m
     
N°spéciaux

H 0 Quels objectifs pour le développement après 2015 ?

Problèmes Economiques

15/09/2015

Au vu des enseignements tirés des objectifs du Millénaire, quels sont les nouveaux objectifs fixés pour la période 2015-2030 ? Bilan, analyses et perspectives

Au tournant du siècle, la plus grande rencontre de Chefs d’État et de gouvernement jamais tenue dans le monde s’est déroulée au siège des Nations unies à New York, à l’occasion du Sommet du millénaire en septembre 2000. Les États membres de l’ONU se sont accordés sur une liste de défis à relever qui prendront le nom d’Objectifs du millénaire pour le développement. La date butoir pour atteindre ces objectifs avait été fixée au 31 décembre 2015.

SOMMAIRE :

Des OMD aux ODD : un monde plus ambitieux
Finances et Développement
Charles Kenny
En 2000, les États membres des Nations unies s’étaient fixé huit objectifs de développement à atteindre d’ici à 2015. Cet été, ils se sont cette fois mis d’accord sur un ambitieux programme de développement durable pour les quinze prochaines années. Ce dernier devra être entériné les 26 et 27 septembre par les chefs d’État et de gouvernement de la planète en marge de la session annuelle de l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Les dix-sept objectifs de développement durable (ODD) pour la période 2015-2030 remplaceront les huit objectifs du millénaire pour le développement (OMD) adoptés à la fin du XXe siècle. Si les résultats des OMD sont mitigés. Le bilan concernant certains objectifs est néanmoins loin d’être négligeable : la mortalité infantile ou la pauvreté absolue ont ainsi enregistré les reculs les plus rapides de l’histoire.

Choisir des objectifs plus réalistes pour 2030
Foreign Affairs
Bjorn Lomborg
En août 2015, les représentants des 193 États membres de l’Organisation des Nations unies (ONU) se sont mis d’accord sur un projet intitulé Transformer notre monde, programme de développement durable d’ici 2030. Ce document d’une trentaine de pages décline les 17 objectifs de développement durable (ODD) et les 169 cibles qui remplaceront, à compter du 1er janvier 2016, les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). L’élaboration de ce programme et le choix des objectifs retenus a fait l’objet d’un long processus de réflexion réunissant des experts des organisations internationales, des spécialistes d’organisations non gouvernementales (ONG) et des représentants des États. Selon Bjorn Lomborg, qui dirige le Copenhagen Consensus Center, contrairement aux OMD – dont le nombre d’objectifs était restreint –, la liste retenue cette fois, dans le cadre des ODD, est beaucoup trop longue pour être véritablement efficace.

Les leçons de 60 ans d’économie du développement
Revue d’économie du développement
Alain de Janvry et Élisabeth Sadoulet
L’économie du développement, en tant que discipline académique, est née à la fin des années 1940 et 1950. L’objectif de cette branche de la science économique est d’expliquer les mécanismes du développement afin d’aider les pays sous-développés à rattraper les économies avancées. Les pionniers de la discipline comme Albert Hirschman, Arthur Lewis, Raul Prebisch, Gunnar Mirdal, etc. ont, dès l’origine, montré un intérêt prononcé pour la politique économique, travaillant de façon très étroite avec les gouvernements des pays en développement. Au cours des dernières années, cet engagement profond dans le conseil à la politique et aux programmes de développement n’a pas empêché la discipline de tirer profit de ces expériences pour produire des analyses théoriques rigoureuses publiées dans les meilleures revues académiques. Soixante ans après sa naissance, quelles leçons peut-on tirer pour que les succès passés se reproduisent dans le futur ?

Institutions et progrès des nations
Futuribles
Charles du Granrut
La question des origines de la richesse des nations est une des plus fondamentales de la science économique. De Adam Smith à Angus Maddison, nombreux sont les économistes qui ont cherché à expliquer les inégalités de développement socio-économiques entre pays. Dans un ouvrage publié en 2012, intitulé Why the Nations Fail: The Origins of Power, Prosperity an Poverty, Daron Acemoglu et James Robinson, respectivement professeurs d’économie au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et à l’université de Chicago, jugent que le facteur essentiel pour garantir un développement économique pérenne est l’existence d’institutions politiques inclusives. Dans les pays dotés de ce type d’institutions, l’état de droit est une réalité, l’exercice du pouvoir est encadré par la loi, l’ordre et la sécurité juridique sont assurés par un État fort, les médias peuvent s’exprimer librement, les droits de propriété sont garantis et chaque citoyen a la possibilité exploiter les opportunités économiques qui se présente à lui.

Big data : une nouvelle arme pour le développement
Project Syndicate
Jeffrey D. Sachs
Les données massives pourraient ouvrir des perspectives inédites dans pratiquement tous les secteurs. La réflexion engagée autour des Objectifs pour le développement durable (ODD) est une opportunité historique de mobiliser toutes les ressources offertes par le Big data pour favoriser la lutte contre la pauvreté et la protection de l’environnement. Un programme d’action visant à développer les nouveaux systèmes de données a été conçu par l’Organisation des Nations unies (ONU). Il cherche à atteindre, grâce à une meilleure utilisation des données, des progrès substantiels dans quatre domaines clés : la prestation de services, la gestion des affaires publiques, la responsabilisation des gouvernements et des entreprises, et l’évaluation des programmes de développement.

Mes paniers

4

Gerer mes paniers

0

Dossiers

 
0
Z