m

Documents  Sciences Humaines | enregistrements trouvés : 32

O
     

-A +A

P Q

UV

Sciences Humaines


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

A la conquête de soi | Sciences Humaines 01/11/2009

Article

... Lire [+]

V

- n° 209 - p.22 à p.29

L'identité ne s'impose en rien comme une évidence. Ce "je" qui nous file sans cesse entre les doigts n'est pas à exhumer mais à conquérir.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

- n° 179 - p.46 à p.51

Adam Smith est souvent considéré comme l'auteur emblématique du libéralisme, qui incarnerait la foi dans les vertus du marché. Les lectures de A. Smith qu'apportent aujourd'hui historiens de la pensée économique et philosophes remettent en cause cette vision simpliste, et font de l'Ecossais un auteur complexe, à la croisée de l'économie et de la philosophie morale.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Le pouvoir agit par la contrainte. L’autorité, elle, impose par le respect. Dans le sens courant, le mot "autorité" désigne un certain type de pouvoir reconnu comme légitime. Lorsque l’on dit d’un enseignant qu’il "a de l’autorité", c’est qu’il sait se faire respecter. Lorsqu’une personne "fait autorité" dans son domaine - scientifique ou professionnel -, on suppose que ses compétences sont reconnues de tous.


Naguère l’autorité politique semblait aller de soi. Elle reposait sur un ordre fixé par les dieux, la tradition ou tout simplement la nature des choses. Mais, en régime démocratique, l’autorité devient problématique. Sur quels critères fonder une autorité légitime ?


Pour des milliers d’enseignants, l’autorité est devenue une question très pratique?: comment faire face à certains élèves qui perturbent la classe et affrontent directement l’enseignant? Pour Bruno Robbes, l’autorité éducative ne repose ni sur le seul statut ni sur le seul "charisme?": l’autorité ça s’apprend.


Dans les familles, l’autorité est "un pilier indispensable de la relation parent-enfant", explique Daniel Marcelli. Mais comment l’exercer sans recourir à la force, aujourd’hui discréditée, ou à la séduction dont les effets peuvent s’avérer délétères ?


En entreprise, l’autorité a un nom : le leadership. Depuis un siècle, les spécialistes du management scrutent les modes de gouvernement des dirigeants à la recherche d’un modèle. L’ont-ils trouvé ?

SOMMAIRE


- La politique en mal d'autorité
- S'imposer en classe peut-il s'apprendre ?
- Eduquer n'est pas séduire
- Comment devient-on un leader ?
Le pouvoir agit par la contrainte. L’autorité, elle, impose par le respect. Dans le sens courant, le mot "autorité" désigne un certain type de pouvoir reconnu comme légitime. Lorsque l’on dit d’un enseignant qu’il "a de l’autorité", c’est qu’il sait se faire respecter. Lorsqu’une personne "fait autorité" dans son domaine - scientifique ou professionnel -, on suppose que ses compétences sont reconnues de tous.


Naguère l’autorité politique ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

- n° 212 - p.36 à p.51

Coup de théâtre?: le handicap n’est pas occasionné par un accident ou une maladie, mais par la société, accusée de ne pas savoir aménager des environnements accessibles à tous. A elle de s’adapter?! Voilà le nouveau regard entériné par la loi française de 2005. Dans les faits, la société est loin d’avoir tiré toutes les conséquences de ce virage?: scolarisation et insertion professionnelle, par exemple, présentent toujours d’importantes lacunes. Et déjà, l’émergence d’Internet amplifie des débats confirmant que le handicap ne relève plus seulement du médical, mais aussi du socioculturel?: volonté de briser les tabous de la sexualité et de la nudité, affirmation d’une culture du handicap, et même montée d’un certain communautarisme.


- Du médical au culturel, changement de regard

- Les chiffres du handicap

- Quelle école pour les enfants handicapés ?

- Insertion : vers de nouvelles règles du jeu

- En finir avec les tabous

- Bibliographie (accès libre sur le site des Sciences Humaines)
Coup de théâtre?: le handicap n’est pas occasionné par un accident ou une maladie, mais par la société, accusée de ne pas savoir aménager des environnements accessibles à tous. A elle de s’adapter?! Voilà le nouveau regard entériné par la loi française de 2005. Dans les faits, la société est loin d’avoir tiré toutes les conséquences de ce virage?: scolarisation et insertion professionnelle, par exemple, présentent toujours d’importantes lacunes. ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

- n° 34 - p.50 à p.53

L'individu a une histoire. Et cette histoire pourrait débuter aux XIVème et XVème siècle. Avec la Renaissance émerge une nouvelle manière de vivre et de concevoir sa destinée dans ce monde. L'individu commence à s'affranchir des tutelles traditionnelles qui pèsent sur son destin. Il ose dire "je". Le monde social change de centre de gravité : des lois supérieures (le service de Dieu, de l'Etat, de la famille...), il se tourne vers l'individu et le culte de soi. L'individu devient le but et la norme de toute chose. L'individu a une histoire. Et cette histoire pourrait débuter aux XIVème et XVème siècle. Avec la Renaissance émerge une nouvelle manière de vivre et de concevoir sa destinée dans ce monde. L'individu commence à s'affranchir des tutelles traditionnelles qui pèsent sur son destin. Il ose dire "je". Le monde social change de centre de gravité : des lois supérieures (le service de Dieu, de l'Etat, de la famille...), il se tourne vers l'individu et ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

- n° 185 - p.20 à p.59

L’histoire est aujourd’hui sommée de fournir des arguments sur le présent. Les avocats du libre-échange voient la mondialisation comme une force de progrès relevant les niveaux de vie partout sur la planète, quand les critiques la perçoivent comme un moyen d’exproprier les ressources des pays pauvres pour les enchaîner à la dette. Les protagonistes de ce débat se retournent de plus en plus vers l’histoire pour exiger des réponses?: la mondialisation est-elle une nouveauté ? Le monde est-il occidentalisé ? Avec l’ambition de fédérer dans une même vision les diverses approches (de l’histoire des mentalités aux subaltern studies), les initiateurs de la world history entendent fondre les récits historiques existants, occidentaux ou autres, en une seule perspective. L’enjeu de cette nouvelle tendance n’est rien de moins que de permettre aujourd’hui à notre regard d’embrasser toutes les dimensions de son objet : le monde. L’histoire est aujourd’hui sommée de fournir des arguments sur le présent. Les avocats du libre-échange voient la mondialisation comme une force de progrès relevant les niveaux de vie partout sur la planète, quand les critiques la perçoivent comme un moyen d’exproprier les ressources des pays pauvres pour les enchaîner à la dette. Les protagonistes de ce débat se retournent de plus en plus vers l’histoire pour exiger des réponses?: la m...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

- n° 175 - p.50 à p.53

L'individu est sommé dans nos sociétés de donner sens à ses pratiques et d'inventer sa vie. Les sociologues parlent de réflexivité pour désigner, face au déclin des normes et des institutions, la nécessité pour chacun de construire soi-même son action. Véritable mutation sociétale ou simple air du temps ?

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Réflexif ou dépressif ? Égoïste ou connecté ? Les années 1990 ont été celles de la découverte de l’individu. Essor du libéralisme, déclin des mouvements collectifs, transformations de la famille…, autant de facteurs qui mettent chacun face à sa liberté, pour le meilleur et pour le pire. Mais sommes-nous pour autant les seuls, dans l’Occident moderne, à être d’authentiques individus?

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

- n° H.S. n°9 - p.23 à p.78

Quand et comment les sociétés et les cultures humaines sont-elles apparues ?
Les réponses à ces grandes questions se répartissent en deux catégories.
• Les sciences humaines ont répondu sous la forme d’un " grand récit " des origines, qui affirme que la société est née en rupture avec l’ordre naturel, sous forme d’un acte inaugural. Jean-Jacques Rousseau et Thomas Hobbes voyaient la naissance de la société comme un rassemblement d’individus " sauvages " décidant soudain de passer un " contrat social ". Émile Durkheim identifiait la fondation des sociétés à une grande cérémonie collective donnant naissance à la fois à la religion, à la morale, à la société et aux représentations collectives. Claude Lévi-Strauss a imaginé que le passage " de la nature à la culture " s’est effectué avec l’invention de la prohibition de l’inceste et l’échange de femmes.
• La théorie de l’évolution propose un autre modèle. Elle affirme que les sociétés humaines ne se situent pas en rupture, mais dans le prolongement de l’ordre naturel. La société n’est pas une invention humaine. Les loups vivent en petits groupes communautaires, autour d’un chef qu’ils vénèrent, respectent et suivent fidèlement. Ils chassent ensemble, s’occupent des petits, prennent le repas en commun et pratiquent même l’évitement de l’inceste. Et le monde animal a créé une grande diversité de formes de vie sociale.
L’étude des sociétés animales remet donc en cause un dogme fondateur des sciences humaines selon lequel la société est fondée sur la culture et que cette dernière marque une rupture avec l’ordre naturel.
Depuis quelques années, il n’est plus de mise d’opposer ces deux modèles, il faut envisager leur dépassement. Mais comment ? C’est ce que nous allons voir.


- Le singe, un animal moral

- 7 questions sur l'origine des sociétés

- Le fondement imaginaire des sociétés (accès libre)

- Les sources universelles de la justice

- Famille, castes, harems, tyrannies. La diversité des sociétés animales

- Comment vivaient nos ancêtres

- Corée, l’autre Néolithique

- La disparition des chasseurs-cueilleurs

- Comment classer les sociétés

- Les San du Kalahari, une image de la vie de nos ancêtres ?

- Les premiers hommes étaient-ils chasseurs ?
Quand et comment les sociétés et les cultures humaines sont-elles apparues ?
Les réponses à ces grandes questions se répartissent en deux catégories.
• Les sciences humaines ont répondu sous la forme d’un " grand récit " des origines, qui affirme que la société est née en rupture avec l’ordre naturel, sous forme d’un acte inaugural. Jean-Jacques Rousseau et Thomas Hobbes voyaient la naissance de la société comme un rassemblement d’individus " ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

- n° 185 - p.24 à p.28

En dix ans, le téléphone est entré dans toutes les poches. Tous les observateurs s'accordent à dire qu'il a changé notre vie. Oui, mais dans quel sens ?

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Qu'est-ce qui caractérise la génération Y, ces 18-30 ans qui ont grandi avec Internet ? Une manière d'être et de communiquer qui laisse perplexes beaucoup de leurs aînés. Petit portrait des Y par eux-mêmes.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Atteintes à l'environnement, creusement des inégalités, démesure des marchés financiers...Face aux critiques que suscite le capitalisme contemporain, certaines entreprises cherchent à intégrer et à corriger les impacts sociaux et environnementaux de leurs activités. Peut-on concilier profit et bien commun ?

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

L'allongement de l'espérance de vie recouvre des enjeux économiques majeurs, qu'il s'agisse d'emploi, de retraite ou de dépendance. Il ouvre également la possibilité d'une vie active, source d'épanouissement individuel.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Empathie, coopération, générosité, care , sollicitude, compassion…

Tout un vocabulaire a envahi notre univers social et mental. Les engagements humanitaires, les solidarités de proximité, la sensibilité aux malheurs et l’attention au bonheur des autres sont devenus des préoccupations majeures du temps présent.

Dans les sciences humaines et sociales, comme dans les sciences de la nature, un retournement de paradigme est en cours. Chez les animaux, là où l’on ne voyait que compétition et lutte pour la survie, on trouve aujourd’hui sympathie et entraide. Dans la société, le souci d’autrui est venu supplanter l’image d’un individu mû par ses intérêts égoïstes dans un contexte d’économie libérale.

Pourquoi un tel retour en force de l’idée de solidarité?

SOMMAIRE

- Le temps des bons sentiments
- Rencontre avec Frans de Waal. L'empathie, des animaux aux humains

- La morale est-elle fondée sur la compassion ?

- Altruiste ou égoïste, les deux faces de l'être humain

- Bénévolat, assistance...Pourquoi s'engage-t-on ?

- Polémiques autour du care

- L'idée de solidarité a une histoire

- Bibliographie
Empathie, coopération, générosité, care , sollicitude, compassion…

Tout un vocabulaire a envahi notre univers social et mental. Les engagements humanitaires, les solidarités de proximité, la sensibilité aux malheurs et l’attention au bonheur des autres sont devenus des préoccupations majeures du temps présent.

Dans les sciences humaines et sociales, comme dans les sciences de la nature, un retournement de paradigme est en cours. Chez les ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Le souci des autres | Sciences Humaines 01/12/06

Article

... Lire [+]

V

- n° 177 - p.33 à p.47

Majoritairement féminin, le soin des autres est non rémunéré quand il est domestique, souvent mal rétribué quand il est un métier à part entière. Il apparaît pourtant crucial dans nos sociétés contemporaines où l'insertion professionnelle des femmes et le vieillissement de la population obligent à repenser sa répartition. Appréhender les défits sociaux et éthiques de ce souci des autres, tel est depuis plus d'une vingtaine d'années dans les pays anglo-saxons l'objet des travaux sur le "care". Majoritairement féminin, le soin des autres est non rémunéré quand il est domestique, souvent mal rétribué quand il est un métier à part entière. Il apparaît pourtant crucial dans nos sociétés contemporaines où l'insertion professionnelle des femmes et le vieillissement de la population obligent à repenser sa répartition. Appréhender les défits sociaux et éthiques de ce souci des autres, tel est depuis plus d'une vingtaine d'années dans les pays ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Malgré les inégalités qui la traversent, la génération Y semble inventer de nouveaux modes de vie avec des valeurs qui lui sont propres.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Economistes et experts du management découvrent l'impact économique de l'identité. Lorsque les salariés s'identifient à leur firme, ne sont-ils pas les meilleurs ambassadeurs de ses clients ? Plus facile à dire qu'à faire...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

- n° H.S. n°19 - p.21 à p.78

SOMMAIRE

La longue marche de l'écologie
Les sept familles de l'écologie
Hans Jonas et Le Principe Responsabilité
Démocratie : le défi écologique
Grandeur et misère de la coopération internationale
L'écologie dans le jeu politique
Ecologie : de l'âge économique à l'âge social
Les habits verts de la croissance
La décroissance ou la critique radicale
Du bon usage du catastrophisme
Questions d'éthique environnementale
Comment fabriquer des cerveaux verts ?
Gaïa et la nouvelle version du vivant
L'apocalypse est pour damain
La science sauvera-t-elle la Terre
Bibliographie
SOMMAIRE

La longue marche de l'écologie
Les sept familles de l'écologie
Hans Jonas et Le Principe Responsabilité
Démocratie : le défi écologique
Grandeur et misère de la coopération internationale
L'écologie dans le jeu politique
Ecologie : de l'âge économique à l'âge social
Les habits verts de la croissance
La décroissance ou la critique radicale
Du bon usage du catastrophisme
Questions d'éthique environnementale
Comment fabriquer des ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

- n° 177 - p.8 à p.13

Lobby pharmaceutique, environnementaliste, catholique...En France, les groupes d'intérêts ont, pour des raisons historiques, mauvaise réputation. Dans d'autres pays, ils sont pourtant considérés comme des acteurs ordinaires de la vie politique, et l'Union européenne a d'emblée encouragé leur action. Quelle place occupent-ils aujourd'hui au sein des processus de décision publique ?

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

- n° 177 - p.48 à p.53

Max Weber a entrepris une vaste étude comparative des grandes religions du monde, pour tenter de comprendre comment elles ont influencé ou non le développement économique. Après un siècle, ses typologies servent encore de références - plus ou moins valides - en sociologie des religions.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Nos vies numériques | Sciences Humaines 01/08/2011

Article

... Lire [+]

V

Sur le Web, certains bavardent avec leurs amis toute la journée. D’autres s’y rendent pour draguer, en quête de l’âme sœur ou d’une soirée épicée. D’autres encore s’y métamorphosent tous les soirs en elfes partis en quête d’une épée légendaire gardée par des cyclopes. Des fans échangent passionnément sur leur série préférée. Des hackers passent des nuits à craquer le code d’un logiciel convoité ou à subtiliser des documents confidentiels. Et les milliards d’octets échangés chaque jour se condensent parfois en un précipité explosif aux conséquences politiques inattendues… Affectives, ludiques, participatives, culturelles, politiques?: nous vivons des vies intenses sur le Web. Des vies qu’il serait trompeur de qualifier de virtuelles. Qu’est en effet le numérique, si ce n’est la poursuite de la vie par d’autres moyens?? Sur le Web, certains bavardent avec leurs amis toute la journée. D’autres s’y rendent pour draguer, en quête de l’âme sœur ou d’une soirée épicée. D’autres encore s’y métamorphosent tous les soirs en elfes partis en quête d’une épée légendaire gardée par des cyclopes. Des fans échangent passionnément sur leur série préférée. Des hackers passent des nuits à craquer le code d’un logiciel convoité ou à subtiliser des documents confidentiels. Et les ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

- n° 159 - p.29 à p.49

La communication orale est ce que l'on a trouvé de plus efficace pour régler les interactions humaines. Est-elle plus persuasive ? Les études sur les messageries et le téléphone montrent que leur différence n'est pas dans le contenu, mais dans leur degré d'engagement.
Gestuelle, contextuelle, globale : la fonction propre de la parole est aujourd'hui replacée au centre des études lingustiques.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

- n° 186 - p.18 à p.27

Un des meilleurs systèmes au monde pour une moitié des élèves, un des plus médiocres pour les autres… Les comparaisons entre les systèmes scolaires des pays avancés sont riches d’enseignement. En France, elles mettent en lumière les difficultés d’une démocratisation qui résiste à établir un système véritablement efficace et équitable.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Si la mondialisation marque le pas dans bien des domaines, le tourisme fait exception tant il est florissant. Cette mondialisation pacifique serait-elle le dernier lieu de la mondialisation heureuse ?

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Aimer son travail est considéré aujourd’hui comme un facteur majeur de la réalisation de soi?; plus personne ne veut perdre sa vie à la gagner. L’engagement est d’ailleurs facteur d’efficacité?: comment être efficace si l’on n’est pas engagé, passionné, motivé pour ce que l’on fait??
Mais quelles sont les composantes de cet engagement ou désengagement face au travail?? Voilà ce que ce dossier tente d’explorer. Achille Weinberg explique que trois motifs suffisent à expliquer la motivation à travailler?: gagner sa vie, exister socialement et faire des choses intéressantes. Mais ce sont les trois mêmes raisons qui conduisent aussi à le détester… Comme l’indiquent des enquêtes récentes certains trouvent leur bonheur dans des métiers parfois inattendus et peu prestigieux?: réparer des motos ou faire de la comptabilité (articles de Marie Deschamps et A. Weinberg).
Mais l’amour du travail conduit parfois à l’enfer. D’abord, parce que beaucoup de gens aiment leur travail et aiment le faire bien, ils déplorent aujourd’hui de devoir le faire dans l’urgence et sous pression. De là des frustrations et un sentiment d’inachèvement, source de nombreuses souffrances (entretiens avec Yves Clot et Christophe Dejours).
Ensuite parce que la vie de groupe engendre aussi des frustrations, des colères, des ressentiments et de la violence larvée (article de Gilles Herreros).

Sommaire

- Pourquoi travaille-t-on ?
- La violence ordinaire dans les organisations
- Plaisir et souffrance au travail, deux regards
- L'amour du métier
Aimer son travail est considéré aujourd’hui comme un facteur majeur de la réalisation de soi?; plus personne ne veut perdre sa vie à la gagner. L’engagement est d’ailleurs facteur d’efficacité?: comment être efficace si l’on n’est pas engagé, passionné, motivé pour ce que l’on fait??
Mais quelles sont les composantes de cet engagement ou désengagement face au travail?? Voilà ce que ce dossier tente d’explorer. Achille Weinberg explique que ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Apprendre à coopérer | Sciences Humaines 01/06/2016

N°spéciaux

... Lire [+]

V

- n° 282 - p.26 à p.47

L’espèce humaine est sans doute la plus coopérative de toutes. Mais diriez-vous d’un esclave qu’il coopère avec son maître ? Sans doute pas. Il travaille pour lui dans les strictes limites de ses obligations. Coopérer, ce n’est pas seulement se soumettre aux ordres, échanger des services ou partager des tâches : c’est le faire librement et avoir un but commun. " Coopérer, souligne Benoît Dubreuil, suppose que l’on aurait aussi de bonnes raisons de ne pas le faire. " C’est sans doute pourquoi il n’est pas si facile d’y arriver. La poursuite des intérêts légitimes de chacun est aussi la plus ordinaire des libertés. Dans le couple comme entre internautes, à l’école comme au travail, entre personnes comme entre pays, instaurer la coopération est un problème. Y parvient-on mieux avec l’aide d’un idéal commun, d’un bénéfice collectif ou d’un surcroît de règles ? L’espèce humaine est sans doute la plus coopérative de toutes. Mais diriez-vous d’un esclave qu’il coopère avec son maître ? Sans doute pas. Il travaille pour lui dans les strictes limites de ses obligations. Coopérer, ce n’est pas seulement se soumettre aux ordres, échanger des services ou partager des tâches : c’est le faire librement et avoir un but commun. " Coopérer, souligne Benoît Dubreuil, suppose que l’on aurait aussi de bonnes raisons ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

SOMMAIRE

Le défi de l'Anthropocène
Révolution(s) : le déclic climatique
Chine : quand le climat dictait les guerres
Et l'humanité incendia la planète
Le siècle de Prométhée

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

La psychologie aujourd'hui | Sciences Humaines 01/03/2016

N°spéciaux

... Lire [+]

V

SOMMAIRE :

• Éditorial : État des lieux à la croisée des chemins
• Psychologie : état des lieux
• Psychologie du développement : quoi de neuf depuis Piaget ?
• Vieillissement : entre déclin et ressources
• Les émotions : des facettes inépuisables
• L'intelligence... plus intelligible
• Le langage, d'hier à aujourd'hui
• La mémoire : une construction collective
• Analogie et créativité : la richesse du connu
• La conscience redécouverte
• Pour une maîtrise de l'attention
• Manipulation du cerveau : une aventure risquée
• Les neurosciences au secours de l'économie
• Portrait du cerveau en esthète
• À quoi sert la neuropédagogie ?
• Les grandes familles des psychothérapies
• Addictions : les nouvelles pistes
• " Dys " : du diagnostic à la prise en charge
• Autisme : les tendances récentes
• La mécanique des troubles alimentaires
• L'explosion des risques psychosociaux
• La santé sous l'oeil des psychologues
• Psychologie positive, la science du bien-être
• Le développement personnel : du neuf avec du vieux ?
• Malaise dans la recherche
• Épidémiologie : de quoi les Français souffrent-ils ?

SOMMAIRE :

• Éditorial : État des lieux à la croisée des chemins
• Psychologie : état des lieux
• Psychologie du développement : quoi de neuf depuis Piaget ?
• Vieillissement : entre déclin et ressources
• Les émotions : des facettes inépuisables
• L'intelligence... plus intelligible
• Le langage, d'hier à aujourd'hui
• La mémoire : une construction collective
• Analogie et créativité : la richesse du connu
• La conscience redécouver...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Les clés de la mémoire | Sciences Humaines 01/11/2014

N°spéciaux

... Lire [+]

V

- n° 264

SOMMAIRE DU DOSSIER

• Où se situe la mémoire ?
Jean-François Dortier
• À quand remontent nos premiers souvenirs ?
Marc Olano
• Jusqu'où la famille nous conditionne-t-elle ?
Georges Chapouthier
• D'où vient la sensation de déjà-vu ?
Fabrice Guillaume
• Huit questions sur la mémoire
Alain Lieury
• À quoi sert d'oublier ?
Francis Eustache
• Les principaux troubles de la mémoire
Points de repères
• Le passé pour seul horizon ?
Questions à François Hartog
Propos recueillis par Martine Fournier
• Et demain ? Vers une mémoire augmentée ?
Rémi Sussan

SOMMAIRE DU DOSSIER

• Où se situe la mémoire ?
Jean-François Dortier
• À quand remontent nos premiers souvenirs ?
Marc Olano
• Jusqu'où la famille nous conditionne-t-elle ?
Georges Chapouthier
• D'où vient la sensation de déjà-vu ?
Fabrice Guillaume
• Huit questions sur la mémoire
Alain Lieury
• À quoi sert d'oublier ?
Francis Eustache
• Les principaux troubles de la mémoire
Points ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

- n° 383

Fragilisée par un chômage de masse, bousculée dans ses traditions par la mondialisation, mais stimulée aussi par les grandes mutations technologiques, la société française se transforme. Stratification sociale, place des femmes, transformations de la famille..., ce numéro des Cahiers français propose un tour d’horizon des grandes questions sur la société française.

SOMMAIRE

Éditorial (Philippe Tronquoy)
1. Une France qui doit repenser son modèle (Philippe Raynaud)
2. Qu’est-ce qui mobilise les Français aujourd’hui ? (Christian Le Bart)
3. Le chômage de masse : de puissants effets de déstructuration anthropologique et sociale (Jean-Pierre Le Goff)
4. Ascenseur ou descenseur social ? Apports et limites des enquêtes de mobilité sociale (Stéphane Beaud, Paul Pasquali)
5. Métropolisation et périurbanisation : les évolutions sociales de la France urbaine (Violaine Girard)
6. Les conséquences de l’immigration sur la société française (Dominique Schnapper)
7. Les nouvelles formes de la conjugalité : du désordre dans l’institution ? (Martine Segalen)
8. Femmes-Hommes, une égalité inachevée (Alban Jacquemart)
9. Délinquance : formes, perceptions, évolutions (Denis Salas)
10. Internet, moteur ou miroir des transformations sociales contemporaines ? (Éric Dagiral)
Fragilisée par un chômage de masse, bousculée dans ses traditions par la mondialisation, mais stimulée aussi par les grandes mutations technologiques, la société française se transforme. Stratification sociale, place des femmes, transformations de la famille..., ce numéro des Cahiers français propose un tour d’horizon des grandes questions sur la société française.

SOMMAIRE

Éditorial (Philippe Tronquoy)
1. Une France qui doit repenser son m...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

- 540 p.

Cet ouvrage est un bilan complet des connaissances en éducation et en formation, à travers des questions clés, comme la motivation, l'évaluation, la formation professionnelle, la didactique...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

- 350 p.

Comment se construit l'identité de chacun ? Comment se fait l'intégration d'un individu au sein d'un groupe, d'une communauté ou d'une société ? Comment analyser les conflits ethniques, religieux, interculturels ? La mondialisation mène-t-elle à l'unification des cultures ou, au contraire, favorise-t-elle les revendications particularistes ? Autant de questions cruciales qui animent les grands débats de société et auxquelles ce livre répond à travers les contributions des meilleurs spécialistes : philosophes, historiens, sociologues, psychologues, ethnologues...

SOMMAIRE

L'INDIVIDU
Les fondements de l'identité personnelle
Identité personnelle et normes sociales
Identité et construction de soi
LE GROUPE
Les cadres de l'appartenance
Familles et générations
Les groupes professionnels
SOCIETES, CULTURES ET NATIONS
Cultures et identités
La nation comme cadre identitaire
Identités et mondialisation
Comment se construit l'identité de chacun ? Comment se fait l'intégration d'un individu au sein d'un groupe, d'une communauté ou d'une société ? Comment analyser les conflits ethniques, religieux, interculturels ? La mondialisation mène-t-elle à l'unification des cultures ou, au contraire, favorise-t-elle les revendications particularistes ? Autant de questions cruciales qui animent les grands débats de société et auxquelles ce livre répond à ...

Z