m
     
Etude/Rapport

H 1 Prospective - Communication & Enseignement supérieur 2030

ARCES

01/06/2018

Que seront la recherche et l’enseignement supérieur en 2030 ? Comment la communication pourra-t-elle contribuer à leur excellence ? Comment l’équipe France tirera-t-elle son épingle du jeu mondial ? Telles sont les questions importantes qu’aborde ce livre blanc.
Il me semble que la recherche et l’enseignement supérieur sont, comme toutes les sphères de la société, propulsées dans la révolution digitale, peut-être plus vigoureusement encore. N’oublions pas qu’internet est né de la volonté de chercheurs de communiquer entre eux. La toile est donc le media naturel de la recherche et de l’enseignement supérieur. Il faut s’y faire. Et s’en réjouir.
Grâce à internet des territoires où recherche et enseignement supérieur étaient de pures abstractions, des mondes lointains et inimaginables, voient venir à eux le meilleur de la connaissance et de la science mondiales. L’Afrique en est. L’Asie aussi. À Douala, à Phnom Penh, on pourra faire HEC ou Centrale en ligne. C’est une incroyable opportunité pour la France, qu’il faut saisir sans hésiter, en profitant de l’avantage que nous donne la langue en Afrique, qui ne restera pas si longtemps décisif. Il en va de l’effervescence de notre recherche et de notre enseignement. La jeunesse de l’Afrique et de l’Asie me frappe et me touche toujours. Quelle énergie ! Ce sera -c’est déjà- un vivier d’intelligence et de vivacité pour le monde entier.
La communication s’avérera bien sûr déterminante dans la conquête des meilleurs étudiants : un CRM puissant, juste et qualitatif devra présider à l’approche des cibles, qu’elles soient étrangères ou françaises.
La communication sera aussi clé pour la réputation de la recherche et de l’enseignement supérieur français. Il s’agira de construire de véritables marques, référentes : des étendards attractifs, porteurs d’une excellence et aussi d’une certaine singularité française. La France a toujours été une terre de sciences, sciences dites dures autant que sciences humaines. Cette façon ouverte et généraliste de prendre les sujets, même ceux des sciences les plus dures, est une spécificité française. Le mythe des Lumières nous éclaire encore et projette sur l’enseignement français une aura d’ouverture et d’humanisme. En recherche aussi, à l’heure où la tech et l’intelligence artificielle nous conduisent sur des voies pavées de questions, on aura besoin de la French Touch, à coup sûr. À nous de la faire valoir. La Science avec le garde-fou de l’humanisme, cela reste vraiment utile et intéressant, à l’horizon 2030.

Mes paniers

4

Gerer mes paniers

0

Dossiers

 
0
Z