m

Documents  GUILLEBAUD J.C. | enregistrements trouvés : 4

O
     

-A +A

P Q

UV

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Le principe d'humanité GUILLEBAUD J.C. | Seuil 5 septembre 2002

Ouvrage

... Lire [+]

V

La transgression des frontières de l'humain est le projet de toutes les idéologies fondées sur le fantasme d'une humanité supérieure dominant une sous-humanité ; elle est le fait de toutes les violences exterminatrices avilissant leurs victimes, les traitant comme des bêtes et les réduisant même à de la matière brute : "bétail, boue, ordure", selon Primo Levi dans Si c'est un homme. Mais n'est-ce pas également la mise en cause des frontières de l'humanité qu'accomplissent à leur façon les développements de la science contemporaine ? Les biotechnologies, les manipulations génétiques, les sciences cognitives qui envisagent la pensée comme un jeu de connexions neuroniques, réduisent l'homme à son statut de matière vivante. Quel paradoxe, souligne Jean-Claude Guillebaud, qu'à l'heure où les droits de l'homme sont devenus dans nos démocraties un credo politique universel, nous ne sachions plus dire ce qu'est l'humain ! !
Le Principe d'humanité est une enquête, dans les domaines du savoir et des techniques de notre époque, s'efforçant de prendre la mesure de cet inquiétant obscurcissement de l'idée que nous nous faisons de nous-mêmes. C'est aussi et surtout un sursaut humaniste, une sorte de cri d'alarme. Non, l'homme ne se réduit pas à son cerveau ni à ses gènes. L'humanité n'est pas une affaire de biologie mais d'éthique : c'est une résolution, une tâche, un projet. Une belle aventure certes, mais qui pourrait prendre fin avec l'effondrement de la volonté d'être homme. Parce que l'humanité n'est qu'une barbarie en puissance, n'oublions jamais qu'être humain est un devoir. --Emilio Balturi --Ce texte fait référence à l'édition
La transgression des frontières de l'humain est le projet de toutes les idéologies fondées sur le fantasme d'une humanité supérieure dominant une sous-humanité ; elle est le fait de toutes les violences exterminatrices avilissant leurs victimes, les traitant comme des bêtes et les réduisant même à de la matière brute : "bétail, boue, ordure", selon Primo Levi dans Si c'est un homme. Mais n'est-ce pas également la mise en cause des frontières de ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

- 390 p.

Nous sommes au commencement d'un monde. Vécu dans la crainte, ce prodigieux surgissement signe la disparition de l'ancien monde, celui dans lequel nous sommes nés. Pourtant, la sourde inquiétude qui habite nos sociétés doit être dépassée. Le monde " nouveau" qui naît sous nos yeux est sans doute porteur de menaces mais plus encore de promesses. Il correspond à l'émergence d'une modernité radicalement "autre". Elle ne se confond plus avec l'Occident comme ce fut le cas pendant quatre siècles. Une longue séquence historique s'achève et la stricte hégémonie occidentale prend fin. Nous sommes en marche vers une modernité métisse. Deux malentendus nous empêchent de prendre la vraie mesure de l'événement. On annonce un "choc des civilisations ", alors même que c'est d'une rencontre progressive qu'il s'agit. On s'inquiète d'une aggravation des différences entre les peuples, quand les influences réciproques n'ont jamais été aussi fortes. Le discours dominant est trompeur. En réalité, au-delà des apparences, les "civilisations" se rapprochent les unes des autres. De l'Afrique à la Chine et de l'Inde à l'Amérique latine, Jean-Claude Guillebaud examine posément l'état des grandes cultures en mouvement, pour décrire l'avènement prometteur - et périlleux - d'une véritable modernité planétaire. Ce rendez-vous pourrait connaître des revers et engendrer des violences. Il est pourtant inéluctable et sans équivalent dans l'histoire humaine.

SOMMAIRE

Nous sommes au commencement d'un monde. Vécu dans la crainte, ce prodigieux surgissement signe la disparition de l'ancien monde, celui dans lequel nous sommes nés. Pourtant, la sourde inquiétude qui habite nos sociétés doit être dépassée. Le monde " nouveau" qui naît sous nos yeux est sans doute porteur de menaces mais plus encore de promesses. Il correspond à l'émergence d'une modernité radicalement "autre". Elle ne se confond plus avec ...

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

La refondation du monde GUILLEBAUD J.C. | Seuil 23/09/2000

Ouvrage

... Lire [+]

V

- 478 p.

L'auteur effectue un bilan de ce siècle et explique par la suite comment les valeurs fondamentales de l'héritage helléno-judéo-chrétien sont bafouées ou distorsionnées, c'est-à-dire le goût de l'avenir, l'égalité, la raison, l'universel, la liberté, la justice. Il propose de refonder le monde avec ces valeurs qui ont donné naissance à la société moderne.

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

... Lire [+]

V

- 238 p.

Pourquoi le nierais-je ? L'optimisme têtu qui éclaire ma vie n'est pas une donnée naturelle, ni un privilège de naissance. Il est le fruit d'une histoire, avec ses détours, ses larmes et ses impasses. Longtemps j'ai été habité par des peurs. De loin en loin, elles me narguent encore comme des ennemies tenues à distance. Si je les évoque ici, c'est tout simplement pour raconter comment j'en suis venu à bout.
Aujourd'hui une joie m'habite et me fait tenir debout. Il me semble urgent de partager cette leçon apprise en chemin : l'espérance fait reculer la peur. Toujours".
Pourquoi le nierais-je ? L'optimisme têtu qui éclaire ma vie n'est pas une donnée naturelle, ni un privilège de naissance. Il est le fruit d'une histoire, avec ses détours, ses larmes et ses impasses. Longtemps j'ai été habité par des peurs. De loin en loin, elles me narguent encore comme des ennemies tenues à distance. Si je les évoque ici, c'est tout simplement pour raconter comment j'en suis venu à bout.
Aujourd'hui une joie m'habite et me ...

Filtrer

Date de parution

Dossiers

 
0
Z