m

Documents : Article  | enregistrements trouvés : 200

O

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

La question du logement pour les saisonniers qui viennent de l'extérieur constitue une réelle problématique. Le patron du P'tit bar a trouvé la solution : il a acheté et rénové une maison de 5 chambres qu'il propose à ses saisonniers du 15 avril au 15 septembre pour un loyer modique.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Le nouveau centre d'affaires Petra comprendra 4 000 m² de bureaux, le restaurant KFC et une agence bancaire du Crédit Agricole. Le programme devrait être livré en juin 2020 et créer 80 emplois.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

H

L'Assemblée nationale a adopté, le 9 mai, en première lecture, la proposition de loi relative aux pré-enseignes des restaurants "hors agglomérations" et dans les communes de moins de 10.000 habitants ne faisant pas partie d'une unité urbaine de plus de 100.000 habitants. L'usage des pré-enseignes sera réservé aux "restaurant répondant à un savoir-faire traditionnel et dont la majorité des plats proposés à la clientèle dispose de la mention "fait maison" dont les critères sont fixés aux articles D.122-1 et suivants du code de la consommatio". L'Assemblée nationale a adopté, le 9 mai, en première lecture, la proposition de loi relative aux pré-enseignes des restaurants "hors agglomérations" et dans les communes de moins de 10.000 habitants ne faisant pas partie d'une unité urbaine de plus de 100.000 habitants. L'usage des pré-enseignes sera réservé aux "restaurant répondant à un savoir-faire traditionnel et dont la majorité des plats proposés à la clientèle dispose de la mention "fait ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

H

IPlytics, un cabinet allemand d'intelligence économique, révèle dans son dernier rapport intitulé "Who is patenting AI technology ?" ("Qui brevète la technologie de l'IA ?") les entreprises à la pointe de la recherche en intelligence artificielle - tout du moins en matière de quantité de brevets déposés à ce jour.
Le leader de la course aux brevets liés à l'IA est le géant américain de l'informatique Microsoft, qui possédait 18 365 brevets en janvier 2019. C'est une autre société informatique américaine, IBM, qui figure en seconde position avec 15 046 brevets, alors que le sud-coréen Samsung se hisse sur le podium avec 11 243 brevets. Les premières entreprises européennes sont le groupe d'équipement électroménager néerlandais Philips (7 023) et le groupe technologique allemand Siemens (6 192).
À noter que la Chine, qui ambitionne de devenir le leader mondial de l'intelligence artificielle à moyen terme, ne compte encore pour le moment aucune entreprise dans le top 10 mondial... Mais les géants chinois de la tech pourraient bien rapidement rattraper ce retard dans les années à venir.
IPlytics, un cabinet allemand d'intelligence économique, révèle dans son dernier rapport intitulé "Who is patenting AI technology ?" ("Qui brevète la technologie de l'IA ?") les entreprises à la pointe de la recherche en intelligence artificielle - tout du moins en matière de quantité de brevets déposés à ce jour.
Le leader de la course aux brevets liés à l'IA est le géant américain de l'informatique Microsoft, qui possédait 18 365 brevets en ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Selon les données de l'Insee entre 2012 et 2017, il y a de plus en plus de commerces aux Sables d'Olonne. La municipalité estime à plus de 500 le nombre de commerces, dont une grande majorité en centre-ville. Le pourcentage de locaux vides est de moins de 3%. Et alors qu'à une époque l'activité était fortement marquée par la saisonnalité, beauxoup d'enseignes vivent aujourd'hui à l'année.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

En novembre prochain, la nouvelle galerie Leclerc, baptisée Ylium ouvrira ses portes. 40 enseignes viendront grossir l'offre existante, dont 15 enseignes inédites en Vendée. A côté, le pôle loisirs, géré par Up2Play, comprendra une vague de surf, un trempoline parc, un bowling, un parcours Ninja Warrior, un Escape game ... 250 créations d'emploi sont programmées.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

La conservie Gendreau vient d'obtenir une nouvelle distinction avec le label PME +. celui-ci récompense les entreprises engagées pour l’humain, l’emploi et l’environnement. Une reconnaissance pour les actions de la conservierie : " Produire en France, préserver l’histoire familiale et les techniques traditionnelles de fabrication de la sardine, soutenir la filière locale de pêche ou encore s’investir dans la vie et l’économie locale. "

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

L'industrie va chercher ses bras sur la plage | Ouest France 07/07/19 Nouveau

Article (FILIERES ET MARCHES)

... Lire [+]

V

Redorer l'image de l'industrie en France et donner envie au jeunes de s'engager dans cette voie, c'est le but du French Fab Tour. La tournée se déroulera du 15 juillet au 14 août en France. Elle s'arrêtera sur la place du Palais aux Sables d'Olonne, le 1er août.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

La société Arnaudeau à Sallertaine et sa filiale Ouest structures métalliques à Saint-Hilaire-de-Loulay, (125 salariés, 29 ME de CA) spécialisées dans la construction et la charpente métalliques, ont été rachetées par Fayat, quatrième opérateur français du BTP. Claudie et Jacky Frelon ont décidé cette cession pour se concentrer sur les autres entités de leur groupe CJ finances (190 salariés, 25 ME de CA) intervenant dans la tôlerie, l’agencement et le meuble, à savoir Laser océan et Atibel à Sainte-Hermine, Tolea à Challans et Résistub à Aizenay qui compte une filiale en Pologne, Metaline. Une extension du site d’Atibel est prévu cette année, soit un investissement proche de 5 ME. La société Arnaudeau à Sallertaine et sa filiale Ouest structures métalliques à Saint-Hilaire-de-Loulay, (125 salariés, 29 ME de CA) spécialisées dans la construction et la charpente métalliques, ont été rachetées par Fayat, quatrième opérateur français du BTP. Claudie et Jacky Frelon ont décidé cette cession pour se concentrer sur les autres entités de leur groupe CJ finances (190 salariés, 25 ME de CA) intervenant dans la tôlerie, l’agencement ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Un géant du grand froid pousse à l’Ouest. Les Sables d'Olonne | Ouest France 15/07/19 Nouveau

Article | Lu pour vous (ENTREPRISES)

... Lire [+]

V

Depuis le mois dernier, les deux entreprises familiales, Sofrica (Les Sables d'Olonne) et Sofrino (Caen) ne forment plus qu'une. Sofrilog devient ainsi le numéro deux français de la logistique grand froid derrière le parisien Stef. Avec 1 100 salariés et 148 M€ de CA, Sofrilog gère quarante-deux entrepôts frigorifiques pour une capacité totale de stockage d'1,5 million de m³. En 2020, un nouvel entrepôt verra le jour en Vendée, et un autre en région parisienne. La société ambitionne aussi d'en ouvrir en Rhône-Alpes et dans le Sud-Est où elle est peu implantée. Depuis le mois dernier, les deux entreprises familiales, Sofrica (Les Sables d'Olonne) et Sofrino (Caen) ne forment plus qu'une. Sofrilog devient ainsi le numéro deux français de la logistique grand froid derrière le parisien Stef. Avec 1 100 salariés et 148 M€ de CA, Sofrilog gère quarante-deux entrepôts frigorifiques pour une capacité totale de stockage d'1,5 million de m³. En 2020, un nouvel entrepôt verra le jour en Vendée, et un autre en ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Le raid de la tech sur les banques | Le Nouvel Economiste 10/05/2019

Article (TECHNOLOGIES)

... Lire [+]

V

Le secteur bancaire a longtemps résisté aux services numériques et aux nouvelles technologiques, mais il semble prêt à céder en 2019. Le développement des applications de paiement en ligne et des néobanques atteint désormais un palier important. En Amérique, 49 % des clients effectuent leurs opérations bancaires via leur smartphone. De grands groupes comme Apple ou Facebook ont lancé leurs services de paiement. Bref, la banque est enfin considérablement impactée par la technologie, après l'avoir longtemps laissé de côté en raison d'un climat économique morose et d'une réglementation complexe. La génération Z et les millennials apparaissent comme les porte-drapeaux de ce changement paraissant désormais inéluctable. 37 milliards de dollars ont été investis dans les nouvelles sociétés financières en 2018. La tech risque de modifier en profondeur le fonctionnement du secteur bancaire, mais représente aussi une opportunité très intéressante pour stimuler l'économie et conquérir le consommateur de demain. Le secteur bancaire a longtemps résisté aux services numériques et aux nouvelles technologiques, mais il semble prêt à céder en 2019. Le développement des applications de paiement en ligne et des néobanques atteint désormais un palier important. En Amérique, 49 % des clients effectuent leurs opérations bancaires via leur smartphone. De grands groupes comme Apple ou Facebook ont lancé leurs services de paiement. Bref, la banque est enfin ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Le paradoxe de l'influenceur | Le Nouvel Economiste 10/05/2019

Article (BUSINESS)

... Lire [+]

V

Pour séduire les millennials et la génération Z, les influenceurs sont plus que jamais des outils présents au coeur des stratégies marketing en 2019. Stars des réseaux sociaux et d'Internet, ces nouvelles célébrités peuvent modifier les comportements d'achat de leur public uniquement via quelques recommandations et conseils. Pour les marques, il s'agit de relais puissants puisqu'un consommateur préfère suivre les conseils d'une personne plutôt qu'une marque dans 92 % des cas. Pourtant, la mise en place d'un tel système crée un paradoxe : si les influenceurs ont du succès, c'est parce que pour le public, ils sont "comme eux", ont les mêmes modes de consommation et restent "libres" de dire ce qu'ils veulent. Or, les marques paient bel et bien ces influenceurs pour qu'ils fassent la promotion de leurs produits. La notion d'indépendance disparaît et la méfiance peut grandir au sein de la communauté. En évoluant dans cet équilibre fragile, le marketing d'influence et les marques qui y ont recours restent exposés à un retour de bâton violent en cas de désaveu de l'influenceur par son public. Pour séduire les millennials et la génération Z, les influenceurs sont plus que jamais des outils présents au coeur des stratégies marketing en 2019. Stars des réseaux sociaux et d'Internet, ces nouvelles célébrités peuvent modifier les comportements d'achat de leur public uniquement via quelques recommandations et conseils. Pour les marques, il s'agit de relais puissants puisqu'un consommateur préfère suivre les conseils d'une personne plutôt ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Le camping l'Oceano d'Or (Jard sur Mer) vient d'être labellisé par la Chambre de commerce et d'industrie de la Vendée pour ses valeurs, sa gestion éco citoyenne et la qualité de ses services. Le label est porté par Planet Tourisme, association des professionnels du tourisme (siégeant à la CCI) qui souhaite faire parler encore et encore de la Vendée.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Le groupe Partnaire organise un afterwork multi-agences pour recruter. De nombreux postes sont à pouvoir au sein des différents sites vendéens du groupe Bénéteau.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Bertrand Busson a développé un concept de briques géantes, sur le modèle d'une célèbre marque de jouets, pour construire des meubles modulables. Sa société cherche des investisseurs pour produire les briques en Vendée.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Le titre de Bénéteau a chuté de 12% à la Bourse de Paris, le 30 avril. Mais le groupe annonce poursuivre sur sa lancée, sur un marché mondial dont la croissance ralentit.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Efficace pour lutter contre la pollution par hydrocarbures, l'invention vendéenne s'adapte pour recueillir le plastique sur les fleuves et les côtes.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Les pépinières vendéennes Ripaud ont livré des centaines de plantes, arbres et arbustes pour deux de ses clients, Terra botanica à Angers et le Parc oriental de Maulévrier, aux Floralies internationales de Nantes. Les deux parcs viennent de recevoir douze prix et distinctions, notamment dans la catégorie " Produits de pépinières ".

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Après un licenciement en 2015, Fabien Rabusseau s’est lancé dans la fabrication de lettres et alphabets en bois, des enseignes pour les commerçants et des lettres et formes à la demande. Aujourd'hui, son entreprise, Au bois des lettres, vend en France, mais aussi au Maroc, en Espagne, aux États-Unis, en Corée du Sud.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Vendée. Les saisonniers butent sur les loyers d’été KERJOUAN Marylise | Ouest France 13/05/19

Article | Actualités, TOURISME INFOS (FILIERES ET MARCHES)

... Lire [+]

V

Les employeurs peinent à trouver des saisonniers, car ceux-ci rencontrent des difficultés pour se loger. Ce problème n’est même plus une exclusivité littorale, constate la CCI. Heureusement, des initiatives voient le jour. A La Tranche-sur-Mer, l'hôtel Les Cols Verts leur a dédié spécialement des chambres. A Saint-Jean-de-Monts, "la commune a aidé financièrement une quarantaine de particuliers pour qu’ils aménagent des logements pour les saisonniers". À Saint-Hilaire-de-Riez, "c’est un regroupement d’employeurs qui s’est pris en main en créant une plateforme pour échanger entre eux". À Noirmoutier, la commune a transformé une ancienne école en résidence pour saisonniers avec "une aide de l’État". Le Département a aussi mis en place des aides. Même si ce n’est pas encore suffisant, la situation progresse pas après pas. Les employeurs peinent à trouver des saisonniers, car ceux-ci rencontrent des difficultés pour se loger. Ce problème n’est même plus une exclusivité littorale, constate la CCI. Heureusement, des initiatives voient le jour. A La Tranche-sur-Mer, l'hôtel Les Cols Verts leur a dédié spécialement des chambres. A Saint-Jean-de-Monts, "la commune a aidé financièrement une quarantaine de particuliers pour qu’ils aménagent des logements pour les ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Les Français font confiance aux marques locales | Emarketing.fr 25/04/19

Article | COMMERCE INFOS

... Lire [+]

V

Dans un contexte de défiance généralisée, le taux de confiance atteint les 92% pour les marques françaises et régionales. C'est l'un des constats de la première édition de #çamarque le 18 avril 2019 consacrée aux marques et à l'efficacité. L'étude a été réalisée par Kantar pour l'Union des Marques.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Devenir un commerce zéro déchet | Commerce Magazine 18/04/19 H

Article | COMMERCE INFOS

... Lire [+]

H

Réduire, voire supprimer complètement ses déchets en magasin, c'est possible ! L'association Zero Waste France a initié la démarche "Mon commerçant zéro déchet" et propose aux commerçants 12 propositions faciles à mettre en oeuvre, élaborées à partir des expérimentations de commerçants déjà engagés dans la réutilisation des emballages.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Dalkia Froid Solutions, spécialiste du froid industriel et commercial et du génie climatique, va s’implanter à la Landette. Le site de 3 990 m2, dont 597 m2 de bureaux, 573 m2 d’entrepôt et 1 170 m2 d'ateliers, sera livré fin décembre et accueillera 37 salariés.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Le promoteur Primalys s'est porté acquéreur de l'ancienne clinique qui devrait être rasée. A la place, une résidence multigénérationnelle et un hôtel d’au moins "70 à 80 chambres" devraient voir le jour, pour un investissement "de plus de 30 ME".

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Yoann Mérieau prend la cogérance de l’entreprise de maçonnerie familiale vieille de 133 ans. Il fait partie de la sixième génération de l'entrepris. JCB Mérieau emploie 10 salariés.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Les produits certifiés " commerce équitable " ont vu leur vente bondir de 22 % en 2018, d'après une plateforme spécialisée. Une croissance en partie portée par la grande distribution.
1,3 milliard d'euros de vente en 2018 en France sur une gamme de plus de 5 000 références. Une croissance à deux chiffres en un an (22 %). À en croire les données de Commerce équitable France, le marché des produits respectant les producteurs se porte bien. La plateforme s'appuie sur les chiffres récoltés auprès de plusieurs organismes de certification : le principal, Fairtrade/Max Havelaar (742 millions d'euros sur 1,3 milliard, 3 700 produits), mais aussi Symbole des producteurs paysans (SPP), Fair for Life ou encore Agriéthique, exclusif en France, etc.
Après l'implication d'acteurs historiques comme la chaîne spécialisée Biocoop, l'intérêt de la grande distribution aide le marché à progresser, notamment pour les bananes et le chocolat. Aujourd'hui, près de la moitié des produits issus du commerce équitable sont vendus en grande surface et dans les réseaux de distribution conventionnels.
Une valeur complémentaire avec le bio
" Nous sommes encore dans une phase où le politique n'a pas fait du commerce équitable un label public comme le bio. C'est compliqué, car il faudrait faire un cahier des charges commun à tout le monde. Et quand on voit qu'il n'y a pas encore de Smic européen... ", estime Blaise Desbordes, directeur général de Max Havelaar.
Selon lui, cette forte hausse de la consommation de produits issus du commerce équitable s'explique par une transformation progressive des acheteurs, toujours plus nombreux à rejeter la fast-consommation. De plus, " le débat autour de la loi Egalim a permis un déclic auprès de la population, qui s'intéresse davantage à la rémunération des agriculteurs. Comme si l'on ouvrait la boîte de Pandore ". Il cite particulièrement la génération des 15-25 ans. Selon un sondage réalisé par OpinionWay pour Max Havelaar en avril 2018, les 18-24 ans et 25-34 ans font plus fréquemment attention à la rémunération des producteurs que leurs aînés lorsqu'ils achètent un produit alimentaire. Des consommateurs " plus volatils mais qui se renseignent davantage ", selon Blaise Desbordes.
" C'est ultra-positif que les jeunes s'intéressent aux questions de justice sociale. Comme avec le bio, il est probable que, quand ces jeunes entreront dans la vie active, voire deviendront parents, ils y resteront sensibles ", avance Stéphanie Pageot, secrétaire nationale chargée de la structuration des filières bio au sein de la Fédération nationale d'agriculture biologique des régions de France (Fnab). Loin de voir la montée du commerce équitable comme une menace pour le marché du bio, elle estime au contraire que " ces deux valeurs sont complémentaires. L'idéal serait qu'un jour, on puisse rejoindre sous une même bannière bio et commerce équitable ".
Pour Blaise Desbordes, " la labellisation du bio a ouvert une voie sur l'urgence pour l'état de la planète et la généralisation des normes protectrices. D'ailleurs, ce qui marche le mieux en rayon, ce sont les produits possédant le double label ".
Pour lui, il faut aussi s'interroger sur les conditions de travail des agriculteurs en Europe, ainsi que celles des employés agricoles, même saisonniers. Faire passer leurs conditions de travail à la moulinette des valeurs défendues par le commerce équitable. " Qui produit les fraises en Espagne ? Dans quelles conditions ? Et les tomates ? Nous parlons beaucoup du suicide des agriculteurs en France... Il faut s'interroger sur la vulnérabilité des personnes dans notre propre territoire et être cohérent. Si l'on soutient le commerce équitable pour les produits venant du Sud, alors il faut le faire pour tous. Dans le Nord aussi, il y a de la souffrance. "
Les produits certifiés " commerce équitable " ont vu leur vente bondir de 22 % en 2018, d'après une plateforme spécialisée. Une croissance en partie portée par la grande distribution.
1,3 milliard d'euros de vente en 2018 en France sur une gamme de plus de 5 000 références. Une croissance à deux chiffres en un an (22 %). À en croire les données de Commerce équitable France, le marché des produits respectant les producteurs se porte bien. La ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

La 8e édition du salon de l’entrepreneuriat jeunesse aura lieu le 21 mai au Vendéspace, à La Roche-sur-Yon. 1 500 jeunes, 200 enseignants et 200 professionnels seront présents pour l’occasion. Au total, 80 mini-entreprises seront présentés et défendront leurs projets devant un jury de professionnels. Des start-up locales comme Fruit Ride, Bob le mini lave-vaisselle ou Résonantes seront également présentes.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Akena (400 salariés, 65 ME de CA), qui produit plus de 5.000 vérandas par an, engage une diversification sur des métiers proches : l’abri de piscine et la pergola. L’entreprise vendéenne vient de reprendre Azenco, entreprise de Haute-Garonne (250 salariés, 35 ME de CA), présentée comme le numéro deux français de l’abri de piscine. L’usine vendéenne sera étendue de 5.000 m2 avec une nouvelle ligne de production, tandis que l’usine d’Azenco, à Cazères, sera reconstruite cette année. Akena (400 salariés, 65 ME de CA), qui produit plus de 5.000 vérandas par an, engage une diversification sur des métiers proches : l’abri de piscine et la pergola. L’entreprise vendéenne vient de reprendre Azenco, entreprise de Haute-Garonne (250 salariés, 35 ME de CA), présentée comme le numéro deux français de l’abri de piscine. L’usine vendéenne sera étendue de 5.000 m2 avec une nouvelle ligne de production, tandis que l’usine d’Azenco, à ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Ouverture du food hall " Eataly " en plein Marais ! Lancement du nouveau concept store Ikea, place de la Madeleine, au cœur de Paris ! Appel à projets pour la " smart city " ! Les annonces se succèdent et l’on peine à suivre le rythme effréné auquel nos centres villes se recomposent. Cette recomposition est le reflet d’une part de l’évolution des formes traditionnelles de consommation, et, d’autre part, des bouleversements technologiques. Il s’agit d’un phénomène complexe que l’on ne saurait caricaturer trop simplement, mais trois tendances de fond méritent d’être relevées pour comprendre le futur visage de nos villes : l’explosion du commerce en ligne, la relocalisation des grandes enseignes et l'émergence de la "Smart-City"

https://www.linkedin.com/pulse/ikea-eataly-smart-cityla-m%C3%A9tamorphose-des-jerome-touboul/?trk=eml-email_feed_ecosystem_digest_01-recommended_articles-3-Unknown&midToken=AQGq2ZZgiSXKLA&fromEmail=fr
Ouverture du food hall " Eataly " en plein Marais ! Lancement du nouveau concept store Ikea, place de la Madeleine, au cœur de Paris ! Appel à projets pour la " smart city " ! Les annonces se succèdent et l’on peine à suivre le rythme effréné auquel nos centres villes se recomposent. Cette recomposition est le reflet d’une part de l’évolution des formes traditionnelles de consommation, et, d’autre part, des bouleversements technologiques. Il ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Fondée en 1992 par Allain Chadeau et son fils Franck, la chaîne Chadotel mise sur des destinations du littoral pour compléter son offre de campings et de services. Le groupe vendéen emploie jusqu'à 500 salariés en saison dans ses 13 campings, et affiche aujourd'hui un CA de 15 ME. Franck Chadeau, Pdg du groupe depuis 2000, est président de la Fédération vendéenne de plein air, et de l'association Pl@net Tourisme.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

2.3 milliards d'euros pour les campings | Décisions HPA 05/2019

Article | TOURISME INFOS

... Lire [+]

V

Une consommation touristique record en France, c'est ainsi que la DGE analyse les résultats du tourisme en 2017. Une meilleure conjoncture économique explique cette croissance qui se traduit par une consommation touristique intérieure de 168 milliards d'euros. L'hôtellerie et l'HPA haut de gamme ont su profiter de ce mouvement. Les campings ont enregistré une croissance de 9% des dépenses engagées par les touristes dans leurs établissements. Tout cela révèle de très belles perspectives pour l'HPA. Une consommation touristique record en France, c'est ainsi que la DGE analyse les résultats du tourisme en 2017. Une meilleure conjoncture économique explique cette croissance qui se traduit par une consommation touristique intérieure de 168 milliards d'euros. L'hôtellerie et l'HPA haut de gamme ont su profiter de ce mouvement. Les campings ont enregistré une croissance de 9% des dépenses engagées par les touristes dans leurs établissements. ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Révolution à venir dans le tourisme | Décisions HPA 05/2019

Article | TOURISME INFOS

... Lire [+]

V

Les campings devraient bénéficier de la sensibilité accrue des Européens pour l'environnement et la dégradation du climat. Mais les provenances de clentièles pourraient changer. La proximité semble s'imposer au détriment des marchés plus lointains, les transports étant fortement contributeurs du changement climatique.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Malgré la présence de 150 champions de la robotique sur le territoire français, la filière française souffre de plusieurs failles. Les entreprises françaises passent rarement le pas de l'industrialisation. Elles ont besoin d'investisseurs pour se développer. La formation est aussi un point important pour l'industrie. Le député LREM Bruno Bonnell, auteur d'un rapport sur la robotique française propose des actions concrètes pour aider les entreprises innovantes. Parmi elles : ne plus impulser la robotique pas secteur d'application. Des précisions à travers une interview. Peu de chiffres. Malgré la présence de 150 champions de la robotique sur le territoire français, la filière française souffre de plusieurs failles. Les entreprises françaises passent rarement le pas de l'industrialisation. Elles ont besoin d'investisseurs pour se développer. La formation est aussi un point important pour l'industrie. Le député LREM Bruno Bonnell, auteur d'un rapport sur la robotique française propose des actions concrètes pour aider les ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Etudiante et entrepreneure, Jade Desbiens a créé sa société de customisation de chaussures, Selavy à Aizenay. Elle vient d'être récompensée par le Trophée avenir, remis par la Chambre de commerce, dans la catégorie artisans.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Validé en 2016, le projet ne plaît pas à la nouvelle municipalité. Le promoteur a été prié de revoir sa copie pour éviter "un mur" face au Port Olona. Le projet comporte 100 chambres, dont six suites, un restaurant avec terrasse extérieure, une piscine, une salle de fitness, un lounge var et un espace séminaire. Il s'agira du troisiène hôtel quatre étoiles de la Ville, après le Mercure Côte Ouest et l'hôtel Atlantic.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Le port des Sables se dévoile au public | Ouest France 15/05/19

Article (INFOS CCI)

... Lire [+]

V

La 14ème édition de Port ouvert se déroulera le samedi 25 mai de 9h à 12h30. Tous les professionnels de la mer ouvriront leur portes et leurs bateaux au grand public.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

L'entreprise spécialisée dans le matériel médical et l'orthoprothèse mise sur les nouvelles technologies. Elle fait déjà imprimer en 3D semelles et formes pour les chaussures orthopédiques. Et compte développer de nouvelles applications avec la création d'une cellule recherche et développement depuis janvier. Equip'santé Biron emploie 117 personnes, dont 85 à La Roche sur Yon.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Le groupe vendéen vient de signer un accord de partenariat avec le groupe Danois leader mondial sur le marché des robots collaboratifs. Univsersal robots va équiper ses robots avec l'outil de commande Visual inventé par Sepro. En échange, Sepro va compléter son portefeuille de produit en distribuant partout dans le monde les robots d'Universal robots.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

H

A l'occasion de la quatrième édition du salon VivaTech, consacré à l'innovation technologique et aux start-ups, nous nous sommes intéressés au rapport que les Français entretiennent avec les nouvelles technologies à travers un sondage réalisé en partenariat avec l'institut Norstat. Les résultats de l'étude montre que les Français sont partagés entre craintes et espoirs quand il s'agit de définir l'impact qu'auront les technologies sur le futur de nos sociétés.
C'est l'intelligence artificielle qui divise le plus les opinions : 51 % des répondants estiment que cette technologie représente autant une opportunité qu'une menace pour l'humanité, 24 % davantage une menace et 19 % plutôt une opportunité. La technologie qui concentre le plus de crainte est la modification génétique, 60 % des sondés considèrent en effet qu'elle représente davantage une menace. A contrario, ce sont les nouvelles technologies de télécommunication (5G) et l'impression 3D qui concentrent le plus d'espoir : respectivement 50 % et 60 % des répondants estiment qu'elles sont principalement des opportunités pour l'humanité.
A l'occasion de la quatrième édition du salon VivaTech, consacré à l'innovation technologique et aux start-ups, nous nous sommes intéressés au rapport que les Français entretiennent avec les nouvelles technologies à travers un sondage réalisé en partenariat avec l'institut Norstat. Les résultats de l'étude montre que les Français sont partagés entre craintes et espoirs quand il s'agit de définir l'impact qu'auront les technologies sur le futur ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

H

Ce n'est un secret pour personne, dans de nombreux pays en développement les ouvriers de l'industrie de l'habillement doivent endurer des conditions de travail difficiles pour de très bas salaires. Une étude du Centre pour le Commerce et les Droits de l'Homme de l'Université de New-York a analysé la situation mondiale avec un focus particulier sur l'Éthiopie, le pays africain qui connaît la croissance économique la plus rapide ces dernières années. Dans l'optique d'attirer les investisseurs étrangers, l'Éthiopie a instauré le salaire minimum le plus bas de tous les pays producteurs de vêtements : seulement 26 dollars par mois, soit environ 23 euros.
Plusieurs entreprises de mode parmi les plus connues au monde, dont H&M et PVH, emploient des milliers de travailleurs en Ethiopie. L'étude souligne que si les dirigeants du pays sont toujours fiers de présenter des projets tels que le nouveau parc industriel d'Awasa à 225 kilomètres au sud d'Addis-Abeba, la dure réalité est que les travailleurs éthiopiens de l'habillement ont de grosses difficultés à subvenir aux besoins de leurs familles.
Les salaires mensuels sont plus élevés mais restent extrêmement bas au Bangladesh et en Birmanie, à 85 euros. Au Vietnam et au Cambodge, les travailleurs de l'industrie textile reçoivent un salaire minimum d'environ 160 euros par mois alors qu'en Chine, le salaire mensuel s'élève à 291 euros. De tous les pays couverts par le rapport, c'est la Turquie qui offre le salaire minimum mensuel le plus élevé à ses ouvriers de l'habillement, soit 304 euros.
Ce n'est un secret pour personne, dans de nombreux pays en développement les ouvriers de l'industrie de l'habillement doivent endurer des conditions de travail difficiles pour de très bas salaires. Une étude du Centre pour le Commerce et les Droits de l'Homme de l'Université de New-York a analysé la situation mondiale avec un focus particulier sur l'Éthiopie, le pays africain qui connaît la croissance économique la plus rapide ces dernières ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Après l’Egypte, l’Ukraine, l’Autriche ou l’Angleterre, le groupe Atlantic, qui fabrique chauffages, chauffe-eau et autres solutions de confort thermique, vient de s’implanter en Géorgie, Thaïlande et Belgique. Le groupe vise désormais l’Inde. L’objectif est de se rapprocher de ses clients internationaux et proposer des produits adaptés aux besoins locaux.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Les directeurs de criées françaises attendus en Vendée | Ouest France 17/05/19

Article | Actualités (INFOS CCI)

... Lire [+]

V

L’association des directeurs de criées se réunira le jeudi 23 mai aux Sables-d’Olonne, pour son assemblée générale. Vendredi 24, elle se rendra à la Chambre de commerce et d’industrie de Vendée, à La Roche-sur-Yon, pour débattre sur le Brexit et ses conséquences pour la filière.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

H

Tiraillés entre les réalités des entreprises et l’impératif climatique, de jeunes ingénieurs disent vivre une " dissonance cognitive ". Certains renoncent à une carrière traditionnelle.
C’est un discours de remise de diplôme plutôt inhabituel que Clément Choisne, jeune ingénieur de Centrale Nantes, a livré devant ses camarades, le 30 novembre 2018. A contre-courant des discours louangeurs de ce type d’événement, il a choisi de parler de son dilemme : " Comme bon nombre de mes camarades, alors que la situation climatique et les inégalités ne cessent de s’aggraver, que le GIEC [Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat] pleure et que les êtres se meurent : je suis perdu, incapable de me reconnaître dans la promesse d’une vie de cadre supérieur, en rouage essentiel d’un système capitaliste de surconsommation. "
Devant une assemblée de futurs diplômés, parents, familles, anciens élèves, professeurs, direction et industriels, l’ingénieur de 24 ans a profité de la tribune qui lui était offerte pour se faire le porte-parole d’un malaise que vivent de plus en plus de jeunes diplômés face au réchauffement climatique : " Quand sobriété et décroissance sont des termes qui peinent à s’immiscer dans les programmes centraliens, mais que de grands groupes industriels à fort impact carbone sont partenaires de mon école, je m’interroge sur le système que nous soutenons. Je doute, et je m’écarte. " La vidéo, qui a fait plus de 270 000 vues sur YouTube, est l’un des nombreux échos de ce désarroi éprouvé par les jeunes diplômés face à un monde économique qu’ils jugent en décalage avec l’urgence climatique.
Deux mois plus tôt, en septembre 2018, un groupe d’étudiants issus de grandes écoles prestigieuses, Polytechnique, Ensta, HEC, ENS - lançaient un manifeste en ligne pour appeler les futurs diplômés à soutenir un changement radical de trajectoire. " Au fur et à mesure que nous nous approchons de notre premier emploi, nous nous apercevons que le système dont nous faisons partie nous oriente vers des postes souvent incompatibles avec le fruit de nos réflexions et nous enferme dans des contradictions quotidiennes ", écrivaient les auteurs du manifeste.
Un " manifeste " signé par 30 000 jeunes
Le texte, signé par plus de 30 000 étudiants, incite les jeunes diplômés à travailler pour des " employeurs en accord " avec les recommandations du manifeste. Depuis, les auteurs de ce texte tentent de capitaliser sur le succès de leur démarche. Ils ont rencontré les cabinets des ministères chargés de la transition écologique, et ont lancé depuis le début de l’année des groupes de travail sur la refonte des programmes de l’enseignement supérieur où l’enjeu climatique est encore trop confiné aux cursus spécialisés.
A Centrale Nantes, 330 élèves ingénieurs ont signé ce manifeste, " près de 25 % des étudiants de l’école ", précise Romain Olla, étudiant en deuxième année et qui a participé à une étude pour mesurer le niveau de connaissance et d’intérêt suscité par la question climatique au sein de la communauté centralienne. Dans ce sondage, une question portait sur l’importance du comportement en matière de bilan carbone des entreprises lors de la recherche d’un stage ou d’un premier emploi. " 89 % des personnes qui ont répondu estiment que ce comportement est important et 38 % déclarent qu’ils pourraient refuser un emploi, voire même ne pas postuler à une offre, si l’entreprise a un mauvais bilan en matière de réchauffement climatique ", souligne Romain Olla.
Le boycott des entreprises qui polluent comme arme de chantage à l’embauche ? Une idée qui fait son chemin chez les jeunes ingénieurs sensibles à la question climatique. Nous avons rencontré plusieurs ingénieurs, tout juste diplômés, qui préfèrent " prendre le temps de réfléchir à leurs responsabilités ", ou " faire un pas de côté " en évitant de travailler pour des entreprises qu’ils estiment" coupables ". D’autres, négocient des temps partiels, s’engagent dans des associations, des services civiques ou réfléchissent à prolonger leur engagement dans la recherche.
" La décision de Nicolas Hulot m’a bouleversé, dans la mesure où elle faisait écho aux tergiversations qui furent les miennes "
Clément Choisne a joint le geste à la parole. Il est depuis quelques mois professeur contractuel de physique chimie dans un lycée à Nantes. " J’ai grandi au Mans, je viens d’un milieu ouvrier et je suis celui qui a obtenu le plus haut niveau d’études dans ma famille. Etre admis dans une grande école d’ingénieurs, c’était la promesse de faire carrière ", explique-t-il. Il lui a fallu trois ans d’études et plusieurs stages dans des entreprises de " transition écologique " pour prendre conscience que le développement durable était une notion " dépassée ", selon lui : " Cela donne l’illusion qu’on peut continuer à vivre avec le même modèle économique en y ajoutant une touche verte ". La stratégie des " petits pas " et les contradictions du monde économique le découragent :" La décision de Nicolas Hulot m’a bouleversé, dans la mesure où elle faisait écho aux tergiversations qui furent les miennes. "
Paul (le prénom a été changé), diplômé de Centrale Lyon, a vécu ce qu’il nomme sa " dissonance cognitive ", c’est-à-dire le fait d’être en contradiction avec soi-même. En CDD dans un grand groupe industriel spécialisé dans la construction, il est recruté pour développer un secteur qu’il pense vertueux : l’éolien. Mais voilà, les objectifs de rentabilité priment sur l’enjeu écologique : " il fallait gagner des appels d’offres et in fine mon boulot consistait à vendre du béton ". Lorsque son supérieur lui propose un CDI après dix mois de travail, il préfère décliner. " Je sentais déjà mon malaise dans cette fonction d’ingénieur commercial. J’avais besoin de prendre de la hauteur, sur moi et sur le système dans lequel je m’inscrivais ", explique-t-il aujourd’hui.
Maiana Houssaye, 23 ans, diplômée de Centrale Lyon, évoque elle aussi une " perte de sens totale " et la même dissonance cognitive lors d’un stage en Nouvelle-Zélande, dans une entreprise de biotechnologies. Pendant son année à l’étranger, elle voyage en Asie et se rappelle de son sentiment d’écœurement en nageant dans une mer de plastique à Bali. " Je crois que j’ai fait un burn-out. Mon envie d’agir s’est déclenchée à ce moment-là. J’ai préféré prendre du temps et me déclarer au chômage volontaire pour comprendre la complexité du réchauffement climatique et réfléchir à ce que je pouvais faire ", raconte-elle.
Voilà plusieurs mois qu’elle voyage en France à la rencontre d’ingénieurs qui ressentent " le même malaise ". La réalité se rappelle parfois à elle, un peu abrupte. Alors que ses camarades de promo touchent des salaires, Maiana est retournée vivre chez ses parents à Salies-de-Béarn, dans les Pyrénées-Atlantiques. Elle donne des cours de physique-chimie en attendant de créer ou choisir un métier qui lui convienne, " en étant honnête et consciente de ses effets sur la société, la nature, le monde ".
Sentiment d’urgence
" Je constate, au fil de mes recherches sur la colère des jeunes depuis 2012, que ce sentiment d’urgence face à la catastrophe écologique est de plus en plus prégnant,confirme Cécile Van de Velde, professeure de sociologie à l’université de Montréal et maître de conférences à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). Cette génération a un rapport au temps particulier : ils ressentent la finitude du monde. En 2008, c’était la crise économique et sociale qui structurait la colère. Aujourd’hui, ce malaise est plus profond, plus intime. " La chercheuse reconnaît dans cette posture le refus d’un héritage trop lourd à porter. C’est aussi " l’autre versant " de la colère des classes populaires : " chez cette jeunesse bien informée, bien formée et qui a des ressources, il y a un refus de transmission du système ".
Les grandes écoles observent depuis plusieurs années cette quête de sens dans l’orientation de leurs diplômés. Néanmoins, " le pas de côté en dehors du monde du travail " est " ultraminoritaire ", assure Frank Debouck, directeur de Centrale Lyon, dont " 99 % des diplômés sont en emploi ". Au niveau national, les taux d’insertion à la sortie des grandes écoles battent des records pour les ingénieurs : 71,9 % des jeunes diplômés travaillent, selon l’enquête insertion 2018 de la Conférence des grandes écoles (CGE). Seulement 2,1 % des sondés se déclarent " sans activité volontairement ". " De plus en plus de Centraliens choisissent des petites structures où ils comprennent ce qu’ils font et pourquoi ils sont là. Il y a quinze ans, 50 % d’une promotion s’orientait directement dans les grands groupes ", précise le directeur. " Maiana est une lanceuse d’alerte. Mais tout le monde ne peut pas être lanceur d’alerte. C’est bien de crier, mais qu’est-ce qu’on fait après ? ", interroge-t-il.
A Centrale Nantes, le directeur Arnaud Poitou a écouté avec intérêt le message " surprise " de Clément Choisne lors de la cérémonie de remise des diplômés. " Voilà un acte de courage " estime-t-il. Il reçoit depuis plusieurs mois des sollicitations de ses élèves pour identifier les entreprises qui polluent et celles qui ont une forte empreinte carbone. " C’est une demande à laquelle je ne peux souscrire. Je ne peux pas leur dire quelles sont les bonnes et les mauvaises entreprises ", admet-il.
" On ne peut pas avoir une posture moralisatrice de l’extérieur. Pour infléchir ces grands groupes industriels vers des trajectoires écoresponsables, il faut être à l’intérieur "
A Polytechnique, ils sont 611 à avoir signé le manifeste, soit 25 % des effectifs. Un vrai signal dans cette école très proche traditionnellement des milieux industriels et des postes de pouvoir. Philippe Drobrinski, directeur d’un laboratoire à Polytechnique et climatologue, s’en réjouit : " A mes élèves, je dis toujours : “vous êtes la première génération à prendre conscience de l’urgence à agir, et la dernière génération à pouvoir faire quelque chose”. " Pour autant, " on ne peut pas avoir une posture moralisatrice de l’extérieur. Pour infléchir ces grands groupes industriels vers des trajectoires écoresponsables, il faut être à l’intérieur ", tranche le chercheur. Amaury Gatelais, étudiant des Mines ParisTech, estime aussi que le boycott des entreprises n’est pas une bonne idée : " Si tous les plus convaincus et les plus écolos fuient les entreprises comme Total, il ne restera plus que ceux intéressés par l’argent et donc qui ne feront rien pour le réchauffement climatique ".
Promis à un brillant avenir, que feront, demain, ces bons élèves des grandes écoles ? Paul raconte qu’il a renoué avec une certaine créativité, absente de ses longues études : " c’est une des clés pour tenter de s’adapter aux prochains changements climatiques et sociétaux qui bouleverseront notre confort et pour penser la civilisation suivante. Comment rendre cool et séductrice une société plus sobre énergétiquement ? Comment montrer que faire du vélo, c’est bon pour la santé ? Que prendre l’avion, ce sera un truc rare dans une planète où vivent sept milliards d’êtres humains ? " Clément Choisne aimerait créer au Mans un " espace de solidarité ". Un lieu où l’on pourrait parler de jardins potagers urbains, de modèles décroissants. Dans son discours à Centrale, il a choisi de conclure en citant l’anthropologue américaine Margaret Mead : " N’oubliez jamais qu’un petit groupe d’individus conscients et engagés peut changer le monde. "
Marine Miller

Tiraillés entre les réalités des entreprises et l’impératif climatique, de jeunes ingénieurs disent vivre une " dissonance cognitive ". Certains renoncent à une carrière traditionnelle.
C’est un discours de remise de diplôme plutôt inhabituel que Clément Choisne, jeune ingénieur de Centrale Nantes, a livré devant ses camarades, le 30 novembre 2018. A contre-courant des discours louangeurs de ce type d’événement, il a choisi de parler de son dil...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

H

Même si l’offre et le contenu sont les mêmes, les consommateurs accordent plus de valeur aux produits physiques que numériques. Ce qui fait la différence : le sentiment de propriété.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Avant sa sortie nationale le 22 mai, la première édition du Guide du routard, Vendée Vallée, a été présenté au Puy du Fou. "C’est une très belle opportunité pour nous de mettre en avant l’ensemble de l’offre touristique autour du Puy du Fou, a ainsi souligné Wilfrid Montassier, président du Comité syndical du Pays du bocage vendéen. Le guide touristique de 111 pages sera disponible dans les points de vente traditionnels mais aussi les offices de tourisme et les boulangeries. Avant sa sortie nationale le 22 mai, la première édition du Guide du routard, Vendée Vallée, a été présenté au Puy du Fou. "C’est une très belle opportunité pour nous de mettre en avant l’ensemble de l’offre touristique autour du Puy du Fou, a ainsi souligné Wilfrid Montassier, président du Comité syndical du Pays du bocage vendéen. Le guide touristique de 111 pages sera disponible dans les points de vente traditionnels mais aussi les offices de ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Co-organisés par l’Agence API et le CCO depuis 2009, les Trophées Territoires Innovation mettent en avant les démarches innovantes des entreprises dans les Pays de la Loire. Cette année, Run Innov Le Parcours proposera aux entrepreneurs et dirigeants de découvrir les coulisses d'Atlantic, à la Roche sur Yon, le 24 mai 2019. Cette visite sera aussi l’occasion de mettre en lumière d'autres entreprises du département qui ont su faire de l’innovation un axe stratégique de leur développement. Co-organisés par l’Agence API et le CCO depuis 2009, les Trophées Territoires Innovation mettent en avant les démarches innovantes des entreprises dans les Pays de la Loire. Cette année, Run Innov Le Parcours proposera aux entrepreneurs et dirigeants de découvrir les coulisses d'Atlantic, à la Roche sur Yon, le 24 mai 2019. Cette visite sera aussi l’occasion de mettre en lumière d'autres entreprises du département qui ont su faire de l’...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

La Maison de l'entreprise et du territoire (Met) a été inaugurée vendredi 14 juin en présence d'élus et du parrain, Frédéric Mazzella, co-fondateur du site BlaBlacara. La Met regroupe en un seul lieu différents services d'accompagnement à la création et au développement des entreprises: les trois chambres consulaires, Initiative Sud Vendée, Entreprendre en Sud Vendée, Sud Vendée Tourisme, Fontenay Sud Vendée développement. Un espace de coworking a également été créé. La Maison de l'entreprise et du territoire (Met) a été inaugurée vendredi 14 juin en présence d'élus et du parrain, Frédéric Mazzella, co-fondateur du site BlaBlacara. La Met regroupe en un seul lieu différents services d'accompagnement à la création et au développement des entreprises: les trois chambres consulaires, Initiative Sud Vendée, Entreprendre en Sud Vendée, Sud Vendée Tourisme, Fontenay Sud Vendée développement. Un espace de coworking ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

Depuis le 1er juin, Ursula Névès a ouvert un commerce multiservices dans la commune. Bar, tabac, presse, point poste et épicerie se côtoient maintenant en un même lieu, acheté et réhabilité par la commune pour un coût de 302 000 €. Un projet porté depuis des mois, pour que le bourg retrouve son rôle de lien social.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

La filière de l'immobilier de tourisme | Xerfi Canal 17/05/2019

Article (BUSINESS)

... Lire [+]

V


L’immobilier de tourisme connaît un nouvel élan après des années d’accalmie. La fréquentation des hébergements touristiques a atteint de nouveaux records en 2018, avec plus de 214 millions de nuitées dans les hôtels, 74 millions dans les résidences de tourisme et 25 millions dans les villages de vacances. La dynamique devrait se poursuivre d’ici 2022 selon l’étude Xerfi-France, entraînant une hausse des besoins de construction. Les gestionnaires de ces biens immobiliers doivent non seulement rééquilibrer une offre d’hébergements insuffisamment pourvue dans certaines régions, mais aussi répondre aux nouvelles attentes des vacanciers en matière d’espace et de lieux d’échanges. Côté investisseurs, les particuliers se réintéressent à ce type d’actifs, l’un des rares conciliant défiscalisation et loisirs. Les institutionnels font également leur retour, attirés par de belles opportunités d’investissement.

Pour les promoteurs, le retour des institutionnels se révèle une opportunité pour vendre en bloc et donc limiter les frais de commercialisation et de gestion locative. En revanche, cette évolution n’est pas sans impact sur les gestionnaires dont certains sont aussi promoteurs. Très soucieux de la solidité financière de leurs partenaires, les investisseurs institutionnels privilégient en effet quasi systématiquement des exploitants dotés d’un solide savoir-faire, financièrement sains et reconnus. C’est donc logiquement les leaders qui tirent leur épingle du jeu comme Pierre & Vacances, Club Méditerranée ou Odalys, ce qui devrait au passage accélérer les rapprochements entre ces poids lourds. De nombreux projets sortent également de terre, en particulier dans les stations huppées des Alpes, où le promoteur-constructeur MGM vient d’inaugurer des résidences 5 étoiles et en prévoit 3 autres en 2019. Les grands noms de l’hébergement touristique ne sont pas en reste, notamment le Club Méditerranée qui compte ouvrir 1 à 2 nouveaux villages par an en France, dont la moitié à la montagne. En outre, si les relations entre gestionnaires de résidences et promoteurs se sont pacifiées, ces derniers doivent tout de même composer avec de puissants commercialisateurs mais aussi et surtout avec la plus grande implication des collectivités dans le développement touristique.

On comprend alors que les logiques partenariales sont au cœur de la dynamique de développement des promoteurs et gestionnaires. Les collectivités locales constituent en effet un allié stratégique compte tenu de leur connaissance des territoires, de leurs réserves foncières et de leur rôle désormais central dans le processus décisionnel des projets d’investissement. Il s’agit surtout pour les promoteurs de se rapprocher des collectivités locales et de conduire des stratégies de placement de leurs programmes auprès des gestionnaires. Autre axe de développement : la montée en gamme et la transformation des résidences en véritables destinations touristiques. Cette mutation se révèle en effet indispensable pour limiter la saisonnalité propre à l’activité, repenser l’offre pour la rendre plus attractive et séduire la clientèle internationale.
L’immobilier de tourisme connaît un nouvel élan après des années d’accalmie. La fréquentation des hébergements touristiques a atteint de nouveaux records en 2018, avec plus de 214 millions de nuitées dans les hôtels, 74 millions dans les résidences de tourisme et 25 millions dans les villages de vacances. La dynamique devrait se poursuivre d’ici 2022 selon l’étude Xerfi-France, entraînant une hausse des besoins de construction. Les gesti...

Filtrer

Date de parution

Dossiers

 
0
Z