m

Documents  IFOP | enregistrements trouvés : 2

O
     

-A +A

P Q

UV

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

La place souhaitée de l’entreprise au sein de l’enseignement | IFOP 01/06/2018

Etude/Rapport (COMPETENCES )

... Lire [+]

y

L’enquête* menée pour KEDGE et Havas Paris s’intéresse à la place de l’entreprise au sein de l’enseignement supérieur français.
Au-delà de l’acquisition de compétences, il existe un souhait fortement partagé pour que les formations supérieures répondent à des objectifs plus larges de développement personnel.
Une courte majorité de cadres (54%) attend prioritairement d’une formation supérieure des compétences concrètes favorisant l’intégration immédiate en entreprise : l’acquisition d’expérience (30%) et le développement d’une expertise de métier (24%). Pour autant, une forte minorité (46%) donne la priorité à des objectifs moins directement liés à ces besoins. Il s’agit du développement personnel (16%), du développement de l’entreprenariat (14%), de l’opportunité de faire des études à vocation internationale (9%) ou encore du respect de valeurs éthiques telles que la RSE, le développement durable ou encore les valeurs managériales (7%).
Les étudiants mettent eux aussi en avant en premier l’acquisition d’expérience en entreprise (29%), et, dans une moindre mesure l’expertise métier (11%). Mas bien que cités en premier, ces deux critères sont minoritaires (40%). La spécificité des étudiants réside ainsi dans le fait de valoriser l’importance de l’épanouissement dans la formation supérieure et dans la performance de l’entreprise : le développement personnel (21%), l’opportunité de faire des études à vocation internationale (20%), puis le développement de l’entreprenariat (11%) et les valeurs éthiques (8%).

Les objectifs humains et sociétaux sont au cœur de la mission de l’entreprise.
Près de sept personnes sur dix estiment en effet que l’entreprise doit avant tout placer l’humain au cœur de sa mission (70% chez les cadres, 76% chez les étudiants), que ce soit le capital humain et le bien être des salariés (47%; 46%), ou le respect des valeurs environnementales et sociétales (23%; 30%). Les étudiants se distinguent des cadres par l’intérêt qu’ils portent au respect de valeurs environnementales et sociétales (30%; +7 points d’écart), ce qui fait écho à l’importance qu’ils donnent au respect de valeurs d’éthique. Les objectifs inhérents à la croissance et la compétitivité de l’entreprise ne sont cités qu’en second temps, en complément. Ils sont davantage valorisés par les cadres que les étudiants (30% vs. 24%), en termes de recherche de gains de compétitivité (20%; 14%), ou de recherche de croissance et rentabilité (10%; 10%).
Ces objectifs, loin d’être antagoniques, peuvent permettre un renforcement de la performance des entreprises à plus long terme.

*Elle a été menée auprès d’un échantillon représentatif de 1000 cadres d’entreprises privées et de 1000 étudiants détenteurs d’un Baccalauréat général.

L’enquête* menée pour KEDGE et Havas Paris s’intéresse à la place de l’entreprise au sein de l’enseignement supérieur français.
Au-delà de l’acquisition de compétences, il existe un souhait fortement partagé pour que les formations supérieures répondent à des objectifs plus larges de développement personnel.
Une courte majorité de cadres (54%) attend prioritairement d’une formation supérieure des compétences concrètes favorisant l’intégration ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Les salariés et la transformation managériale | IFOP Nouveau

Etude/Rapport | CDI NEWS - Pôle Formation CCI, CDI NEWS - Pôle Formation EGC, CDI News - Pôle Formation ICAM (TENDANCES)

... Lire [+]

y

A l’occasion de la dixième édition du Colloque DPA, l’Ifop présente l’étude menée avec le LISPE (Laboratoire de recherche IGS-RH, Groupe IGS) qui met en lumières les grandes évolutions qui ont marqué l’entreprise sur la dernière décennie. Cette enquête a été conduite dans la semaine du 11 au 13 juin 2018.
L’évolution du mode de management dans l’entreprise partage les salariés et prend de multiples formes. 55% identifient un changement dans le mode de management interne à l’entreprise, contre 45% qui n’en perçoivent aucun. Logiquement, les plus âgés, qui ont plus de visibilité sur le long terme, perçoivent le mieux le changement managérial.

La perception de cette évolution prend différentes formes chez les salariés qui identifient :
-En termes d’organisation du travail : une nouvelle organisation du travail (43%), un nouveau style de communication (32%), de nouveaux outils (26%) et modes de travail (25%) ;
-En termes relationnel et comportemental : de nouveaux comportements au travail (32%), et de nouvelles relations avec les supérieurs hiérarchiques (30%) ;
-En termes de culture d’entreprise : l’émergence de nouvelles valeurs (12%)

Le digital représente un formidable outil de travail et de communication interne… mais peut aussi se révéler anxiogène pour les salariés. Le digital est ainsi un excellent canal d’information, en ayant un bon impact en termes de qualité de l’information (51% jugent que son impact est positif sur ce point) et en termes de communication interne (43%). De plus, ses effets sont jugés majoritairement positifs sur l’organisation du travail (48%) et sur le travail au quotidien (43%). Son impact sur le management de l’entreprise est plus mesuré : 32% considèrent qu’il est positif (contre 34% pour qui il est négatif, et 34% pour qui il est nul).

En revanche, les salariés sont plus méfiants quant aux effets du digital sur le relationnel et l’humain. Le digital est anxiogène notamment parce qu’il rend plus poreuse la frontière entre vie professionnelle et vie personnelle (41% jugent que son impact est négatif sur ce point), et parce qu’il représente un danger pour les relations humaines (51% jugent que son impact est négatif).
A l’occasion de la dixième édition du Colloque DPA, l’Ifop présente l’étude menée avec le LISPE (Laboratoire de recherche IGS-RH, Groupe IGS) qui met en lumières les grandes évolutions qui ont marqué l’entreprise sur la dernière décennie. Cette enquête a été conduite dans la semaine du 11 au 13 juin 2018.
L’évolution du mode de management dans l’entreprise partage les salariés et prend de multiples formes. 55% identifient un changement dans le ...

Filtrer

Type
Date de parution
Date d'indexation

Dossiers

 
0
Z