m

Prospective compétences digitales  | enregistrements trouvés : 38

O
     

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Intelligence artificielle : les entreprises pragmatiques avant tout | ZDNet 22/06/2018 H Nouveau

Article | CDI NEWS - Pôle Formation CCI, CDI NEWS - Pôle Formation EGC, CDI News - Pôle Formation ICAM (TECHNOLOGIES)

... Lire [+]

H

En 2017, 125 millions d'euros ont été consacrés en France à l'intelligence artificielle (source Syntec Numérique/IDC). Mais la croissance est au rendez-vous et les premiers projets aboutissent, souvent dans le domaine des chatbots. Les ambitions sont là, mais les compétences encore rares.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

H

L'Intelligence Artificielle (IA) arrive et sera à l'origine de la plus grande transformation que le monde du travail ait connue. Les entreprises qui en bénéficieront sont celles qui mettront l'accent sur l'acquisition de données et la coopération des talents ; un enjeu de la technique et du management qui va développer nos valeurs humaines.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Les premiers pas de l'IA en entreprise | Alternatives Economiques 01/06/2018 Nouveau

Article (TECHNOLOGIES)

... Lire [+]

V

Le grand chambardement annoncé des métiers par les systèmes d'intelligence artificielle n'est pas pour demain. Enquête dans les firmes françaises expérimentant Watson, logiciel star d'IBM.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

H

Cette année fut difficile pour les médias. La prolifération des fake news et l'usage des médias sociaux pour influencer l'opinion ont considérablement dégradé leur image. Les politiques aussi s'en sont donnés à cœur joie, accusant les journalistes d'à peu près tous les maux. La dépendance grandissante aux plateformes pèse également sur leur rentabilité à long terme. Et pourtant, les citoyens ont rarement eu autant besoin d’un journalisme de qualité. Dans ce contexte difficile, certains titres s’en sortent mieux que d’autres. Au-delà des modèles économiques, ces médias réussissent d’abord grâce à la qualité de leur contenu. Cision l’explique très justement dans son rapport annuel sur l’état des médias dans le monde. Cette année fut difficile pour les médias. La prolifération des fake news et l'usage des médias sociaux pour influencer l'opinion ont considérablement dégradé leur image. Les politiques aussi s'en sont donnés à cœur joie, accusant les journalistes d'à peu près tous les maux. La dépendance grandissante aux plateformes pèse également sur leur rentabilité à long terme. Et pourtant, les citoyens ont rarement eu autant besoin d’un journalisme de ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Les entreprises face à la révolution des compétences | Les Echos 24/05/2018

Article (COMPETENCES )

... Lire [+]

V

Plutôt que de s'alarmer d'une hypothétique disparition du travail, mieux vaut dès à présent se préparer à ses mutations. Tel est, en substance, le constat dressé par la dernière étude du McKinsey Global Institute. Venant après de nombreux rapports universitaires ou de cabinets d'études sur les emplois qui pourraient être détruits par les progrès de l'automatisation, de la robotique et de l'intelligence artificielle, cette nouvelle étude ne cherche pas à trancher cette question, mais à estimer quelles compétences seront les plus utiles à l'horizon 2030. Plutôt que de s'alarmer d'une hypothétique disparition du travail, mieux vaut dès à présent se préparer à ses mutations. Tel est, en substance, le constat dressé par la dernière étude du McKinsey Global Institute. Venant après de nombreux rapports universitaires ou de cabinets d'études sur les emplois qui pourraient être détruits par les progrès de l'automatisation, de la robotique et de l'intelligence artificielle, cette nouvelle étude ne ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Chatbots : le must de la relation client | 15/05/2018 H

Article (BUSINESS)

... Lire [+]

H

Les agents conversationnels sont de plus en plus utilisés dans la relation client ou dans les RH. Au-delà des effets d'annonce, les PME s'y essaient.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

H

Une récente étude de McKinsey révèle les possibilités de croissance offertes par l'IA, en particulier dans certaines industries. La technologie reste encore sous-exploitée.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Cobotique - Travailler main dans la pince | L'Usine Nouvelle 01/05/2018

Article (TECHNOLOGIES)

... Lire [+]

V

C'est une petite révolution dans le monde industriel : les cobots, robots collaboratifs, prennent de plus en plus d'importance en 2018. Leur marché pourrait atteindre 2 milliards de dollars en 2021. Ces nouvelles machines ne sont pas là pour remplacer l'homme mais pour l'assister, au coeur de l'usine et de la production. Le but principal est de confier les tâches les plus répétitives aux cobots, pour que l'homme puisse se concentrer sur les étapes à valeur ajoutée, qui demandent davantage de travail intellectuel et ne sont pas juste une suite de mouvements. L'interaction se développe également de plus en plus entre les deux parties, même s'il faut faire en sorte que la présence d'un robot à ses côtés n'entrave pas la liberté de l'employé ou sa manière de faire. L'objectif n'est pas que le salarié devienne un assistant du robot. A terme, les deux doivent pouvoir travailler en parfaite synchronisation, via des outils comme les exosquelettes ou les robots mobiles intelligents. Les cobots sont avant tout au service des employés et de la production. Sommaire. Mon collègue, ce cobot. Homme et robot en duo. Marc-Eric Bobilier Chaumon, professeur de psychologie du travail : "Eviter que le salarié devienne un assistant". Gobio en quête de l'exosquelette ultra-light. Allemagne, la cobotique intègre les usines avec prudence. Dossier. Données chiffrées (nombre de cobots vendus en 2015, valeur potentielle du marché dans le futur, etc.). C'est une petite révolution dans le monde industriel : les cobots, robots collaboratifs, prennent de plus en plus d'importance en 2018. Leur marché pourrait atteindre 2 milliards de dollars en 2021. Ces nouvelles machines ne sont pas là pour remplacer l'homme mais pour l'assister, au coeur de l'usine et de la production. Le but principal est de confier les tâches les plus répétitives aux cobots, pour que l'homme puisse se concentrer sur les ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Les TPE-PME françaises sont toujours en retard par rapport à leurs homologues européennes. Diagnostic et solutions

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

En 2018, dans son rapport sur l'intelligence artificielle et le travail, l'institution France Stratégie rapporte que le secteur de la banque va subir une transformation sur le plan technologique. Les outils apportés par l'intelligence artificielle permettent au personnel de gagner du temps et de se concentrer sur le conseil financier ou sur des situations qui nécessitent une intervention humaine. Elle va par ailleurs simplifier les traitements automatiques tels que les vérifications de signature, d'identité ou d'identification biométriques. De nouveaux outils de gestion seront également en mesure d'analyser le profil d'un client et de proposer des offres commerciales ou des services personnalisés. Interview de Lionel Janin, directeur adjoint chargé du numérique chez France Stratégie. Pas de chiffres. En 2018, dans son rapport sur l'intelligence artificielle et le travail, l'institution France Stratégie rapporte que le secteur de la banque va subir une transformation sur le plan technologique. Les outils apportés par l'intelligence artificielle permettent au personnel de gagner du temps et de se concentrer sur le conseil financier ou sur des situations qui nécessitent une intervention humaine. Elle va par ailleurs simplifier les traitements ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Si, pour la plupart des tâches routinières, la machine est en passe de l’emporter, l’homme devrait continuer à remplir certaines activités que même l’intelligence artificielle ne pourra satisfaire.
En France, seuls 10 % des postes seraient menacés de disparition par les technologies, mais la moitié des métiers pourraient être automatisés à hauteur de plus de 50 % des tâches, prévoit le conseil d’orientation pour l’emploi.
En revanche, les métiers non routiniers seront préservés. Les plus qualifiés, à l’image des enseignants, des chercheurs ou des ingénieurs, ne sont pas les seuls concernés. Cela vaut, selon France Stratégie, pour tous ceux qui mobilisent " compétences relationnelles et empathie " - comme les aidants ou les soignants - et qui font preuve de " sens artistique et créatif ", tels les métiers d’art et d’artisanat.
Si, pour la plupart des tâches routinières, la machine est en passe de l’emporter, l’homme devrait continuer à remplir certaines activités que même l’intelligence artificielle ne pourra satisfaire.
En France, seuls 10 % des postes seraient menacés de disparition par les technologies, mais la moitié des métiers pourraient être automatisés à hauteur de plus de 50 % des tâches, prévoit le conseil d’orientation pour l’emploi.
En revanche, les ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Cobotique / robotique, machines intelligentes, réalité augmentée, augmentée, fabrication additive, big data/prédictif, maquette numérique et blockchain : ces sept technologies dessinent l'industrie du futur et gagnent en maturité. Cependant, elle nécessitent encore beaucoup d'innovations afin de stabiliser des solutions pérennes pour l'Industrie 4.0. L'homogénéisation du format des échanges de données sera notamment un grand défi pour la transformation du dialogue entre les hommes et les machines. En France, 4100 entreprises sont engagées dans une démarche Industrie du futur. 127 robots pour 10 000 salariés étaient installés en 2015. Détails. Tour d'horizon d'une sélection d'entreprises qui proposent des solutions en lien avec l'industrie 4.0. Cobotique / robotique, machines intelligentes, réalité augmentée, augmentée, fabrication additive, big data/prédictif, maquette numérique et blockchain : ces sept technologies dessinent l'industrie du futur et gagnent en maturité. Cependant, elle nécessitent encore beaucoup d'innovations afin de stabiliser des solutions pérennes pour l'Industrie 4.0. L'homogénéisation du format des échanges de données sera notamment un grand défi pour la ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Résister à l'obsolescence des compétences | STRATEGIES 12/04/2018

Article (COMPETENCES )

... Lire [+]

V

Comment rester dans la course de la transformation digitale...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Chabots pour la relation clients, véhicules autonomes pour les livraisons, assistants aux multiples fonctions : l'intelligence artificielle promet une révolution dans le fonctionnement des organisations. Charge à elles de l'anticiper et d'y préparer les collaborateurs.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

La révolution numérique et l'essor du e-commerce bouleversent le secteur de la distribution. Entre suppressions de postes, changements de statuts et pertes d'avantages sociaux, les personnels sont en premières lignes.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

" Jamais une IA n’égalera l’intelligence humaine ! " sommes-nous prompts à nous écrier. À la lumière des récents et saisissants progrès technologiques, en sommes-nous encore si sûrs ?

Sommaire :

☛ Des travaux pionniers d’Alan Turing à l’arrivée d’une entité plus intelligente que l’homme annoncée par Ray Kurzweil, commençons par la brève histoire et le futur possible de l’intelligence artificielle (IA).

☛ De la déduction à l’imagination en passant par l’intention, quelles sont les opérations fondamentales de l’intelligence naturelle ? Dans quelle mesure les machines peuvent-elles les imiter, voire les dépasser ? Antoine Bordes, chercheur en IA chez Facebook, fait le point.

☛ De la voiture autonome aux drones tueurs, les machines autonomes posent des dilemmes éthiques inédits. Et nous obligent à expliciter les règles morales que nous souhaitons voir appliquer dans le monde de demain, comme le démontrent cinq spécialistes d’éthique de la robotique.

☛ Alimentés par le marketing transhumaniste, nos fantasmes nous poussent à prêter une vie intérieure aux androïdes et autres logiciels de conversation. Illusion passagère ou nouvelle alliance entre l’homme et la technologie ? Débat entre la chercheuse Laurence Devillers et le philosophe Pascal Chabot.
" Jamais une IA n’égalera l’intelligence humaine ! " sommes-nous prompts à nous écrier. À la lumière des récents et saisissants progrès technologiques, en sommes-nous encore si sûrs ?

Sommaire :

☛ Des travaux pionniers d’Alan Turing à l’arrivée d’une entité plus intelligente que l’homme annoncée par Ray Kurzweil, commençons par la brève histoire et le futur possible de l’intelligence artificielle (IA).

☛ De la déduction à l’imagination en ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

H

Big Data et cybersécurité génèrent de plus en plus d’emplois. Poussées par la reprise économique, les perspectives d’emploi des jeunes ingénieurs du numérique et des télécoms restent au beau fixe. Baromètre des métiers du numérique 2018 - IMT (Institut Mines-Télécom)

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

L'année 2018 va voir se multiplier les applications opérationnelles de l'IA. Marketing, maintenance, logistique, contrôle, ressources humaines… toutes les activités seront concernées. Nos conseils pour ne pas passer à côté de cette révolution.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

L'univers de la réalité virtuelle ou augmentée offre de nombreuses opportunités en BtoB et notamment auprès des commerciaux.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

H

Plus le maillage numérique entre les gens, les appareils, le contenu et les services donne lieu à la création de nouveaux modèles commerciaux et opératoires en reliant gens, objets, données et services, plus la vitesse et l’incertitude deviendront la norme.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

H

La transformation digitale des entreprises est désormais largement amorcée. Pourtant, certaines peinent encore à mettre en place une stratégie qui inscrira cette transition dans le long terme. Si, rares sont les entreprises qui n'ont pas encore compris l'importance du numérique comme vecteur de compétitivité et de croissance, elles doivent désormais redessiner leur chaîne de valeur, redéployer leurs ressources et établir une relation nouvelle avec leurs clients.Mais cette transformation a un coût, et l'attribution des budgets alloués au numérique devra s'organiser en conséquence... La transformation digitale des entreprises est désormais largement amorcée. Pourtant, certaines peinent encore à mettre en place une stratégie qui inscrira cette transition dans le long terme. Si, rares sont les entreprises qui n'ont pas encore compris l'importance du numérique comme vecteur de compétitivité et de croissance, elles doivent désormais redessiner leur chaîne de valeur, redéployer leurs ressources et établir une relation nouvelle ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Le digital prend une place croissante dans l’économie en modifiant progressivement, et à des degrés divers, les modes de consommation et les modes de production.
Face à une économie fortement transformée par l’automatisation et le numérique, se posent plusieurs enjeux d’importance, en particulier en termes d’effets sur l’emploi.
Ainsi, parmi les emplois impactés, certains seront supprimés, certains seront remplacés par d’autres, et certains seront transformés plus ou moins fortement.
De nouveaux besoins de compétences répondant aux transformations en cours émergent progressivement, mais ces compétences sont-elles nécessairement numériques ou d’autres types de compétences se voient-elles rendues nécessaires par ces évolutions ?
Cette Lettre revient sur les enjeux d’adaptation des besoins de compétences dans une économie " digitalisée ". Après un rapide rappel concernant les effets du numérique sur
l’emploi, elle cherche à préciser quels sont les besoins de compétences d’une économie digitalisée. Elle présente ensuite la façon dont les différents acteurs répondent à ces
besoins.
Le digital prend une place croissante dans l’économie en modifiant progressivement, et à des degrés divers, les modes de consommation et les modes de production.
Face à une économie fortement transformée par l’automatisation et le numérique, se posent plusieurs enjeux d’importance, en particulier en termes d’effets sur l’emploi.
Ainsi, parmi les emplois impactés, certains seront supprimés, certains seront remplacés par d’autres, et certains ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Face aux développements de l’intelligence artificielle, le conseil formulé à Homo Informatix n’est pas de se mettre d’urgence au codage mais de philosopher sans tarder. Car c’est moins le risque d’une intelligence artificielle capable d’ériger sa propre intentionnalité que nous devons craindre, que notre incapacité à reposer, dans nos écoles, nos entreprises et nos laboratoires, les questions fondamentales de l’horizon éthique que nous donnons à notre action, transformée par le perfectionnement des machines. Face aux développements de l’intelligence artificielle, le conseil formulé à Homo Informatix n’est pas de se mettre d’urgence au codage mais de philosopher sans tarder. Car c’est moins le risque d’une intelligence artificielle capable d’ériger sa propre intentionnalité que nous devons craindre, que notre incapacité à reposer, dans nos écoles, nos entreprises et nos laboratoires, les questions fondamentales de l’horizon éthique que nous donnons à ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

L'intelligence artificielle signe-t-elle la fin de la traditionnelle production en série ? Alliée au BigData, sa capacité de personnalisation des produits pourrait bien nous faire revoir certains modèles économiques.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Les avancées technologiques permettent et induisent des modificationsdes modes de production et de distribution de biens et de services avec
des conséquences sur l’emploi, le travail et les besoins en compétences.Parce qu’elles transforment les métiers dans leur contenu, parce
qu’elles sont-elles mêmes porteuses de nouvelles façons de communiquer, de collaborer ou de coordonner le travail, parce qu’elles
sont, également, utilisées par les actifs dans leur journée de travail comme en dehors, la diffusion de nouvelles technologies contribue
également à transformer la façon dont le travail est réalisé et vécu.
Le rapport du Conseil d’orientation pour l’emploi établit un diagnostic sur les tendances actuelles observées des pratiques d’organisation du
travail et leur lien avec les avancées technologiques ainsi que leurs implications sur les situations des personnes au travail.
Les avancées technologiques permettent et induisent des modificationsdes modes de production et de distribution de biens et de services avec
des conséquences sur l’emploi, le travail et les besoins en compétences.Parce qu’elles transforment les métiers dans leur contenu, parce
qu’elles sont-elles mêmes porteuses de nouvelles façons de communiquer, de collaborer ou de coordonner le travail, parce qu’elles
sont, également, utilisées par les actifs ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

La transformation numérique de l’économie et les progrès de l’automatisation alimentent de profondes évolutions du contenu et de la structure de l’emploi. Dans cette période de transition, l’enjeu majeur est bien d’assurer l’ajustement entre les compétences des actifs et les besoins d’une économie en mutation pour permettre à chacun d’avoir un bon emploi et pour tirer tout le parti de la transformation en cours.
Le tome 2 de ce rapport entend d’abord poser un diagnostic aussi précis que possible dans un contexte par définition mouvant et incertain. Il cherche à mieux cerner les compétences susceptibles d’être fréquemment demandées dans une économie de plus en plus numérisée et automatisée et à apprécier l’état actuel des compétences de la population active française à l’aune de ces nouveaux besoins. Sur la base de ce diagnostic, le Conseil propose les grands axes d’une stratégie globale d’évolution des compétences dans le cadre de la révolution numérique.
La transformation numérique de l’économie et les progrès de l’automatisation alimentent de profondes évolutions du contenu et de la structure de l’emploi. Dans cette période de transition, l’enjeu majeur est bien d’assurer l’ajustement entre les compétences des actifs et les besoins d’une économie en mutation pour permettre à chacun d’avoir un bon emploi et pour tirer tout le parti de la transformation en cours.
Le tome 2 de ce rapport entend ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Les progrès réalisés dans le champ de la robotique et de l’intelligence artificielle, l’essor de l’Internet des objets, le traitement des données de masse (big data) ou l’émergence de l’impression 3D alimentent aujourd’hui des inquiétudes autour d’un " futur sans emploi ".
Dans la littérature économique internationale, depuis 2013, plusieurs études ont cherché à estimer la part des emplois actuels qui pourraient être menacés de disparition du fait des nouvelles possibilitésd’automatisation. Ces études, pour la plupart basées sur des données étrangères et qui ne se concentrent que sur les suppressions d’emploi, considèrent que les effets potentiels sur le volume de l’emploi seraient significatifs voire massifs, sans cependant nullement s’accorder sur l’ampleur de ce risque.
L’importance d’un diagnostic sur cette question est cruciale : c’est sur cette base que doivent s’appuyer les évolutions des politiques publiques à mettre en œuvre : elles ne sont ni de la même ampleur, ni de la
même nature selon que les transformations sont lentes ou brutales, mineures ou massives, et concentrées ou non sur certaines compétences, certaines zones géographiques, certaines catégories d’emploi.
C’est pourquoi le Conseil d’orientation pour l’emploi a souhaité approfondir et affiner le diagnostic en procédant à une analyse complète des impacts prévisibles de la nouvelle vague d’innovations technologiques sur l’emploi et sur le travail.
Dans ce premier tome, il a cherché à apprécier les effets constatés et envisageables, à la fois :
- sur le volume de l’emploi (en termes de disparition, mais aussi de créations) ;
- sur la structure de l’emploi (quels sont les métiers et les secteurs les plus concernés ? comment lesmétiers sont-ils appelés à évoluer ? quels types de compétences seront à l’avenir prioritaires ?) ;
- sur la localisation de l’emploi, à la fois à l’échelle nationale (quelles pourraient être les zones d’emploi les plus concernées ?) et internationale (les technologies pourraient-elles favoriser un mouvement de
relocalisation des emplois en France ?).
Dans ce cadre, il a notamment demandé au Secrétariat général du Conseil de réaliser une étude statistique, sur la base de l’exploitation des données françaises et individuelles de l’enquête Conditions de
travail, visant :
- à apprécier la part des emplois qui seraient potentiellement concernés par l’automatisation, qu’il s’agisse d’un risque de suppression ou d’une possibilité de transformation des emplois ;
- mais aussi à en décliner les résultats globaux par métier, qu’il s’agisse là aussi des risques de suppression d’emplois ou des possibilités de transformation d’emplois.
Cette étude montre que :
- moins de 10 % des emplois existants présentent un cumul de vulnérabilités susceptibles de menacer leur existence dans un contexte d’automatisation et de numérisation ;
- mais la moitié des emplois existants est susceptible d’évoluer, dans leur contenu, de façon significative à très importante ;
- le progrès technologique continuerait à favoriser plutôt l’emploi qualifié et très qualifié : parmi les emplois susceptibles d’être vulnérables, les métiers surreprésentés, en volume ou au regard de leur part
dans l’emploi total, sont souvent des métiers pas ou peu qualifiés.
Les progrès réalisés dans le champ de la robotique et de l’intelligence artificielle, l’essor de l’Internet des objets, le traitement des données de masse (big data) ou l’émergence de l’impression 3D alimentent aujourd’hui des inquiétudes autour d’un " futur sans emploi ".
Dans la littérature économique internationale, depuis 2013, plusieurs études ont cherché à estimer la part des emplois actuels qui pourraient être menacés de disparition du ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

2y

In brief
1. How will demand for workforce skills change with automation?
Page 1
2. Shifting skill requirements in five sectors
Page 20
3. How will organizations adapt?
Page 36
4. Building the workforce of the future
Page 49
Technical appendix
Page 69
Acknowledgments
Page 75

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Commerce - Le futur, c'est maintenant | Points de Vente 16/04/2018

Etude/Rapport | Actualités (BUSINESS)

... Lire [+]

y

Dans une économie du numérique en plein, les repères du commerce tendent à se
Face à la montée du commerce électronique, la numérisation grandissante et la digitalisation des espaces de vente, les commerçants physiques doivent réussir à s'adapter pour subsister. Les premières conséquences de tels bouleversements sont plutôt négatives, 600 fermetures de points de vente en France en 2017 et une baisse du CA des grands magasins de 30 %. Il est donc indispensable de se réinventer et de trouver des solutions. L'omnicanalité, le big data, le paiement instantané ou l'instauration d'une nouvelle relation-client sont autant de pistes à explorer pour continuer à faire venir le consommateur en magasin. Les vendeurs doivent également être formés à ces nouvelles technologies et voir leur rôle évoluer : ils sont désormais des conseillers à part entière, voire des "éducateurs" dans certaines enseignes. Tout le commerce doit se repenser pour faire face à cette révolution numérique, l'une des plus importantes qu'il a pu connaître. Les business modèles évoluent, les attentes des clients aussi, les relations avec eux également. Document de fond. Données chiffrées (nombre d'emplois et d'entreprises concernés par le commerce en France, etc.).
Dans une économie du numérique en plein, les repères du commerce tendent à se
Face à la montée du commerce électronique, la numérisation grandissante et la digitalisation des espaces de vente, les commerçants physiques doivent réussir à s'adapter pour subsister. Les premières conséquences de tels bouleversements sont plutôt négatives, 600 fermetures de points de vente en France en 2017 et une baisse du CA des grands magasins de 30 %. Il est ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

y

Réalisée par Malakoff Médéric et le Boston Consulting Group (BCG), cette étude est la plus complète menée à ce jour en France sur l’impact de l’intelligence artificielle sur l’organisation du travail, sur la structure et la nature des emplois, et sur le capital humain des entreprises. Au total, plus de 1 700 personnes - dirigeants, managers et salariés - ont été interrogées. En complément, une série d’entretiens qualitatifs a été menée auprès de dirigeants de grandes entreprises. Des experts, des institutionnels et des représentants des organisations syndicales et patronales ont également été interrogés.
Alors que l’IA fait aujourd’hui partie de notre quotidien, l’étude met en exergue des disparités sur la perception de l’impact de cette révolution dans les entreprises et sur le travail. Le premier accueil spontané de l’IA est plutôt favorable pour 70 % des dirigeants. Il l’est seulement pour 44 % des salariés. La perspective du salarié dont les capacités d’action seraient démultipliées par l’interaction avec la machine, est aujourd’hui dans les esprits. Pour autant, si ¾ des dirigeants estiment que l’IA aura des effets positifs sur les conditions de travail, les managers sont plus mesurés et les salariés encore plus réservés.
Au-delà des enjeux technologiques et financiers, les questions sur l’impact humain sont au coeur des débats. Pour 56 % des dirigeants, le premier défi à relever est de " repenser l’organisation du travail, la répartition des tâches entre humains et IA ". Les Directions Générales et en particulier les directions des Ressources Humaines (DRH) seront les plus sollicitées pour permettre de concrétiser les opportunités de l’IA en anticipant ses impacts humains.
Réalisée par Malakoff Médéric et le Boston Consulting Group (BCG), cette étude est la plus complète menée à ce jour en France sur l’impact de l’intelligence artificielle sur l’organisation du travail, sur la structure et la nature des emplois, et sur le capital humain des entreprises. Au total, plus de 1 700 personnes - dirigeants, managers et salariés - ont été interrogées. En complément, une série d’entretiens qualitatifs a été menée auprès de ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Automation, Skills Use And Training | OCDE 08/03/2018

Etude/Rapport (COMPETENCES )

... Lire [+]

y

Cette étude analyse le risque d'automatisation et ses implications pour la formation professionnelle et l'utilisation des compétences dans le cadre professionnel. En s’appuyant sur les entretiens d’experts conduits par Carl Frey and Michael Osborne en 2013, cette étude détermine un risque d’automation qui esspécifique à chaque emploi. En utilisant l’Enquête sur les Compétences des Adultes (PIAAC). L’analyse perfectionne les résultats obtenus par d’autres études internationaux sur le risque d’automatisation à niveau individuel en utilisant des catégories professionnelles plus désagrégées et en identifiant les mêmes étranglements techniques constatés lors des entretiens d’experts. Par conséquent, cette étude est mieux alignée à l’évaluation du potentiel d’automatisation généré par les développements en Intelligence Artificielle. Aussi, cette étude applique la même méthodologie à des bases de données nationales pour
l’Allemagne et le Royaume Uni, ce qui permet de tester la robustesse des résultats. Le risque d'automatisation est estimé jusqu'à présent pour les 32 pays de l'OCDE ayant participé à l'Évaluation des compétences des adultes (PIAAC). Outre la proportion d'emplois à risque d’être perturbés par l’automatisation de la production et des services, l'étude s'intéresse en particulier aux caractéristiques desdits emplois et des travailleurs qui les occupent. Le risque est également évalué en fonction de l'utilisation des TIC dans le cadre professionnel et du rôle des formations visant à aider les travailleurs à évoluer vers de nouvelles opportunités professionnelles
Cette étude analyse le risque d'automatisation et ses implications pour la formation professionnelle et l'utilisation des compétences dans le cadre professionnel. En s’appuyant sur les entretiens d’experts conduits par Carl Frey and Michael Osborne en 2013, cette étude détermine un risque d’automation qui esspécifique à chaque emploi. En utilisant l’Enquête sur les Compétences des Adultes (PIAAC). L’analyse perfectionne les résultats obtenus par ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Intelligence artificielle et travail | FRANCE STRATEGIE 01/03/2018

Etude/Rapport | Actualités (TECHNOLOGIES)

... Lire [+]

y

Dans la suite des travaux de #FranceIA au printemps 2017, auxquels France Stratégie avait contribué, le député Cédric Villani s’est vu confier la mission d’analyser les enjeux de l’intelligence artificielle au niveau économique, social, environnemental et éthique. Muriel Pénicaud, ministre du Travail, et Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État chargé du Numérique, ont demandé à France Stratégie d’étudier plus particulièrement les impacts de l’intelligence artificielle sur le travail. C’est l’objet de ce rapport.
La question clé est de savoir si l’intelligence artificielle représente une rupture technologique telle que le travail s’en trouvera transformé de manière brutale, avec des répercussions importantes sur l’emploi, ou si elle s’inscrit dans la continuité des transformations numériques à l’oeuvre depuis plusieurs décennies. Pour tenter d’y répondre et illustrer de façon concrète les enjeux posés par ces mutations annoncées, notre rapport a choisi d’examiner trois secteurs, ceux des transports, de la banque et de la santé, pour esquisser des scénarios de transformation du travail.
De cet examen ressortent des spécificités sectorielles et des phénomènes parfois inattendus ou contre-intuitifs. Un chatbot qui répond automatiquement à minuit peut malgré tout nécessiter un humain capable de prendre le relai en cas de besoin. Et si la machine vient en effet à soulager les hommes des activités les plus routinières, ces derniers risquent de ne traiter que des tâches complexes, d’où une intensification du travail et un risque de surcharge cognitive.
La multiplicité des facteurs qui conduisent une organisation, quelle qu’elle soit, à décider de recourir, ou non, à des systèmes utilisant l’intelligence artificielle - coût, rentabilité, impacts sur les équipes, conséquences pour les clients - et le poids du contexte - démographique, réglementaire, social - expliquent pourquoi les tentatives de projection des impacts sur les métiers et les emplois resteront durablement incertaines.
Pour le transport, l’impact sur l’emploi du véhicule autonome est particulièrement difficile à anticiper : la technologie n’a pas encore atteint un niveau de sûreté tel qu’il soit possible de prévoir avec précision un calendrier pour sa généralisation, qui supposera que les réglementations aient évolué et que les assurances se soient adaptées. Les conséquences sur l’emploi de son adoption dans certains secteurs particuliers, comme les transports routiers de longue distance, pourraient cependant, le moment venu, être significatives.
Pour les banques, hors scénario de développement rapide de nouveaux acteurs très innovants, qui ne s’est pas matérialisé jusqu’ici, l’intégration de l’intelligence artificielle devrait avoir un impact significatif sur la pratique professionnelle des conseillers commerciaux, et accentuer la tendance à la réduction de leur nombre en agences, mais sans rupture majeure.
Pour la santé, les applications les plus spectaculaires - robots chirurgicaux, interprétation des radios et électrocardiogrammes - ne sont pas les seules qui auront un impact sur la définition des métiers et l’emploi. Celles du diagnostic et de la prescription assistés par ordinateur ou de suivi des patients à distance pourraient aussi changer profondément la donne, en particulier dans la répartition des tâches entre professions de santé (médecins, et pratiques avancées des infirmiers).
Le rapport propose des pistes d’action qui mobilisent les moyens d’anticipation des acteurs, de formation et de sécurisation des parcours professionnels. Les adopter devrait renforcer la probabilité que les transformations du travail liées à l’usage de l’intelligence artificielle se fassent de façon maîtrisée.
Dans la suite des travaux de #FranceIA au printemps 2017, auxquels France Stratégie avait contribué, le député Cédric Villani s’est vu confier la mission d’analyser les enjeux de l’intelligence artificielle au niveau économique, social, environnemental et éthique. Muriel Pénicaud, ministre du Travail, et Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État chargé du Numérique, ont demandé à France Stratégie d’étudier plus particulièrement les impacts de ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Révolution des compétences 2.0 | MANPOWER 01/03/2018

Etude/Rapport | Actualités (COMPETENCES )

... Lire [+]

y

La révolution des compétences bat son plein. Les nouvelles technologies transforment les organisations, les compétences requises évoluent rapidement et les entreprises ne parviennent pas à trouver les talents dont elles ont besoin.
Les individus dotés des compétences recherchées, capables d’apprendre en permanence et de s’adapter, peuvent tirer leur épingle du jeu. À l’inverse, ceux dont les compétences sont trop communes voient leur salaire stagner et l’insécurité se profiler. La tentation du protectionnisme et du populisme n’est alors jamais très loin.
Parallèlement, la transformation digitale et l’automatisation progressent à des rythmes distincts. Elles impactent les régions, les secteurs d’activité et les organisations à des moments différents, et de manière variée. Par le passé, la transformation prenait des décennies, voire des siècles. Aujourd’hui, elle se produit à un rythme sans précédent, sans qu’on puisse être certain du résultat. Une chose est
sûre : l’ingéniosité et l’expertise des Hommes serviront de socle à l’optimisation technologique de nos vies et de nos entreprises. Tous les scénarios d’avenir présentent ainsi une constante : accompagner les collaborateurs à développer leurs compétences dans un monde très évolutif garantira leur employabilité. Une transition qui doit se faire rapidement, et à grande échelle.
Les compétences et l’accès à l’emploi sont la solution à la révolution des compétences. Nous devons identifier les contiguïtés de compétences qui assurent des voies de carrière claires, du cursus éducatif à l’emploi, et d’un poste spécifique à un autre poste. Des programmes de reskilling accélérés sont nécessaires, avec des formations plus rapides, plus courtes et pragmatiques. Nous devons accompagner
un plus grand nombre de collaborateurs de secteurs en déclin vers les secteurs en croissance : les ouvriers textiles peuvent se muer en techniciens de matériaux composites, les mineurs en codeurs1.
Il faut aussi aider les individus à penser différemment. Dans ce monde digital, la réussite ne dépendra pas nécessairement d’un diplôme universitaire mais reposera fortement sur l’appétence pour le développement continu des compétences. Nous devons cultiver la curiosité et la capacité d’apprentissage afin que les collaborateurs aient la volonté et la capacité de développer en permanence leurs compétences et ainsi rester employables.
Avec le bon mix de compétences, les individus tirent profit de la technologie plutôt qu’ils ne la concurrencent. En tant que dirigeants, les accompagner dans le développement de leurs compétences et les armer pour l’avenir forment le grand défi de notre époque. Identifier les compétences recherchées et garantir l’accès à l’emploi constituent ainsi la réponse à la révolution des compétences.
La révolution des compétences bat son plein. Les nouvelles technologies transforment les organisations, les compétences requises évoluent rapidement et les entreprises ne parviennent pas à trouver les talents dont elles ont besoin.
Les individus dotés des compétences recherchées, capables d’apprendre en permanence et de s’adapter, peuvent tirer leur épingle du jeu. À l’inverse, ceux dont les compétences sont trop communes voient leur salaire ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Ce que l'IA va changer dans l'entreprise | STRATEGIES;CXP GROUP 2018

Etude/Rapport | Actualités (TENDANCES)

... Lire [+]

2y

L'intelligence artificielle (IA) va métamorphoser l'espace professionnel à l'horizon 2025. C’est là le principal enseignement de l’étude " Workplace 2025 " réalisée par le cabinet de recherche indépendant Pierre Audoin Consultants pour le compte de Fujitsu, groupe japonais spécialisé en technologie de l'information et de la communication (1).Pour 88% des participants à l'étude, l'essor de l'intelligence artificielle sera l'un des trois principaux facteurs qui façonneront leur milieu de travail en 2025. Et 47% des entreprises prévoient d'investir dans des assistants virtuels dans le cadre de leur stratégie numérique sur le lieu de travail au cours des deux prochaines années. L'IA est aujourd’hui capable d'accomplir un nombre grandissant de tâches. Elle commence à avoir des répercussions sur quasiment tous les éléments de l’environnement de travail, mais aussi sur la façon dont les individus se comportent et interagissent entre eux. Le livre blanc " Workplace 2025 " révèle cependant que les entreprises sont encore loin de répondre aux exigences de ce nouveau monde... L'intelligence artificielle (IA) va métamorphoser l'espace professionnel à l'horizon 2025. C’est là le principal enseignement de l’étude " Workplace 2025 " réalisée par le cabinet de recherche indépendant Pierre Audoin Consultants pour le compte de Fujitsu, groupe japonais spécialisé en technologie de l'information et de la communication (1).Pour 88% des participants à l'étude, l'essor de l'intelligence artificielle sera l'un des trois ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

y

L'étude "Panorama des solutions technologiques pour l'Opérateur du Futur" lancée en 2017 par le pôle EMC² et Altran (leader mondial en solutions d'ingénierie et innovation), a donné naissance à un guide pratique à l'usage des entreprises. Il propose 18 nouvelles solutions technologiques illustrées à partir de cas d'usage réels et des clés permettant aux entreprises de réussir leur transformation numérique.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

y

1 - AI Is Transforming Business And The Workforce
2 - The AI Skills Gap Is Already Here - Businesses Will Try To Bridge It
3 - AI Experts Will Become Indispensable To The Boardroom
4 - AI Will Prompt Business Leaders To Ask Challenging Questions About Their Role In The Economy...
5 - As Well As The Future Of Their Own Organizations

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

y

Ce livre blanc, rédigé sous la direction de Madeleine Besson, présente un questionnement très actuel sur les enjeux de la transformation numérique pour l’entreprise du futur. Comment vont se modifier les processus d’une entreprise et son modèle d’affaire ? Quelle sera l’évolution de la notion de création de valeur ? Quel impact aura cette transformation sur la place de l’humain dans l’entreprise ? Ces questions, comme d’autres tout aussi pertinentes, sont abordées par les experts de l’IMT qui viennent questionner le principe même de l’entreprise, comme le sens de tous ses maillons traditionnels (conception, production, utilisation, client, valeur,…).
Ce livre blanc, rédigé sous la direction de Madeleine Besson, présente un questionnement très actuel sur les enjeux de la transformation numérique pour l’entreprise du futur. Comment vont se modifier les processus d’une entreprise et son modèle d’affaire ? Quelle sera l’évolution de la notion de création de valeur ? Quel impact aura cette transformation sur la place de l’humain dans l’entreprise ? Ces questions, comme d’autres tout aussi ...

Filtrer

Type
Date de parution
Date d'indexation

Dossiers

 
0
Z