m

Nouveautés Pôle Formation  | enregistrements trouvés : 17

O
     

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, planche sur un chamboulement du mode de financement des chambres de commerce et d'industrie (CCI).
Parmi les grandes écoles qui leur sont rattachées (HEC, ESSEC, ESCP Europe, Toulouse Business School...), certaines s'inquiètent. Notamment celles qui perçoivent encore des subventions des CCI pouvant représenter jusqu'à 10 % de leur budget. " Cela va coûter plus cher aux parents, c'est un filon dangereux ", prédit un acteur du secteur, alors que les frais de scolarité ont déjà été multipliés par deux et demi en vingt ans . " On se demande comment on va faire, renchérit le responsable d'une école. Il nous faut du temps et aussi s'assurer qu'on ne tombe pas dans la logique du tout-marché et la dérive américaine d'endettement des étudiants. "
Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, planche sur un chamboulement du mode de financement des chambres de commerce et d'industrie (CCI).
Parmi les grandes écoles qui leur sont rattachées (HEC, ESSEC, ESCP Europe, Toulouse Business School...), certaines s'inquiètent. Notamment celles qui perçoivent encore des subventions des CCI pouvant représenter jusqu'à 10 % de leur budget. " Cela va coûter plus cher aux parents, c'est un filon dangereux ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Mondialisation : le coup d'arrêt | Alternatives Economiques 01/06/2018 Nouveau

Article (TENDANCES)

... Lire [+]

V

Une autre mondialisation est en cours. La dynamique internationale du capitalisme change de tempo : l'hyperglobalisation des années 1990-2000, qui ne répond plus aux intérêts de nombreux acteurs, semble prendre fin. Pour autant, l'internationalisation des économies n'est pas terminée.

Sommaire :

- Le procès de l'hypermondialisation
- "Une parenthèse se referme"
- Radiographie d'un monde ouvert
- Délocaliser puis relocaliser, c'est le bon sens !
-"Il y a peu de relocalisations en France, car il y a eu peu de délocalisations"
Une autre mondialisation est en cours. La dynamique internationale du capitalisme change de tempo : l'hyperglobalisation des années 1990-2000, qui ne répond plus aux intérêts de nombreux acteurs, semble prendre fin. Pour autant, l'internationalisation des économies n'est pas terminée.

Sommaire :

- Le procès de l'hypermondialisation
- "Une parenthèse se referme"
- Radiographie d'un monde ouvert
- Délocaliser puis relocaliser, c'est le bon s...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Les premiers pas de l'IA en entreprise | Alternatives Economiques 01/06/2018 Nouveau

Article (TECHNOLOGIES)

... Lire [+]

V

Le grand chambardement annoncé des métiers par les systèmes d'intelligence artificielle n'est pas pour demain. Enquête dans les firmes françaises expérimentant Watson, logiciel star d'IBM.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Le concept d'entreprise apprenante regagne du terrain, porté notamment par les nouveaux outils du web 2.0. Mais si de plus en plus d'organisations et d'entreprises s'en emparent, cette innovation exige une révolution des mentalités qui ne va pas toujours de soi.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Selon l’étude Xerfi France, 2017 aura été un excellent millésime pour les résidences de tourisme et les villages de vacances. Les résidences de tourisme ont en effet enregistré un nombre de nuitées record, tandis que la fréquentation des villages de vacances a été en forte hausse. Dans ces conditions, le chiffre d’affaires des hébergements de courte durée a bondi de près de 9% l’an dernier. L’amélioration du climat économique et le retour massif des touristes étrangers sont à l’origine de cette croissance. De fait, les tensions sur les loyers versés aux propriétaires ne sont plus qu’un lointain souvenir. Pourtant, les opérateurs du marché ont du souci à se faire. Je veux bien sûr parler du récent revirement fiscal de l’Etat. Après avoir encouragé l’extension de l’offre grâce à des dispositifs fiscaux avantageux, les pouvoirs publics ont décidé de soutenir uniquement sa rénovation. De quoi donner un sérieux coup de frein aux projets de construction et brider la croissance des plus grands gestionnaires. Selon l’étude Xerfi France, 2017 aura été un excellent millésime pour les résidences de tourisme et les villages de vacances. Les résidences de tourisme ont en effet enregistré un nombre de nuitées record, tandis que la fréquentation des villages de vacances a été en forte hausse. Dans ces conditions, le chiffre d’affaires des hébergements de courte durée a bondi de près de 9% l’an dernier. L’amélioration du climat économique et le retour massif ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Jamais dans l’histoire de l’humanité nous n’avons eu autant de jeunes bien formés, éduqués, parlant plusieurs langues vivantes, multiculturels, innovants. Et pourtant les entreprises ont du mal à les recruter et, plus encore, à conserver ceux qu’on appelle les " millenials " aux Etats-Unis et de moins en moins générations Y ou maintenant Z.

Pourquoi ? D’abord pour le sens de la mission qu’on leur confie. On le dit depuis longtemps : les jeunes veulent travailler dans des entreprises qui donnent un sens à leur vie. Le cabinet Universum l’a confirmé récemment en publiant les résultats de son enquête annuelle sur les motivations des diplômés des Grande Ecoles à choisir telle ou telle entreprise. Tous les critères liés à l’éthique y progressent et en premier lieu celui de " travailler pour une entreprise à la raison d’être inspirante ". Il est le plus important pour plus de 35% d’entre eux ! Mais pour cela il ne suffit pas de dire qu’on va rendre le monde meilleur !
Jamais dans l’histoire de l’humanité nous n’avons eu autant de jeunes bien formés, éduqués, parlant plusieurs langues vivantes, multiculturels, innovants. Et pourtant les entreprises ont du mal à les recruter et, plus encore, à conserver ceux qu’on appelle les " millenials " aux Etats-Unis et de moins en moins générations Y ou maintenant Z.

Pourquoi ? D’abord pour le sens de la mission qu’on leur confie. On le dit depuis longtemps : les jeunes ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

y

La France va-t-elle manquer de diplômés en 2030 ? C’est un scénario probable si rien n’est fait d’ici là. C’est en tous cas le constat que dresse une récente étude du cabinet américain Korn Ferry, spécialisé dans la gestion internationale des talents et des organisations. Selon lui, la France fait partie des quatre pays au monde les plus touchés par cet écart entre l’offre de compétence des salariés et la demande des entreprises. D’ici 2030, notre économie devrait ainsi avoir un surplus de 1,7 million de salariés ayant un niveau de formation peu élevé, alors qu’1,5 million de salariés hautement diplômés pourraient manquer sur le marché du travail. Ce qui pourrait représenter une perte de 175 milliards d’euros pour l’économie française.
La France va-t-elle manquer de diplômés en 2030 ? C’est un scénario probable si rien n’est fait d’ici là. C’est en tous cas le constat que dresse une récente étude du cabinet américain Korn Ferry, spécialisé dans la gestion internationale des talents et des organisations. Selon lui, la France fait partie des quatre pays au monde les plus touchés par cet écart entre l’offre de compétence des salariés et la demande des entreprises. D’ici 2030, ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Consommation responsable : une opportunité pour l’emploi ? | Conseil d'Orientation pour l'Emploi 01/06/2018 Nouveau

Etude/Rapport | CDI NEWS - Pôle Formation CCI, CDI NEWS - Pôle Formation EGC, CDI News - Pôle Formation ICAM (TENDANCES)

... Lire [+]

2y

La consommation des ménages se transforme, avec l’essor de nouveaux modes de consommation dits " responsables ". Les consommateurs affichent ainsi une préférence accrue pour des produits plus respectueux de l’environnement, plus sains, plus éthiques, plus socialement responsables, " made in local " ou " made in France ". Ces tendances vont se poursuivre, voire s’accélérer. Elles contribuent d’ores et déjà à modifier l’offre de produits. Elles ont et auront des effets sur l’emploi. Pourtant, cet impact sur l’emploi n’a jamais été étudié dans son ensemble.

Le Conseil en a donc évalué la nature et l’ampleur, en analysant les mécanismes à l’œuvre.

Au total, le Conseil estime que ces nouvelles tendances de consommation peuvent représenter un potentiel de développement de l’emploi, d’une ampleur variable selon les domaines. Le rapport en détaille les effets secteur par secteur (" made in local ", nouvelles pratiques d’achat, d’usage et de rejet, produits plus " verts ", produits plus éthiques, produits bio) et met en évidence les canaux qui peuvent conduire à ces créations d’emploi. Il souligne par ailleurs l’importance des réallocations sectorielles et géographiques susceptibles d’intervenir, avec des créations d’emploi dans certains secteurs, des transformations ou des destructions dans d’autres.

Une nouvelle étude quantitative réalisée par le Conseil et présentée dans le rapport confirme ce potentiel : elle montre que 150 000 emplois pourraient être créés si les ménages, comme ils en affichent l’intention dans les sondages, privilégiaient le " made in France " pour 10% des produits importés qu’ils achètent aujourd’hui. Ce potentiel est toutefois théorique. Pour qu’il devienne réalité :

- d’une part, l’offre productive française doit être au rendez-vous, à la fois en volume et en compétitivité, pour répondre à ces nouvelles orientations de la demande en France et à l’étranger ;

- d’autre part, il importe d’avoir les bonnes compétences au bon endroit. Ces nouveaux modes de consommation se traduiront en effet par des transformations des emplois existants et des réallocations d’emplois entre secteurs économiques : c’est ce qu’on voit par exemple avec les produits " verts ", le bio ou les circuits courts ;

Réaliser ces deux conditions est indispensable : comme le souligne Marie-Claire Carrère-Gée, " dans tous les pays, l’offre productive, l’emploi et les compétences s’adaptent à cette nouvelle donne qui est une tendance mondiale. Nous devons relever le défi de cette transformation de la demande ".

Le Conseil considère que la France dispose de sérieux atouts pour cela, et pour s’affirmer dans la compétition internationale. La France jouit ainsi de nombreux savoir-faire agricoles, industriels (grands groupes et PME) et artisanaux de qualité, avec une main d’œuvre qualifiée. Nombre d’entreprises françaises sont déjà positionnées sur des marchés d’avenir. Dans bien des domaines relevant de la consommation responsable, les pouvoirs publics ont manifesté un volontarisme précoce et ambitieux. L’économie sociale et solidaire y est développée. Des labellisations d’origine et de qualité, ainsi que des inspections et organismes chargés du contrôle de la qualité et de la sûreté des produits jouissent d’une bonne crédibilité, française et internationale. Les démarches RSE ont été précoces et importantes, contribuant à faire de l’offre française une offre plus socialement responsable.

Le Conseil attire l’attention sur l’enjeu de la transformation des emplois : si beaucoup de travailleurs déclarent trouver plus de sens à leur travail dans ces secteurs, et donc un meilleur épanouissement, une meilleure qualité de l’emploi n’est pas forcément inhérente à cette évolution de l’offre productive. Comme l’indique Marie-Claire Carrère-Gée, " la qualité des produits n’est pas nécessairement synonyme de qualité des emplois : c’est un point de vigilance pour les partenaires sociaux et les pouvoirs publics ".
La consommation des ménages se transforme, avec l’essor de nouveaux modes de consommation dits " responsables ". Les consommateurs affichent ainsi une préférence accrue pour des produits plus respectueux de l’environnement, plus sains, plus éthiques, plus socialement responsables, " made in local " ou " made in France ". Ces tendances vont se poursuivre, voire s’accélérer. Elles contribuent d’ores et déjà à modifier l’offre de produits. Elles ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

La place souhaitée de l’entreprise au sein de l’enseignement | IFOP 01/06/2018 Nouveau

Etude/Rapport (COMPETENCES )

... Lire [+]

y

L’enquête* menée pour KEDGE et Havas Paris s’intéresse à la place de l’entreprise au sein de l’enseignement supérieur français.
Au-delà de l’acquisition de compétences, il existe un souhait fortement partagé pour que les formations supérieures répondent à des objectifs plus larges de développement personnel.
Une courte majorité de cadres (54%) attend prioritairement d’une formation supérieure des compétences concrètes favorisant l’intégration immédiate en entreprise : l’acquisition d’expérience (30%) et le développement d’une expertise de métier (24%). Pour autant, une forte minorité (46%) donne la priorité à des objectifs moins directement liés à ces besoins. Il s’agit du développement personnel (16%), du développement de l’entreprenariat (14%), de l’opportunité de faire des études à vocation internationale (9%) ou encore du respect de valeurs éthiques telles que la RSE, le développement durable ou encore les valeurs managériales (7%).
Les étudiants mettent eux aussi en avant en premier l’acquisition d’expérience en entreprise (29%), et, dans une moindre mesure l’expertise métier (11%). Mas bien que cités en premier, ces deux critères sont minoritaires (40%). La spécificité des étudiants réside ainsi dans le fait de valoriser l’importance de l’épanouissement dans la formation supérieure et dans la performance de l’entreprise : le développement personnel (21%), l’opportunité de faire des études à vocation internationale (20%), puis le développement de l’entreprenariat (11%) et les valeurs éthiques (8%).

Les objectifs humains et sociétaux sont au cœur de la mission de l’entreprise.
Près de sept personnes sur dix estiment en effet que l’entreprise doit avant tout placer l’humain au cœur de sa mission (70% chez les cadres, 76% chez les étudiants), que ce soit le capital humain et le bien être des salariés (47%; 46%), ou le respect des valeurs environnementales et sociétales (23%; 30%). Les étudiants se distinguent des cadres par l’intérêt qu’ils portent au respect de valeurs environnementales et sociétales (30%; +7 points d’écart), ce qui fait écho à l’importance qu’ils donnent au respect de valeurs d’éthique. Les objectifs inhérents à la croissance et la compétitivité de l’entreprise ne sont cités qu’en second temps, en complément. Ils sont davantage valorisés par les cadres que les étudiants (30% vs. 24%), en termes de recherche de gains de compétitivité (20%; 14%), ou de recherche de croissance et rentabilité (10%; 10%).
Ces objectifs, loin d’être antagoniques, peuvent permettre un renforcement de la performance des entreprises à plus long terme.

*Elle a été menée auprès d’un échantillon représentatif de 1000 cadres d’entreprises privées et de 1000 étudiants détenteurs d’un Baccalauréat général.

L’enquête* menée pour KEDGE et Havas Paris s’intéresse à la place de l’entreprise au sein de l’enseignement supérieur français.
Au-delà de l’acquisition de compétences, il existe un souhait fortement partagé pour que les formations supérieures répondent à des objectifs plus larges de développement personnel.
Une courte majorité de cadres (54%) attend prioritairement d’une formation supérieure des compétences concrètes favorisant l’intégration ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

y

L’Union européenne approche de l’un des objectifs de la stratégie Europe 2020. La part de la population de l’UE âgée de 30 à 34 ans diplômée de l’enseignement supérieur est en effet passée de 23,6 % en 2002 à 39,9 % en 2017, frôlant l’objectif des 40 % d'ici 2020, d’après les données publiées par Eurostat. Mais cet objectif se décline différemment selon les pays membres. La moitié d’entre eux l’ont déjà atteint.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

y

Le nombre total d’étudiants devrait s’accroître de 65 000 à la rentrée 2018 pour absorber le boom démographique intervenu en l’an 2000. Dans les CPGE, ce sont environ 2 800 nouveaux entrants (+6,6 %) qui sont attendus...En 2026 enfin, 2 937 000 étudiants seraient inscrits dans l’enseignement supérieur français. La croissance du nombre d’étudiants s’établirait alors à 327 000 entre 2016 et 2026 (+ 12,7%). L’université gagnerait au total 179 000 étudiants soit une hausse de 11,8 %. Les flux d’entrée en CPGE devraient également connaître une hausse importante (+ 7,7 %). Mais l’augmentation la plus importante concernerait les effectifs des formations d’ingénieurs non universitaires (+22 %). Les effectifs des " autres formations " (écoles de commerce, écoles privées…) seraient eux aussi particulièrement dynamiques, avec une croissance de 18 %. Le nombre total d’étudiants devrait s’accroître de 65 000 à la rentrée 2018 pour absorber le boom démographique intervenu en l’an 2000. Dans les CPGE, ce sont environ 2 800 nouveaux entrants (+6,6 %) qui sont attendus...En 2026 enfin, 2 937 000 étudiants seraient inscrits dans l’enseignement supérieur français. La croissance du nombre d’étudiants s’établirait alors à 327 000 entre 2016 et 2026 (+ 12,7%). L’université gagnerait au total 179 000 ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

y

Le Céreq (Centre d’études et de recherches sur les qualifications) vient de faire le point sur 20 ans d’insertion professionnelle des jeunes.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

2y

Le marché du travail français est marqué par une augmentation du nombre de transitions professionnelles depuis trente ans. Un enjeu central pour les politiques publiques est de préparer les actifs à ces mobilités, afin qu’elles soient choisies plutôt que subies et qu’elles s’inscrivent dans des parcours professionnels ascendants. Pour ouvrir le champ des possibles, il faut donc identifier les facteurs facilitant le passage de tel métier à tel autre et en informer les actifs. Le marché du travail français est marqué par une augmentation du nombre de transitions professionnelles depuis trente ans. Un enjeu central pour les politiques publiques est de préparer les actifs à ces mobilités, afin qu’elles soient choisies plutôt que subies et qu’elles s’inscrivent dans des parcours professionnels ascendants. Pour ouvrir le champ des possibles, il faut donc identifier les facteurs facilitant le passage de tel métier à tel ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Centres commerciaux : ce que veulent les consommateurs | LSA 05/2018

N°spéciaux | COMMERCE INFOS (TENDANCES)

... Lire [+]

V

SOMMAIRE :

LES CENTRES COMMERCIAUX EN CHIFFRES
Les enseignes
Révolution numérique du commerce, génération émergente de clients, quête d’espaces de vie, de ville et d’envies alternatifs aux vieux temples de la consommation : les mutations sociétales en marche bousculent tous les repères historiques des centres commerciaux.
Qui fait quoi ?
Le parc
Les stratégies

L'ENQUÊTE
Notre monde change, l'immobilier commercial aussi

LES FONCIÈRES : QUI FAIT QUOI ?
Les acteurs majeurs en 22 fiches

CE QUE VEULENT LES CONSOMMATEURS
Je ne veux pas perdre de temps
Je veux fréquenter un site responsable
Je veux retrouver de l’humanité
Je veux toujours être étonné
Je veux faire plus que du shopping
Je veux que l’on assume mes contradictions
Je veux bénéficier de vrais services

TEMOIGNAGE
Le Prado et B’Est jugés par leurs premiers clients !




SOMMAIRE :

LES CENTRES COMMERCIAUX EN CHIFFRES
Les enseignes
Révolution numérique du commerce, génération émergente de clients, quête d’espaces de vie, de ville et d’envies alternatifs aux vieux temples de la consommation : les mutations sociétales en marche bousculent tous les repères historiques des centres commerciaux.
Qui fait quoi ?
Le parc
Les stratégies

L'ENQUÊTE
Notre monde change, l'immobilier commercial aussi

LES FONCIÈRES : QUI ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Guide 2018 des formations au commerce international dispensées dans l'enseignement supérieur français. Le palmarès des meilleures formations au commerce international de bac +2 à bac +5 : les MBA et Executive MBA (n° 1 : Executive MBA de Rennes School of Business), les Master of sciences et mastères spécialisés (n° 1 : MSc in International Business de Skema Business School), les programmes grandes écoles (n° 1 : Master de Rennes School of Business), les IAE (n° 1 : International Master in Management of Information Technology de l'IAE Aix Graduate School of Management), les Masters 2 des universités hors IAE (n° 1 : M2 Management of European Affairs de l'Université de Lille-Sciences et technologies), les diplômes de niveau Bac +4 (n° 1 : Business Bachelor Administration International de Groupe Sup. de co La Rochelle), les diplômes de niveau Bac +3 (n° 1 : Bachelor en management de Toulouse Business School), les BTS. Guide des métiers développés au sein des entreprises : les métiers, les besoins, les formations pour les fonctions commerciales, achats/logistique, finance/assurance/droit, stratégie. Zoom sur le V.I.E, un atout maître des entreprises et des jeunes diplômés. Sommaire. Les formations initiales au commerce international, le palmarès et le guide 2018. Métiers, quelles formations, pour quels jobs à l'international ? les formations continues au commerce international, du sur-mesure pour les salariés et les dirigeants. Dossier. Document de fond. Quelques données chiffrées. Guide 2018 des formations au commerce international dispensées dans l'enseignement supérieur français. Le palmarès des meilleures formations au commerce international de bac +2 à bac +5 : les MBA et Executive MBA (n° 1 : Executive MBA de Rennes School of Business), les Master of sciences et mastères spécialisés (n° 1 : MSc in International Business de Skema Business School), les programmes grandes écoles (n° 1 : Master de Rennes School of ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Filtrer

Type
Date de parution
Date d'indexation

Dossiers

 
0
Z