m

Documents  Projet | enregistrements trouvés : 26

O
     

-A +A

P Q

UV

Projet


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

La santé, l'expert et la patient | Projet 01/09/2000

Article

... Lire [+]

V

- n° 263 - p. 35-103

Sommaire :

- Des soins à la santé publique
- Précarité et demandes de santé
- Expériences de prévention
- Droit et santé
- Régulation et coordination des politiques de santé
- L'évolution des systèmes de soins et d'assurance maladie
- Y a-t-il un projet politique de santé ?

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

- n° 262 - pp 41-125

La mondialisation est-elle contrôlable pour se mettre au service de tous ?
Après l'analyse des réalités économiques, culturelles et militaires, ce dossier examine comment se mettent peu à peu en place une régulation et un droit mondiaux. Les conférences internationales se révèlent être le lieu de négociations vitales pour l'équité dans la gestion de notre patrimoine commun.

Sommaire :

- La mondialisation comme phénoménologie du monde
- La globalisation vue du sud
- Le destin des différences culturelles
- Interventions militaires et régulation des conflits
- L'émergence de nouveaux acteurs
- la planète, un bien commun
- La mondialisation du droit
- Régulations et biens publics internationaux
La mondialisation est-elle contrôlable pour se mettre au service de tous ?
Après l'analyse des réalités économiques, culturelles et militaires, ce dossier examine comment se mettent peu à peu en place une régulation et un droit mondiaux. Les conférences internationales se révèlent être le lieu de négociations vitales pour l'équité dans la gestion de notre patrimoine commun.

Sommaire :

- La mondialisation comme phénoménologie du monde
- La ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Marché, acteurs et règles du jeu | Projet 01/06/2001

Article

... Lire [+]

V

- n° 266 - p.35-102

Sommaire :

- Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises
Pour survivre, les entreprises doivent mettre en oeuvre des procédures qui précisent les relations entre actionnaires et dirigeants. Etre actionnaire, ce devrait être acteur responsable de la vie économique et partenaire du développement social.

- Les placements éthiques dans la régulation du capitalisme
Les fonds de placement éthiques connaissent une progression rapide. Vont-ils modifier la régulation du capitalisme ? Ou, plus modestement, jouer un rôle moralisateur dont le système a besoin pour fonctionner ?

- L'Etat en France et sa place dans l'économie, depuis un siècle
Les rapports de l'Etat avec l'économie ont occupé une place importante dans les débats publics. Olivier dard propose un regard sur l'histoire : de l'ordre libéral des années 1900 à la crise de 1929, des solutions keynésiennes au tournant des années 70-80.

- La réforme de l'Etat
Le thème de la réforme de l'Etat recouvre une réflexion constitutionnelle, juridique et économique. Comment mieux gérer la sphère publique, justifier et préciser son rôle de régulation ?

- Cartel et régulation énergétique mondiale
L'exemple d'un commerce bien particulier : celui du pétrole. Alors qu'il existe un marché libre, quels sont les effets et les limites de l'intervention de l'Opep, pour agir sur les prix ?

- Les grandes instances régulent-elles l'économie mondiale ?
Fmi, Banque mondiale, Omc... Ces institutions sont-elles adaptées aux enjeux de la globalisation ? Une architecture fondée sur les Etats-nations est bousculée par la montée de nouveaux acteurs : firmes, marchés financiers, mais aussi Ong... Qui établit les règles, et au profit de qui ?
Sommaire :

- Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises
Pour survivre, les entreprises doivent mettre en oeuvre des procédures qui précisent les relations entre actionnaires et dirigeants. Etre actionnaire, ce devrait être acteur responsable de la vie économique et partenaire du développement social.

- Les placements éthiques dans la régulation du capitalisme
Les fonds de placement éthiques connaissent une progression rapide. ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

L'utopie associative | Projet 01/12/2000

Article

... Lire [+]

V

- n° 264 - p.35-121

Sommaire :

- L'individu, défi et chance pour les associations
- Les tables de loi 1901
- Vingt ans de liberté associative pour les étrangers
- De la télé au net, les médias-associations
- Le secteur sans but lucratif en Europe
- Les relations entre associations et pouvoirs publics
- Quand les associations entrent en économie
- L'élu, le fonctionnaire, l'associatif, rivaux ou complices
- Une utopie pour l'Europe

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Les nouvelles écharpes du maire | Projet 01/03/2001

Article

... Lire [+]

V

- n° 265 - p. 35 - 102

Sommaire :

La commune, une identité en mutation
Des maires en représentation
Syndicats intercommunaux
Représenter les banlieues
Quel(s) bon(s) niveau(x) de représentation à côté des communes ?
Elu de proximité
L'élu, le juge et le local
Renouvellement de l'élu médiateur

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Les religions dans la cité | Projet 01/10/2001

Article

... Lire [+]

V

- n° 267 - p. 35 à 115

Deux mouvements parallèles invitent à reconsidérer la place des religions dans l'espace public. D'un côté, le vivre ensemble, les communautés sociales, prennent de nouveaux visages. Les grandes institutions (politiques, religieuses) - soumises à la critique et à une grande désaffection - ont à faire face à cette transformation. Les individus imposent de nouvelles exigences pour leur contribution au vivre ensemble : d'authencité, de lisibilité. De l'autre côté, les relations de laïcité à la française sont en train d'être redéfinies. Sans doute moins articulées autour d'un rôle central du politique, ces relations sont appelées à se réorganiser dans quelques lieux importants : le droit, la place dans le débat public, l'accueil d'un islam européen.


SOMMAIRE

RENEGOCIER LA COMMUNAUTE

- Le religieux face au politique
La société a sans doute besoin du religieux. Mais ce religieux est vécu "à la carte". Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D'où la même relative faiblesse de l'Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme.

- Le christianisme au rythme de la société
La sécuralisation a réussi, les structures ont changé, mais les communautés chrétiennes, vivantes, évoluent, s'adaptent, sortent des églises... Quels sont les enjeux de ce phénomène pour l'intégration de la vie religieuse à la vie sociale ?

- Expériences religieuses de jeunes
L'expérience collective des jeunes, chrétiens ou musulmans, contribue souvent à leur socialisation : un rassemblement religieux fait pour les uns l'effet d'une "bonne nouvelle" et mieux connaître le Coran peut donner aux autres l'autonomie intellectuelle et spirituelle...

- Les Eglises en Allemagne : des colosses aux pieds d'argile
Les Eglises allemandes ont obtenu un statut favorable en reconnaissance de leur contribution à la vie sociale depuis la dernière guerre. Mais la réunification, entre autres évolutions, peut remettre en question cette situation.

DE NOUVEAUX CONTOURS POUR LA LAÏCITE

- Les courants de pensée dans la laïcité
Alors que l'inscription du religieux dans la société se déplace, comment la laïcité peut-elle se transformer ? Certains pensent encore que le religieux menace la République quand, pour d'autres, il contribue au débat d'idées.

- Congrégations et associations culturelles
L'exercice de la religion n'est pas le simple exercice du culte. Comment définir en droit les congrégations ? Comment assurer l'égalité réelle entre les "nouveaux" cultes (musulman, surtout) et les religions mieux
"installées" ?

- Laïcité, islam et espace public
L'islam en France est la religion d'immigrés qui demandent à s'intégrer et à être reconnus. Cette demande n'est pas contraire à la laïcité qui permet à chaque individu de vivre sa vie privée sous le regard public des autres.

- Les démocraties libérales, des lieux difficiles pour les religons ?
Deux philosophes, l'un catholique et l'autre protestant, et un enseignant de science politique, libéral, présentent chacun leur vision des rapports parfois tendus entre religions et pouvoirs politiques dans les démocraties occidentales.
Deux mouvements parallèles invitent à reconsidérer la place des religions dans l'espace public. D'un côté, le vivre ensemble, les communautés sociales, prennent de nouveaux visages. Les grandes institutions (politiques, religieuses) - soumises à la critique et à une grande désaffection - ont à faire face à cette transformation. Les individus imposent de nouvelles exigences pour leur contribution au vivre ensemble : d'authencité, de lisibilité. ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

- n° 263 - p.24 à p.30

A la fin des années 80 et au début des années 90, aux Etats-Unis, la violence des jeunes a pris l'allure d'une véritable épidémie. Une meilleure analyse des causes et une coordination des divers partenaires ont permis de mettre en place des programmes de prévention qui connaissent des résultats encourageants, notamment à Boston et Philadéphie.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Prisons, les verrous et le droit | Projet 01/03/2002

Article

... Lire [+]

V

- n° 269 - p.45 à p.123

SOMMAIRE

UN TEMPS POUR LA REINSERTION
Entre exclusion et réinsertion
Une aussi longue attente
Double mission pour les surveillants
La ville et la prison, une troublante cohabitation
Des intervenants extérieurs pour changer la prison

SUJETS DE DROIT
Le droit en prison
Naissance d'une juridiction
Le détenu, sujet contractant
Des progrès pour la santé en prison

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Une société d'individus | Projet 01/09/2002

Article

... Lire [+]

V

- n° 271 - p.35 à p.112

SOMMAIRE

Modernité et individualisme

ENTRE SOI
- Modes de vie
- Les individualismes en Europe
- La morale après l'individualisme

AVEC LES AUTRES
- L'individualisme dans la vie privée, mythe ou réalité ?
- Syndicalisme et individualisme
- De nouvelles formes de citoyenneté
- Inégaux face à la mobilité


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Migrations et frontières | Projet 01/12/2002

Article

... Lire [+]

V

- n° 272 - p.37 à p.108

SOMMAIRE

CIRULER, SEJOURNER, REPARTIR
- Penser globalement les migrations
- Motivations et attentes des migrants
- Diasporas au pluriel
- Le va-et-vient des Portugais en Europe
- Retours rêvés, retours imposés des Mexicains

CHANTIERS POLITIQUES
- Quel lien entre migrations et développement ?
- L'épreuve du temps
- Sangatte et les masses aux frontières de l'Europe
- Dans l'espace européen

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Le débat, noeud de la démocratie | Projet 01/01/2005

Article

... Lire [+]

V

- n° 284 - 95 p.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

La fin d'un capitalisme | Projet 01/03/09

Article

... Lire [+]

V

- n° 309 - p.36 à p.94

Avec la tempête financière, loin d'être achevée, une récession économique majeure qui s'en suit et qui débute à peine, avec la crise sociale qu'elle va provoquer, une page d'histoire se tourne. Quelque chose prend fin, comme l'ère soviétique avec la chute du mur de Berlin en novembre 1989. Quelque chose, mais quoi ? Un certain capitalisme...

SOMMAIRE

Fin de cycle ou rupture aux États-Unis ?
Jacques Sapir
La croissance américaine était largement portée par une pyramide financière. La crise de la finance entraîne désormais celle de l’économie réelle. Un changement radical s’annonce-t-il, entraînant l’abandon d’un mode de consommation ?

Texte intégral en ligne le 2 mars 2011

La crise entre en Chine
Benoît Vermander
La chine subit de plein fouet la crise venue des Etats-Unis. Mais c’est aussi la mise au jour des fragilités du modèle : chômage massif et absence d’une politique de développement rural, entre autres.

Texte intégral en ligne le 2 mars 2011

La France et l’Italie dans la tempête
Stefano Palombarini
Dans ces deux pays, la récession survient après des changements politiques qui ont traduit une rupture avec le compromis social antérieur. Quel sera l’impact de la crise sur le processus de réformes ?

Texte intégral en ligne le 2 mars 2011

Inflatio veritas
Edgar Fortgaillard
Une thèse hétérodoxe ! L’issue pour faire face à la récession passerait-elle par une déflation compétitive ou par l’apurement des dettes ? Accepter une inflation contrôlée serait un impératif social.

Texte intégral en ligne le 2 mars 2011

Pour un second Bretton Woods
Gaël Giraud
La régulation du système financier international est une question vitale. Opérateurs financiers, marché des produits dérivés, système des taux de changes sont concernés.

Texte intégral en ligne le 2 mars 2011

Vers un changement de modèle ?
Bruno Amable
Le capitalisme n’est est certes pas à sa première alarme. Mais ce sont un changement institutionnel et de nouveaux compromis sociaux qui s’imposent aujourd’hui.

Lire l'article

Avec la tempête financière, loin d'être achevée, une récession économique majeure qui s'en suit et qui débute à peine, avec la crise sociale qu'elle va provoquer, une page d'histoire se tourne. Quelque chose prend fin, comme l'ère soviétique avec la chute du mur de Berlin en novembre 1989. Quelque chose, mais quoi ? Un certain capitalisme...

SOMMAIRE

Fin de cycle ou rupture aux États-Unis ?
Jacques Sapir
La croissance américaine était ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Femmes en islam | Projet 01/01/2010

Article

... Lire [+]

V

- n° 314 - p.18 à p33

Recouvrir l'intégralité du corps et du visage ! Le phénomène, encore marginal, inquiète. Il est aussi le signe d'une quête identitaire, en rupture avec le modèle parental. Des femmes se positionnent cmme force interprétative de l'islam, entre repli et ouverture à la modernité.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Libraires face à l'avenir | Projet 01/03/2010

Article

... Lire [+]

V

- n° 315 - p.4 à p.16

Devant le livre numérique
Commercant et artisan, animateur et militant, le libraire exerce des métiers variés, d'autant plus s'il est implanté dans un quartier populaire. L'arrivée du livre numérique, certes dangereuse pour tous les commerces indépendants, révèle des tempéraments, fonceurs, craintifs ou idéalistes.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Davantage que les pressions directes, c’est le partage d’une même vision du monde qui rend la sphère médiatique si perméable à l’influence des pouvoirs dominants.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Le travail, facteur d'isolement ? | Projet 01/09/2011

Article

... Lire [+]

V

SOMMAIRE :

Le travail, facteur d’isolement ? (introduction)
Jean Merckaert

Le piège de la souffrance au travail
Françoise Piotet
La souffrance s’impose comme le registre premier de la plainte des travailleurs. Or le prisme psychologique, conjugué à l’affaiblissement syndical, masque les causes structurelles du malaise : les transformations du travail, la financiarisation, ou encore l’incitation à donner de sa personne sans contrepartie.

Quand les services rendent serviles
Marie-Bernadette Grimault et Joëlle N.
Paroles syndicales - De nombreux salariés de l’hôtellerie et de la grande distribution, réduits à la simple exécution de tâches toujours plus nombreuses et codifiées, se sentent déconsidérés.

Au chevet de l’organisation du travail
Dr Blandine Devaux
Version intégrale en ligne / Témoignage - Le médecin du travail n’est condamné ni à tenir le registre des victimes de conditions de travail pathogènes, ni à réguler des conflits individuels par le recours à l’inaptitude : il lui appartient aussi d’aborder la santé au travail dans sa dimension collective.

L’évolution du travail en France face à la mondialisation
Patrick Dieuaide
Sous l’effet conjugué de l’ouverture économique et du capitalisme financier, la France voit évoluer fortement le paysage de l’emploi, la gestion des ressources humaines, les formes de l’emploi et la place des syndicats, au détriment du travail peu qualifié.

De la difficulté de prescrire un travail évolutif
Philippe Bénard
Version intégrale en ligne / Témoignage - Quand le diktat de la finance remplace l’épopée industrielle, que l’entreprise se réorganise en permanence, la place du salarié est instable. L’éclairage d’un ancien cadre, devenu urgentiste des firmes en difficulté.

Mutations industrielles : les salariés en première ligne
Franklin Claude
Témoignage - Ces trente dernières années, l’industrie automobile s’est tertiarisée en externalisant une partie de sa production. L’univers du salarié s’est standardisé, limitant ses marges de manœuvre. À charge pour lui d’y retrouver du sens.

Devant l’impossibilité de faire le travail prescrit
Laurent Caron , Marylène Coppi , Laurence Théry et Alexandre Vasselin
Quand les consignes sont multiples, voire contradictoires, il devient parfois impossible de bien faire son travail, d’y trouver du sens. La reconnaissance du salarié, sa santé, sa motivation, son respect des règles sont alors menacés. Il n’est pas sûr que l’entreprise y trouve son compte.

Management, les maux pour le dire
Vincent de Gaulejac
Entretien - Privé d’utopies mobilisatrices, l’individu se voit offrir par le travail la réalisation de son potentiel. Cette idéologie de la performance et du mérite est pernicieuse, car difficile à réfuter. Elle condamne à l’insatisfaction et, bien souvent, à l’échec personnel.

Le management au risque de la dérision
Éric Faÿ
Les méthodes de management font souvent appel au dialogue avec les salariés pour mieux les enfermer ensuite dans des procédures et des normes. Cette manipulation de la parole, ou dérision, est porteuse de violence : elle nie la subjectivité de l’être humain, détruit la confiance en l’autre et le goût du travail bien fait.

Petit lexique critique de la langue managériale
Pierre Durantin et Paul Lamartine

SOMMAIRE :

Le travail, facteur d’isolement ? (introduction)
Jean Merckaert

Le piège de la souffrance au travail
Françoise Piotet
La souffrance s’impose comme le registre premier de la plainte des travailleurs. Or le prisme psychologique, conjugué à l’affaiblissement syndical, masque les causes structurelles du malaise : les transformations du travail, la financiarisation, ou encore l’incitation à donner de sa personne sans contrepartie.

Q...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Productivité n'est pas productivisme (introduction)
Michel Griffon
Les ressources de la planète sont limitées. Chacun le sait. Et pourtant, le développement économique continue d’être tourné vers l’accroissement illimité de la production de biens matériels. Est-on enserré à ce point dans la spirale productiviste qu’on ne puisse plus en sortir ? Où sont les alternatives?

Critique de la raison productiviste
Alain Grandjean
La finitude du monde impose de rompre avec la croissance économique. Mais de productivisme vert il ne peut y avoir. Recyclage, efficacité énergétique et nouvelles technologies ne fournissent pas une alternative suffisante. C’est de mode de vie qu’il nous faut changer. Un après-consumérisme qui reste à inventer.

" La globalisation capitaliste repose sur une énorme contradiction "
Jean-François Bayart
Volontiers provocateur, Jean-François Bayart juge alarmiste l’idée d’une reconfiguration des conflits due à l’épuisement des ressources naturelles. Les deux principaux foyers de violence résultent selon lui des contradictions de cette globalisation, qui ouvre les frontières pour les capitaux, biens et services, mais les ferme pour les populations et pour les narcotiques.

Quand mondialisation rime avec prédation
Rigobert Minani
Entretien - Si un pays connaît la violence du capitalisme prédateur, c’est bien la République démocratique du Congo, où la bataille pour le pouvoir et pour le contrôle des immenses richesses du sous-sol ont fait plus de 4 millions de morts en quinze ans. En face, la société civile lutte avec ses armes : le droit, la formation, les réseaux internationaux de solidarité, le courage.

" Le développement durable a besoin de scandales pour avancer "
Ève Chiapello
Sous des formes toujours nouvelles, le capitalisme est porteur d’une violence terrible. Mais il reste séduisant et tellement ancré dans nos pratiques que les alternatives soulèvent la peur d’une régression. Seule une crise, ou le durcissement de la critique, ouvrira l’espace du changement.

Les malgré-nous du capitalisme
Jean Merckaert
Les États sont-ils en mesure de remettre en cause le capitalisme prédateur? Rien n’est moins sûr, quand les 500 plus grandes entreprises pèsent 42 % du produit intérieur brut mondial. Et, surtout, quand les peuples adhèrent à leur propre domination.

Dépasser le capitalisme, mais par étapes
Christian Arnsperger
La démocratie, en économie, signifie pour chacun la possibilité de suivre ou non le modèle capitaliste. Christian Arnsperger prône une économie plurielle et propose une voie transitoire, un véritable programme, pour y parvenir. L’économie verte, si elle ne remet pas en cause le capitalisme, apparaît comme un passage obligé.

Qu’apporte l’économie féministe ?
Aurore Chaillou

Villes en transition : vers une économie conviviale
Claire Wiliquet
Notre dépendance au pétrole est telle que la préparation à sa déplétion concerne tous les niveaux du monde social : il s’agit de se préparer au choc imminent d’une raréfaction des ressources pétrolières, afin que la transition d’une société très dépendante des énergies fossiles à une société où ces énergies sont rares se passe dans les meilleures conditions possibles, sans heurt et sans tension. C’est dans cette dynamique que s’inscrivent les villes en transition.

Les 12 clés d’une ville en transition
Claire Wiliquet
Au fil de l’expérience et des difficultés rencontrées, les initiatives en transition ont élaboré une série d’outils pour la gestion de groupe, la sensibilisation, la psychologie… Chaque groupe utilise ou adapte cette méthodologie en 12 points. Cette méthode et les outils qui circulent dans le mouvement en transition en font un modèle opérationnel pour éviter d’en rester au niveau du discours utopique.

" Nous voulons sortir de la dépendance pétrolière "
Jeannette Sánchez Zurita
Entretien - La ministre du Développement social de l’Équateur, Jeannette Sánchez Zurita, explique les tentatives pionnières de son gouvernement pour concilier économie, écologie et justice sociale.


Au-delà du libéralisme, le convivialisme
Alain Caillé
Finie la croissance, qui servait jusque-là d’exutoire à la violence sociale. Dans un état économique stationnaire, le despotisme et la guerre rôdent. Une seule issue : la conversion par millions à l’inventivité démocratique. Au convivialisme.


L’économie sociale et solidaire : contre le productivisme ?
Jean-Louis Laville
L’ère du productivisme a identifié le marché avec l’économie et l’État avec le social. Mais le marché empiète comme jamais sur le social et même sur le politique. Nombre d’initiatives proposent de réinsuffler dans l’économie un fonctionnement démocratique et d’autres finalités que le profit. Ou comment certaines intentions associationnistes du XIXe siècle aident à affronter les défis d’aujourd’hui.


La société civile laboratoire d’alternatives au productivisme ?
Xavier Ricard
Agroécologie, monnaie locale… Un peu partout dans le monde, la société civile fourmille d’initiatives qui inventent une économie plus respectueuse de l’homme et de la planète. Parfois elle dépasse une démarche très locale ou sectorielle, mais elle peine à se soumettre à une évaluation scientifique qui lui permettrait d’affronter ses contradictions et d’apporter une alternative globale.


Banco Palmas ou les richesses d’une favela
João Joaquim de Melo Neto Segundo
Au Nord-Est du Brésil, les habitants d’une favela ont créé leur propre banque et leur propre monnaie pour que la richesse du quartier serve à stimuler localement les revenus et l’emploi. Les résultats sont spectaculaires. Et donnent des idées à d’autres.


Y a-t-il une vie après la croissance ?
Bernard Perret
La critique sociale peine à intégrer la contestation du productivisme. A l’inverse, la solidarité ne peut être pensée entre les générations si elle ne l’est pas déjà aujourd’hui. Reste à trouver les ressorts d’une transition écologique et solidaire. Formidable défi.


Gérer les déchets autrement, l’exemple de Lille Métropole
Andrea Weyrauch
Exclusivité web - Des entrepreneurs lillois ont voulu faire du tri des déchets un lieu d’innovation sociale et environnementale s’inspirant des principes de l’économie sociale et solidaire. Résultat : un espace privilégié d’insertion par l’emploi et une réduction sensible de la part des déchets enfouis.



Productivité n'est pas productivisme (introduction)
Michel Griffon
Les ressources de la planète sont limitées. Chacun le sait. Et pourtant, le développement économique continue d’être tourné vers l’accroissement illimité de la production de biens matériels. Est-on enserré à ce point dans la spirale productiviste qu’on ne puisse plus en sortir ? Où sont les alternatives?

Critique de la raison productiviste
Alain Grandjean
La finitude du mon...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Comment se réapproprier l'Europe ? | Projet 01/04/2014

Article

... Lire [+]

V

SOMMAIRE :
- Le devoir d'être optimiste
- Le social, jambe atrophiée de l'Europe
- L'Europe et nous
- L'Europe otage de la finance ?
- L'Europe actuelle ne fait pas davantage rêver que la Chine
- Industrie : l'heure des choix

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Par-delà l’effet de mode, les " Mooc ", ces cours en ligne, annoncent une industrialisation de la formation et une exacerbation de la concurrence. Si la menace est grande pour les enseignants, l’opportunité ne l’est pas moins : il s’agit pour eux de redéfinir et de réaffirmer leur rôle dans la relation aux étudiants.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Société d'hyperconsommation : promesses non tenues | Projet 01/06/2017

Article | Actualités

... Lire [+]

V

Pour P. Moati, la société d'hyperconsommation nous empêche de construire une identité commune. En sortir suppose d'oeuvrer pour une société du "faire" ensemble. [...]
Il faut encourager une consommation dématérialisée. [...] Vendre des expériences et aider les gens à faire, bricoler, jardiner, faire de la musique, dessiner... peut permettre d'avoir des contenus de consommation moins intensifs, d'ouvrir des marchés aux entreprises, tout en aidant à se détacher de la consommation et élever les individus.
Pour P. Moati, la société d'hyperconsommation nous empêche de construire une identité commune. En sortir suppose d'oeuvrer pour une société du "faire" ensemble. [...]
Il faut encourager une consommation dématérialisée. [...] Vendre des expériences et aider les gens à faire, bricoler, jardiner, faire de la musique, dessiner... peut permettre d'avoir des contenus de consommation moins intensifs, d'ouvrir des marchés aux entreprises, tout en aidant ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Agriculture : écologie pour tous ? | Projet 01/02/2013

N°spéciaux

... Lire [+]

V

- 1-70

Les campagnes françaises bruissent d’une rumeur croissante : l’agriculture se convertirait à l’écologie ! À tendre l’oreille, la rumeur couvre des mélodies variées : agriculture durable, raisonnée, biologique, écologiquement intensive… Les pouvoirs publics, eux aussi, y vont de leur couplet : " verdissement " à Bruxelles, " agro-écologie " à Paris (cf. S. Le Foll) ! Que couvrent ces dissonances ? Sont-elles vouées à durer, ou sont-elles le fait d’instrumentistes s’accordant avant le début de la symphonie (cf. M. Griffon) ?

Ce serait alors celle d’un nouveau monde. Car l’agriculture actuelle malmène gravement la planète. Au plan mondial, nulle autre activité humaine n’émet autant de gaz à effet de serre. Sapant la biodiversité par la déforestation et l’usage d’intrants chimiques, elle contribue au " sixième événement d’extinction majeure dans l’histoire de la vie sur terre "[1] - et le premier d’origine humaine. Elle ponctionne 75 % de la consommation mondiale d’eau douce, provoquant des pénuries sans précédent. L’agriculture conventionnelle, OGM ou non, n’est pas non plus sans incidence sur la santé de sa main-d’œuvre et des consommateurs.

L’agriculture est elle-même victime des dégradations environnementales. Le changement climatique limite d’ores et déjà les rendements du riz, du blé et du maïs, tout comme la production laitière. Il influence les maladies des végétaux. L’érosion des sols réduit leur capacité à stocker l’eau.

Mais, si les pionniers du bio font école, aujourd’hui en France la majorité des agriculteurs restent les héritiers de la grande modernisation d’après-guerre. Animés par l’utopie du progrès, ils ont vu dans la science, le renouveau des techniques et les subventions publiques une promesse, longtemps tenue : celle de rendements accrus, d’un confort meilleur, de revenus garantis. Admettre maintenant qu’en épousant cet espoir ils maltraitaient à ce point leur premier outil de travail - la nature - n’est pas chose facile. Reconsidérer profondément leur système de production moins encore.

Se sentant jugés, ces agriculteurs n’apprécient guère la chanson écolo (cf. le débat animé entre représentants de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) et de France nature environnement. On ne change pas si aisément de pratiques professionnelles, ni de modèle économique, pas davantage d’équipements sur lesquels on a investi pour des décennies. Encore moins d’environnement économique, quand l’agriculteur est devenu le sous-traitant de l’industrie et de la grande distribution (cf. M. Calame). Et quel rôle pour la science ?

L’Inra semble avoir finalement pris la mesure de l’enjeu (cf. J.-F. Soussana). Mais pourquoi ne pas d’abord miser sur la fantastique inventivité des agriculteurs eux-mêmes (cf. J. M. von der Weid) ? Il faut entendre leur enthousiasme à réinventer le métier (cf. V. Tardieu) ! Et si l’agroécologie, qui oppose l’ancrage territorial, le chant de la terre, la diversité et l’intensité du vivant à la standardisation des chaînes industrielles, portait en germe une transformation économique globale (cf. X. Ricard) ?

Bien sûr, les agriculteurs n’ont pas toutes les clés de la partition. Comment mettre des priorités entre les objectifs assignés à l’agriculture : produire plus, rémunérer le travail agricole, respecter l’environnement ? La réponse est éminemment politique. La FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) prédit que la demande de produits agricoles augmentera de 70 % d’ici 2050. Mais rien n’est écrit d’avance : ni la généralisation du mode de vie occidental, ni la priorité donnée à l’alimentation du bétail et des moteurs sur celle des humains (cf. O. De Schutter). Ni la misère promise au 1,5 milliard de paysans pauvres si la loi de la compétitivité régit seule le marché agricole mondialisé (cf. H. Rouillé d’Orfeuil). Quelle loi faire prévaloir : celle du marché et des prix bas, ou celle du territoire et de sa population ?

Pathétique serait l’incapacité des pouvoirs publics à fixer un cap. En 2013, l’Europe doit décider de sa nouvelle politique commune, tandis qu’une loi d’avenir pour l’agriculture est promise en France à l’automne. Gageons que l’année ne laissera pas un goût d’inachevé.

SOMMAIRE :


De secteur primaire il n’y a plus, ou presque, dans les pays développés. L’agriculture y est un simple maillon d’une chaîne industrielle. Ce système mène dans l’impasse : sanitaire, sociale, environnementale. Pourra-t-on se contenter de l’aménager ?



Chercheur
L’agroécologie : noyau dur d’une alternative au capitalisme
1er février 2013
Xavier Ricard Lanata
Standardisation, rentabilité, fluidité… Aux mots clefs de l’agroindustrie, l’agroécologie propose de substituer la diversité du vivant, la beauté de la nature, la densité de la relation humaine,...

Acteur de terrain
Petit lexique écolo-agricole
23 janvier 2013
Stéphanie Cabantous
Agriculture conventionnelle, durable, raisonnée, intégrée, paysanne, biologique… Vous en voulez encore ? Agro-écologie, permaculture, agriculture à haute valeur environnementale, écologiquement...


Chercheur
Vers une septième révolution agricole
22 janvier 2013
Michel Griffon
L’histoire longue des révolutions techniques agricoles montre que l’impact sur l’environnement ne date pas d’hier. Mais la grande modernisation des dernières décennies aboutit à une impasse...

Acteur de terrain
La FNSEA convaincra-t-elle les écolos ?
21 janvier 2013
Jean-Claude Bévillard et Christiane Lambert
Entretiens croisés - Les agriculteurs ne sont plus allergiques à l’écologie. Mais la vice-présidente du principal syndicat agricole français en appelle au réalisme économique : elle demande du temps,...


Responsable politique
Stéphane Le Foll, " Une vraie ambition pour l’agroécologie "
16 janvier 2013
Stéphane Le Foll
Entretien - Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, veut réconcilier tous les agriculteurs autour d’une troisième voie, entre défense et contestation de l’agriculture conventionnelle. Une...

Responsable politique
" L’agriculture industrielle a des coûts cachés pour la collectivité "
4 janvier 2013
Olivier De Schutter
Entretien - Le développement de l’agriculture conventionnelle au XXe siècle s’est fait sur le dos de l’environnement et de la justice sociale. Face à cette crise silencieuse, le rapporteur spécial des...


Chercheur
Pour des agricultures intensives en travail
3 janvier 2013
Henri Rouillé d’Orfeuil
Les agricultures des pays de l’OCDE emploient 3 % de la population active. Déployer ce modèle à l’échelle mondiale, quand 60 % des actifs en Asie et en Afrique sont paysans, mettrait 1,5 milliard de...

Acteur de terrain
Figures de paysans écolos
3 janvier 2013
Vincent Tardieu
Installés en bio ou récemment convertis à l’une des formes de l’agriculture écologique, néo-ruraux ou enfants de paysans, les portraits dressés par Vincent Tardieu laissent transparaître...


Vu d'ailleurs
Agriculture durable : le Brésil ouvre le bal
19 décembre 2012
Jean Marc von der Weid
Pour améliorer le sort des petits producteurs brésiliens, une ONG a mutualisé les savoirs des paysans, des techniciens et des chercheurs. Un programme ambitieux cité en exemple par les Nations...

Acteur de terrain
L’agroécologie envoie paître l’industrie
19 décembre 2012
Matthieu Calame
Par son organisation et ses standards, l’agriculture conventionnelle imite l’industrie. Pour envisager une filière plus durable, plus respectueuse de l’environnement en amont comme en aval, c’est tout...










Les campagnes françaises bruissent d’une rumeur croissante : l’agriculture se convertirait à l’écologie ! À tendre l’oreille, la rumeur couvre des mélodies variées : agriculture durable, raisonnée, biologique, écologiquement intensive… Les pouvoirs publics, eux aussi, y vont de leur couplet : " verdissement " à Bruxelles, " agro-écologie " à Paris (cf. S. Le Foll) ! Que couvrent ces dissonances ? Sont-elles vouées à durer, ou sont-elles le fait ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

- 1-71

SOMMAIRE

• Donner à la finance un visage
• Financiarisation : la révolution silencieuse
• L’épargne peut-elle échapper à la finance stérile ?
• Quelle maîtrise les ménages ont-ils de leur épargne ?
• L’investissement socialement responsable, laboratoire d’une autre finance
• ISR : rendre le monde meilleur ?
• Activisme actionnarial : le grain de sable peut-il enrayer la machine ?
• Le droit est-il adapté aux dérives de la finance ?
• Quels critères pour choisir sa banque ?
• " Les ONG doivent descendre dans l’arène "
SOMMAIRE

• Donner à la finance un visage
• Financiarisation : la révolution silencieuse
• L’épargne peut-elle échapper à la finance stérile ?
• Quelle maîtrise les ménages ont-ils de leur épargne ?
• L’investissement socialement responsable, laboratoire d’une autre finance
• ISR : rendre le monde meilleur ?
• Activisme actionnarial : le grain de sable peut-il enrayer la machine ?
• Le droit est-il adapté aux dérives de la finance ?
• Quels ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

L’énergie, on ne la voit pas. Sur elle reposent pourtant nos déplacements, notre confort, nos relations, nos modes de production et de consommation, notre agir politique. Changer de modèle énergétique, c’est changer de société. L’occasion de la rendre plus juste ?

SOMMAIRE
L’énergie au XXIème siècle, le sens des limites
" Manger ou se chauffer, il faut choisir ! "
Droit à l’énergie, progrès ou illusion ?
Vers des transports amoureux du climat ?
Les prix de l’immobilier en question
Se libérer de la consommation
Au fondement matériel de la démocratie
Remunicipaliser l’électricité : le modèle allemand
Pour une Europe de l’électricité
Ecologie : pourquoi bouge-t-on si peu ?
Un nouveau récit pour une transition juste
L’énergie, on ne la voit pas. Sur elle reposent pourtant nos déplacements, notre confort, nos relations, nos modes de production et de consommation, notre agir politique. Changer de modèle énergétique, c’est changer de société. L’occasion de la rendre plus juste ?

SOMMAIRE
L’énergie au XXIème siècle, le sens des limites
" Manger ou se chauffer, il faut choisir ! "
Droit à l’énergie, progrès ou illusion ?
Vers des transports amoureux du cl...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Sauvés par la révolution numérique ? | Projet 01/12/2015

N°spéciaux

... Lire [+]

V

" Comme toujours, le progrès technique permettra aussi de répondre à cette question-là ", concluait Dominique Seux, le 16 octobre dernier sur France inter, à l’issue d’un débat sur la mobilité durable. Même si la technique accomplit des prodiges (transports, communications, santé…), peut-on être aussi affirmatif ? Ce serait bien commode ! Les dirigeants économiques et politiques d’ailleurs écoutent avec intérêt les prophéties technologiques, à l’instar de la " troisième révolution industrielle " annoncée par Jeremy Rifkin (cf. S. Lavelle). Nos universités s’y préparent (cf. P. Giorgini). Le récit a de quoi séduire : il promet de nous sortir de toutes nos impasses ! L’impasse écologique, en ajustant l’offre de matière et d’énergie à la demande (cf. G. Babinet). L’impasse sociale, en offrant de nouveaux débouchés pour l’emploi (cf. Ph. Vasseur) ou en libérant l’homme, grâce aux robots, des tâches ingrates ou répétitives. L’impasse politique, en autorisant chacun à reconquérir du pouvoir dans un système moins pyramidal.

L’analyse invite pourtant à la prudence. Dans l’histoire, les révolutions industrielles ne relèvent pas d’un phénomène objectivable, mais d’un discours visant à légitimer ou à accélérer des évolutions qui n’ont rien d’inéluctable, tout en masquant une réalité éminemment conflictuelle (cf. F. Jarrige). À Bruxelles comme à Paris, l’on présente le numérique et la robotique comme des nouveaux moteurs pour notre croissance en berne. Pourtant, à en croire Gaël Giraud, on attribue à tort au progrès technique l’essentiel des gains de productivité depuis deux siècles, alors qu’ils reposent d’abord sur la prédation des ressources rares de notre planète. La nouvelle économie, qualifiée abusivement d’immatérielle, ne fait pas exception : nos clics et nos applis sont énergivores et émetteurs de carbone, nos tablettes et nos robots sont fabriqués avec des matériaux qui se raréfient et ne se recyclent guère (cf. P. Bihouix). Notre économie, qui ne veut pas le voir, avale avec voracité son assise matérielle.

La substitution annoncée de la moitié des emplois par des ordinateurs, elle aussi, a de quoi inquiéter. Peut-être est-ce là son principal objet : mieux imposer une " uberisation " du monde du travail - où le collectif, le salariat et son statut protecteur cèderaient la place à une loi de la jungle au nom de l’individu roi (cf. X. Timbeau). Si les technologies du numérique et de la robotique, intensives en capital, ne laissent que les miettes à la rémunération du travail, elles font naître des rentes aussi soudaines que colossales. Issus de la Silicon Valley, les " petits génies " créateurs de Netflix, Uber ou Airbnb ont rejoint en 2015 le club fermé des milliardaires. Cette concentration de richesse interroge. Mérite-t-on, à 24 ans, de devenir milliardaire pour avoir inventé Snapchat ? Bien souvent, ce sont les utilisateurs que nous sommes qui créent la valeur ! Une valeur qui, en glissant vers " l’immatériel " (brevets, propriété intellectuelle), échappe de plus en plus aux salariés et à l’État. 500 firmes américaines, dont Apple, Microsoft ou IBM, ont accumulé plus de 2000 milliards de dollars de profits (l’équivalent du Pib italien) dans les paradis fiscaux…

Ces technologies nous rendront-elles plus heureux, plus solidaires ? Certes, elles nous rapprochent (les femmes de marins auraient rêvé de pouvoir " skyper "), mais de qui ? Quelle place pour l’imprévu, pour la découverte de l’autre différent, si même les rencontres amoureuses sont régies sur un mode consumériste ? Quel épanouissement au travail, quand l’appel au tout collaboratif se mue parfois en moyen de surveillance ?

" Nous possédons trop de moyens pour des fins limitées et rachitiques ", avertit le pape François (LS, 203), après avoir durement critiqué notre asservissement à la technique. Plutôt que d’accompagner une fuite en avant dictée par la compétitivité, l’heure est à interroger notre projet commun (cf. B. Ibal). À quelles activités utiles et soutenables dédier notre appareil productif, notre travail ? Lesquelles délaisser qui détruisent notre écosystème ? Qu’est-ce qu’une juste répartition du fruit du travail (cf. J. Gadrey) ? Nous ne répondrons pas à ces questions sans un engagement déterminé, lucide et courageux des partenaires sociaux (cf. F. Flipo). " Il s’agit simplement de redéfinir le progrès " (LS, 194).
" Comme toujours, le progrès technique permettra aussi de répondre à cette question-là ", concluait Dominique Seux, le 16 octobre dernier sur France inter, à l’issue d’un débat sur la mobilité durable. Même si la technique accomplit des prodiges (transports, communications, santé…), peut-on être aussi affirmatif ? Ce serait bien commode ! Les dirigeants économiques et politiques d’ailleurs écoutent avec intérêt les prophéties technologiques, à ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

L’accord de Paris porte une ambition forte (un réchauffement " bien en dessous des 2 °C "). Mais il ne suffit pas à ce que le monde en prenne le chemin. Tout se passe comme si nous voulions sans cesse repousser les limites de la biosphère. Pourquoi ? Jusqu’où ? De la confrontation à ces limites, un nouveau rapport au monde peut-il naître ?

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

L'inventivité humaine ne cesse de nous faire gagner du temps. Pourtant, nous n'avons jamais été aussi débordés. L'impression de vivre intensément peut être grisante. Mais après quoi court-on, au juste ? Nos liens sociaux, notre démocratie, notre environnement peuvent-ils supporter notre boulimie ?

SOMMAIRE :

- Salariés sous pression (Thomas Coutrot)
- Intensifier sa vie pour défier la mort ? (Cynthia Fleury)
- Entreprise : faire place à l’important, un défi permanent (Christophe Duval-Arnould et al.)
- " La logique d’accélération s’empare de notre esprit et de notre corps " (Hartmut Rosa)

L'inventivité humaine ne cesse de nous faire gagner du temps. Pourtant, nous n'avons jamais été aussi débordés. L'impression de vivre intensément peut être grisante. Mais après quoi court-on, au juste ? Nos liens sociaux, notre démocratie, notre environnement peuvent-ils supporter notre boulimie ?

SOMMAIRE :

- Salariés sous pression (Thomas Coutrot)
- Intensifier sa vie pour défier la mort ? (Cynthia Fleury)
- Entreprise : faire place à l’impo...

Z