légère progression par rapport à la précédente promotion. De plus, leurs conditions d’emploi s’améliorent : en particulier, 62 % des jeunes diplômé.e.s en emploi 12 mois après leur diplôme bénéficient d’un CDI, contre 55 % il y a 1 an.
Les diplômé.e.s de niveau Bac +3/4, quant à eux, s’insèrent également à un bon niveau, mais leurs conditions d’emploi diffèrent sensiblement.
Cette étude présente un bilan des conditions d’emploi des jeunes diplômé.e.s de la promotion 2016, des éléments sur la recherche d’emploi, ainsi que les évolutions en comparaison avec la précédente promotion.
83 % des jeunes diplômé.e.s de niveau Bac +5 et plus sont en emploi 12 mois après l’obtention de leur diplôme, et 94 % ont déjà occupé un premier emploi : ces niveaux sont en légère progression par rapport à la précédente promotion. De ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

The Rise Of The Social Enterprise - 2018 Deloitte Global Human Capital Trends | DELOITTE 2018 Nouveau

Etude/Rapport | CDI NEWS - Pôle Formation CCI (COMPETENCES )

... Lire [+]

y

The 2018 Deloitte Global Human Capital Trends report showcases a profound shift facing business leaders worldwide: The rapid rise of what we call the social enterprise. This shift reflects the growing importance of social capital in shaping an organization’s purpose, guiding its relationships with stakeholders, and influencing its ultimate success or failure.